Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2018

Sélection A saute-livres 2018

littérature jeunesse,album jeunesse,roman jeunesse,bd jeunesse

 

Nous sommes heureux de vous proposer notre sélection annuelle pour les enfants.

À travers elle, nous mettons en valeur et partageons le fruit des échanges lors de nos Comités de lecture.

 

Passionnés de littérature jeunesse, bibliothécaires, libraires et bénévoles, nous discutons, débattons et sélectionnons des livres pour enfants, une fois par mois. Et finalisons l’année par le livret À Saute-livres, présentant les ouvrages de qualité parus en 2017/2018. Ce livret est disponible en ligne et dans les médiathèques participantes.

littérature jeunesse,album jeunesse,roman jeunesse,bd jeunesse Isabelle Simler, autrice et illustratrice a, cette année, offert gracieusement l’image de couverture d’ À Saute-livres n°38. Nous apprécions son talent et son travail depuis de nombreuses années et la remercions vivement. Chacun de ses livres est une invitation à l’émerveillement.

 

Mon chat sauvage*
Doux rêveurs
Des vagues
Sur la route de la soie
Cette nuit-là au musée
Heure bleue

Nous espérons que la sélection 2018 vous plaira et répondra à vos quêtes d’idées pour des beaux cadeaux de fin d’année. Vous pouvez retrouver nos coups de coeur toute l'année sur le site A Saute-livres.

littérature jeunesse,album jeunesse,roman jeunesse,bd jeunesse

Toute l’équipe des Comités de lecture Crilj Rhône

19/11/2018

Spectacle commémoratif 14-18

spectacle

Ne ratez pas la dernière représentation de la tournée de la Bosse Cie dans la Copamo

 

spectacle

Pour simplifier l'organisation, nous vous remercions de penser à vous inscrire à l'avance

bibliotheque@soucieu-en-jarrest.fr ou 04 72 31 15 53

13:37 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : spectacle

18/11/2018

Apéro BD, retour sur images

Grand succès en dédicace, surtout auprès des jeunes, pour Rémi Jiguel et Philippe Brocard ! Avec un mot gentil pour chacun, nos supers-auteurs ne ménagent pas leur peine et multiplient les superhéros, Germaine la vache ou Pince sans rire !

bande dessinée,illustration,dédicace

Présentation des BD préférées du moment, au milieu de l'expo "de la case à l'écran" préparée par Thierry Ducroix.

bande dessinée,illustration,dédicace

bande dessinée,illustration,dédicace

Le "speedbooking" se transforme en slowbooking, on prend son temps, les groupes se font et se défont...

bande dessinée,illustration,dédicace

bande dessinée,illustration,dédicace

 Pendant ce temps, la lecture continue !

bande dessinée, illustration, dédicace

bande dessinée,illustration,dédicace

Pince sans rire, De cape et de croc, Enquêtes gastronomiques à Lyon...

Pas de photos de l'apéro, il était beau et bon, mais il a été englouti trop vite pour les photographes !

bande dessinée,illustration,dédicace

Un grand merci aux participants, aux auteurs qui nous ont fait le plaisir de se déplacer jusqu'à Soucieu, et aux bénévoles toujours actifs en coulisse.

17/11/2018

Bouillon de jeunesse

roman jeunesse, roman adoLa fille qui n’existait pas

Natalie C. ANDERSON

Pocket jeunesse, 2018

L’auteur a travaillé une dizaine d’années dans l’humanitaire en Afrique, ce qui constitue le matériau du roman. Du Kenya au Congo : une jeune fille de 15 ans, seule et orpheline, vit dans la rue sous l’emprise d’un gang. Volontaire et possédant une grande force de caractère, elle pense avoir échappé au sort réservé aux filles dans ces bandes. Futée et agile, elle sert de pickpocket, v ole des fichiers. Sa quête de vengeance (venger l’assassinat de sa mère) évolue en quête des origines. A partir de 15 ans.

 

roman jeunesse, roman adoRhizome

Nadia COSTE

Seuil jeunesse, 2018

En 2081, les côtes étant submergées, les humains occupent des skycities, villes toutes en hauteur, avec des murs végétaux pour purifier l’air. Les dirigeants se trouvent dans les hauteurs, tandis que certaines populations sont cantonnées dans les bas-fonds pour cultiver. Un jeune botaniste découvre que les plantes communiquent entre elles, et peuvent même communiquer avec lui… en le colonisant. Sujets : nourrir la planète, qualité de l’air, manque de place. A partir de 13 ans.

 

roman jeunesse, roman adoJefferson

Jean-Claude MOURLEVAT

Gallimard jeunesse, 2018

Jefferson le hérisson, