Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2019

Semaine sans écran

atelier d'écriture

28/03/2019

Dis-moi dix mots : un succès sous toutes ses formes !

En septembre, la bibliothèque proposait aux écoles de participer à l’aventure « Dis-moi dix mots » initiée par le ministère de la Culture. Dix mots azimutés à explorer, détourner, décorer...  Dix mots pour s’amuser, créer, rêver…

exposition

Des Petites Sections de maternelle aux CM2, les enseignants des Chadrillons se sont prêtés au jeu et ont embarqué leurs élèves dans un tourbillon créatif. Pour l’occasion, Jacques Belland a réalisé un magnifique livre en bois géant accueillant quelques-unes des œuvres des enfants.

exposition

Les créations ont recouvert les murs de la bibliothèque tout au long du mois de mars pour le plus grand plaisir de tous. L’exposition a rencontré un véritable succès ! La diversité, la surprise et la couleur étaient au rendez-vous. On s’en est mis plein les mirettes !

exposition

Un grand merci et un grand bravo à tous les capitaines de classes et à leurs petits moussaillons qui ont rendu cette belle exposition possible !

exposition

 

Arabesque - Composer – Coquille – Cursive – Gribouillis – Logogramme – Phylactère – Rébus – Signe - Tracé

 

expositionEspérant ne pas avoir laissé de coquille dans ce texte qui n’est pas composé en cursive pour éviter les gribouillis ou les ratures tracées à la règle.

Logogramme et phylactère ne sont pas des gros mots, vos enfants vous expliqueront, en langue des signes s’il le faut, ou à l’aide d’un rébus. Ce sont des experts désormais. Je terminerai avec une petite arabesque en forme de salutation.

 

14:10 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exposition

21/03/2019

Happy Api

abeille, atelier découverte

La saison des fleurs de flamme

La saison des fleurs de flamme.jpg

 

La saison des fleurs de flamme

Abubakar Adam Ibrahim

L'Observatoire, 2018, 422 p., 22€

 

L’auteur, journaliste de 39 ans, est issu du peuple Haoussa présent dans le nord du Nigéria, une région où la religion musulmane se respecte strictement. Ce premier roman (Nigeria Prize for Literature 2016) est tout ensemble un plaidoyer pour la liberté et l’indépendance d’aimer et un brûlot contre une corruption politique généralisée.

Le Nigéria fait parfois la Une des journaux à l’occasion d’événements dramatiques tels que la guerre civile entre musulmans et chrétiens, les exactions du mouvement islamiste intégriste de Boko Haram mais que sait-on vraiment de ce pays le plus peuplé et le plus riche d’Afrique ?

Cette flamboyante saga romanesque nous fait découvrir la vie quotidienne de ses habitants et notamment la condition féminine, dans cette société musulmane pleine de paradoxes et de contraintes et écartelée entre archaïsme et modernité.

Abubakar Adam Ibrahim narre une passion amoureuse scandaleuse entre Binta, veuve quinquagénaire plusieurs fois grand-mère et Reza, jeune dealer de 25 ans son cadet. Binta est une musulmane respectable, qui se rend chaque jour à la madrasa et prie, la main sur le Coran, pour ses enfants et petits-enfants. Elle s’occupe de sa petite-fille Ummi, délaissée par sa mère et de sa nièce Fa’iza  adolescente à la mise provocante, grande lectrice de romans à l’eau de rose. En réalité ce comportement superficiel cache un traumatisme profond provoqué par la mort de son père et de son frère lors de la guerre civile.

Reza, jeune chef de bande, règne sur San Siro, un îlot déshérité d’Abuja servant de repère pour les fugueurs et les dealers. Ce trafiquant de drogues sert également d’homme de main à un politicien sans scrupules, prêt à tout pour être élu.

Rien ne prédisposait ces deux-là à se rencontrer.  Mais un jour, Binta surprend  Reza en plein cambriolage de sa maison. Elle est effrayée et en même temps attirée par cet homme. Il lui rappelle son fils Yaro happé par le monde de la drogue, assassiné en pleine jeunesse et envers lequel elle ressent une douloureuse culpabilité. En effet, elle a reproduit avec Yaro les lois ancestrales observées dans sa communauté, qui interdisent aux mères de montrer leur affection à leur premier-né –bien qu’elle ait senti chez lui un grand besoin d’affection.

Reza, abandonné par sa mère à la naissance a aussi vécu une jeunesse douloureuse. Derrière sa violence, il cache un cœur chaviré par son absence. Il a rencontré sa mère deux fois et a été fasciné  par sa beauté et sa tristesse. Il ressent pour Binta une attirance irrépressible et ambigüe. En s’abandonnant à cette passion, Binta qui n’a jamais eu aucun droit sur son corps et a vécu sans amour et dans la dépendance de son époux décide à 55 ans d’assumer son désir. Elle découvre les plaisirs de la sexualité et de l’amour, donné et reçu.

Au-delà de cette histoire d’amour illicite, au-delà de la déflagration qu’elle va déclencher dans la famille de Binta, l’auteur porte un regard sans concession sur la société nigériane, sur le poids de la famille et des traditions, sur la jeunesse qui aspire à un autre avenir mais sans beaucoup d’espoir. Avec une écriture rythmée, parfois poétique, il fait souffler un vent léger d’audace et de liberté.

La culture populaire Haoussa avec les senteurs de la cuisine, les couleurs des textiles, la musique jouée dans les rues, les proverbes savoureux qui ouvrent chaque chapitre,  apporte une note de légèreté dans ce récit. Un roman à découvrir.

Annie

05/03/2019

Ciné-MOTTS le 15 mars à Orliénas

prix des lecteurs, cinéma, court-métrage

 

27/02/2019

Les mots s'exposent à la bibliothèque

Dix mots, dix petits mots, ni gros ni vilains, juste dix mots pour s'amuser...

Proposés par le ministère de la culture, présentés aux classes à la bibliothèque.... Dix mots que les instituteurs & écoliers des Chadrillons ont mis dans leurs oreilles, malaxés, triturés, détournés pour créer des oeuvres uniques.

Expo Dix Mots sous toutes les formes.png

10:53 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exposition

17/02/2019

Joyce Carol Oates

C'est la bibliothèque de Chassagny qui nous accueille pour le "bouillon de lecture" du 14 février. Les gourmandises du jour, petits coeurs, flan parisien et strudel, ne sont pas de trop pour nous réconforter avant d'aborder l'oeuvre de Joyce Carol Oates, monument de la littérature américaine.

Joyce Carol Oates est née en 1938 dans l’Etat de New York. Diplômée de l'université de Syracuse et de celle du Wisconsin, elle partage sa vie avec  Raymond J. Smith, professeur de littérature anglaise. Elle enseigne à Detroit, « une ville où la violence et les tensions raciales sont vives », au Texas, en Ontario (Canada), puis à l'université de Princeton, au New Jersey. Son œuvre littéraire regroupe une centaine d’ouvrages, romans, nouvelles, essais, pièces de théâtre, poèmes, livres pour la jeunesse… ainsi que des polars, sous les pseudonymes de Rosamond Smith et Lauren Kelly.

Les romans que nous avons lus se distinguent par leur noirceur, et la complexité des personnages, qui souvent présentent une personnalité publique différente de leur « moi » profond. JCO n’hésite pas à multiplier les retours en arrière, et la structure de ses romans n’en facilite pas la lecture. Tous décrivent des facettes d’une Amérique plutôt bigote et peu reluisante.

Nulle et grande gueule.jpgNulle et Grande Gueule

Gallimard, 2002

Trad. de Big Mouth and Ugly Girl, 2002

Grande et mal dans sa peau, ursula se trouve nulle. Matt, lui, aime rire et blaguer. Un jour, il propose en plaisantant de poser une bombe au lycée. Accusé de terrorisme, il est arrêté par la police. Exclu du lycée quelques jours, ostracisé, il n'est plus soutenu que par Ursula. Dans ce roman "jeunesse" (ou pas), JCO dénonce le conformisme et l'hypocrisie de la société américaine.

 

comité de lectureLes Chutes

P. Rey, 2005

Trad. de The Falls, 2004

Après le suicide inattendu de son premier mari au lendemain de leur nuit de noces à Niagara, Ariah "la veuve blanche des chutes", épouse Dirk, et se consacre à ses trois enfants, sa maison et son piano. Brillant avocat, Dirk s'occupe d'une affaire de pollution industrielle, lorsqu'il meurt brutalement d'un accident dans les Chutes. Ce n'est que longtemps après, lorsque le scandale concernant la pollution refait surface, que les enfants enquêtent... Le regard sur l'Amérique est intéressant, mais les personnages peu sympathiques, et le style répétitif rendent la lecture fastidieuse.

 

comité de lectureUn endroit où se cacher

Albin Michel, 2010

After the Wreck, I Picked Myself Up, Spread My Wings, and Flew Away, 2006

Suite à un accident, Jenna a perdu sa mère. Culpabilité, comportement auto-destructif... elle vit avec un oncle et une tante plutôt sympas, mais refuse leur aide. Ce roman ado finit sur une note positive.

 

comité de lecturePetite soeur, mon amour : l'histoire intime de Skyler Rampike

P. Rey, 2010

Trad. de My Sister, My Love, 2008

Inspiré de l'histoire d'une mini-miss assassinée en 1996, le roman est présenté comme le journal intime de son frère Skyler. Dans cette famille dysfonctionnelle, les parents projettent leurs rêves sur les enfants : gymnastique pour le fils, patin à glace et mannequinat pour sa petite soeur Bliss. Lorsque la fillette est retrouvée assassinée, l'enquête conclut à la culpabilité d'un soit-disant pédophile. Mais était-il coupable ?

 

comité de lecturePetit oiseau du ciel

P. Rey, 2012

Trad. de Little Bird of Heaven, 2009

Little Bird of Heaven est le titre d'une chanson interprétée par Zoé, jolie et aguicheuse, qui rencontre un joli succès local. Lorsque le groupe de Zoé se fait arnaquer par un pseudo impressario, elle sombre dans l'alcool et la drogue, et finit assassinée.  Les soupçons se portent sur Delray, le mari dont Zoe est séparée, et Eddy Diehl, son amant. L'auteur dissèque l'impact du drame sur leurs familles : comment leurs enfants ressentent les choses, dites ou non-dites. Beaucoup de violence, d'alcool, de drogue...

 

comité de lectureMudwoman

P. Rey, 2013

Trad. de Mudwoman, 2012

USA, 2002, après la chute des Twin Towers, la guerre contre l'Irak est en gestation. Dans le milieu universitaire, Meredith Ruth Neukirchen est une superwoman, première femme présidente d'université. Dédiée à son travail corps et âme, non pas pour sa réussite personnelle, mais par dévouementt -et parce qu'une femme doit se battre davantage qu'un homme pour éviter de donner prise aux critiques. Corsetée dans son personnage public, elle bascule cependant lorsque ses souvenirs de "mudgirl", l'enfant tondue et sacrifiée dans les marais par une mère folle fanatique ressurgissent. Le sujet est très prenant, et l'étude de personnages (foyer d'accueil, parents adoptifs Quakers, professeurs...) fouillée. Pour autant, le roman déroute par son accumulation d'allers-retours temporels, à laquelle viennent s'ajouter cauchemars et hallucinations. La lecture est donc en même temps longue, un peu pénible... et captivante.

 

comité de lectureDaddy Love

P. Rey, 2016

Trad. de Daddy Love, 2013

Sur un parking de supermarché, Robby, un petit garçon de 5 ans, est enlevé par un prédateur sexuel, prêcheur itinérant.  Rebaptisé Gidéon, il grandit auprès de lui dans une ferme, maté par quelques punitions terribles. Peu à peu, il réalise qu'il est le 4ème d'une série, et que les garçons précédents ont disparu à la puberté. JCO déploie des raffinements de cruauté pour emmener son lecteur dans un univers horrible.

 

comité de lectureCarthage

P. Rey, 2015

Trad. de Carthage, 2014

Dans la petite ville de Carthage (Adirondacks), une famille bourgeoise voit grandir ses deux filles, la jolie et pieuse Juliet, et Cressida,intelligente et différente (rebelle ? autiste ?). Juliet rompt avec son fiancé, revenu de la guerre en Irak assez amoché, physiquement et psychologiquement. Lorsque sa soeur Cressida disparait, il est accusé et emprisonné. JCO met en scène une Amérique très provinciale, et le monde carcéral aux Etats-Unis.

 

comité de lectureValet de Pique

P. Rey, 2017

Trad. de Jack of Spades, 2015

Auteur à succès de romans policiers, Andrew J. Rush publie également sous un pseudo des polars sulfureux et pornographiques. Lorsque cet équilibre tout en dissimulation est menacé, le Valet de Pique refait surface... Thriller autour d'un personnage double.

 

Nous finissons par deux livres plus personnels, qui -au travers de l'histoire personnelle de l'auteur et de son récit familial- jettent un éclairage sur l’œuvre de Joyce Carol Oates :

 

comité de lecturePaysage perdu

P. Rey, 2017

Trad. de The Lost Landscape: A Writer's Coming of Age, 2015

Comme un puzzle à reconstituer par le lecteur, il regroupe des fragments de souvenirs en chapitres courts, qui donnent des indications sur la construction de l'auteur : son enfance sur une ferme isolée, proche de grands-parents d’origine hongroise, sa petite sœur « différente », son goût pour l’écriture depuis le plus jeune âge, ses rapports à sa grand-mère Blanche qui lui offrit sa première machine à écrire…

 

comité de lectureLa fille du fossoyeur

P. Rey, 2008

Trad. de The Gravedigger’s Daughter, 2007

Inspiré de la vie de la grand-mère de l’auteur. Rebecca, petite dernière d’une famille de juifs allemands réfugiés d’Europe, est la seule née sur le sol américain. Son père -autrefois professeur- doit travailler comme fossoyeur, et sombre dans la folie jusqu’à un délire meurtrier. Après avoir fui un premier mari violent, Rebecca construit sa vie en se durcissant et en se construisant un personnage public fictif, évitant de montrer ses faiblesses pour se protéger. Elle se consacre à son fils musicien.

 

12/02/2019

Florian Pigé

rencontre d'auteur,illustrationLe lundi 11 février, dans le cadre du prix des Incorruptibles, l’illustrateur Florian Pigé est venu à la bibliothèque de Soucieu.

Pour l’occasion, les trois classes de CP de l’école primaire sont venues chacune leur tour et l’ont questionné sur son métier et sur ses dessins dans le livre ‘‘Chut !’’ qu’ils ont étudié en classe. Florian y a répondu en détail et leur a montré son matériel de dessin : carnet de croquis, aquarelle, tampons en gomme… Puis il leur a présenté quelques livres qu’il avait lui-même écrits et illustrés.rencontre d'auteur,illustration

Après ces discussions, les classes ont participé à un atelier créatif.  Pendant une heure, l’illustrateur leur a fait utiliser du papier imprimé bois, feuilles ou planches, et les assembler sur une feuille pour créer la maison de Mr Franklin, le héros de ‘‘Chut !’’.

rencontre d'auteur,illustrationLucie

11/02/2019

Vent de magie sur les hôtels de luxe

20190127_165923.jpgNevermoor Tome 1

Les défis de Morrigane Crow

Jessica Townsend

Traduit de l’anglais par Juliette Lê

Pocket Jeunesse, octobre 2018, 17.90€

 

En raison de sa date de naissance, Morrigane Crow mène une vie bien morne, condamnée à écrire des lettres d'excuses à tous les accidentés de sa ville. Maudite, elle est rendue responsable de toutes les mésaventures qui surviennent autour d’elle : qu'elle fasse une remarque sur le beau temps, et on lui attribue la prochaine averse de grêle ! Qu'elle souhaite bonne chance à un écolier, et son devoir sera truffé de fautes d'orthographe.... Le pire, c'est que sa famille mal-aimante a déjà préparé son cercueil, puisque les enfants maudits sont condamnés au prochain Merveillon (soit la nuit de ses onze ans). 

Alors que la cavalerie d’ombre et de fumée s’apprête à l’emporter, elle est sauvée in extremis par un homme extravagant, qui l'emmène dans le royaume magique de Nevermoor...  Jupiter l’abrite à l’hôtel Deucalion, lieu protecteur et magique, aux résidents originaux, et la sponsorise pour entrer dans l’exclusive société Wundrous qui regroupe les plus grands talents des royaumes. Mais la sélection est redoutable, et Morrigane doit faire face à trois défis difficiles. Pour se faire accepter, et éviter de se faire renvoyer comme une vulgaire sans-papiers, il lui faudra découvrir quel don caché Jupiter a pu déceler chez elle... si elle en a un !

Les premiers chapitres demandent un petit effort pour entrer dans l’ambiance fantastique, puis le lecteur se régale dès l’arrivée à Nevermoor,  univers plein de merveilleux, où l'intendant de l'hôtel n'est autre qu'un gros chat grincheux, tandis qu'un parapluie se révèle le plus beau des cadeaux.  C’est frais, farfelu, plein de suspense… et à suivre !

 

Winterhouse hôtel.jpgWinterhouse Hôtel

Ben Guterson, ill. Chloe Bristol

Traduit par Anne-Sylvie Homassel

Albin Michel, octobre 2018 15.90 €

 

Envoyée à l'hôtel Winterhouse pour les vacances de Noël, Elizabeth croit rêver : à l’opposé de son quotidien sordide d’orpheline élevée par une famille pauvre et étriquée, Winterhouse est un hôtel fabuleux niché au milieu des montagnes. Elle y est accueillie avec une extraordinaire bienveillance par le directeur, et rencontre bientôt Freddy, un garçon à l’esprit aiguisé, amateur comme elle d’anagrammes, échelles et énigmes en tous genres. Bien que Freddy ne partage pas son goût du risque, les deux enfants s’accordent pour partir à la découverte des mystères de l’hôtel. Au programme des vacances : des jeux de mots, de délicieux loukoums, un secret de famille, un livre magique, un tableau codé... mais aussi quelques pensionnaires lugubres et une menace magique.

La bibliothèque se révèle le lieu central de l’hôtel, et la bibliothécaire un puits de science, dans ce roman qui se distingue par sa promotion assidue de la littérature jeunesse et ses nombreux jeux de  vocabulaire et de décodage. Les personnages caricaturaux à la Roald Dahl sont bien rendus par les illustrations en noir et blanc. Au total, un premier tome épais, mais facile à lire et attachant. Petite présentation du livre ici.

08/02/2019

Rencontre avec Florian Pigé

Lundi 11 février, dans le cadre des Incorruptibles, les classes de CP viennent à la bibliothèque rencontrer l'illustrateur de l'album

rencontre d'auteur, illustration, album jeunesse

L'occasion de poser des questions à l'artiste, et utiliser à notre tour ses techniques d'illustrations dans un atelier créatif !

rencontre d'auteur, illustration, album jeunesse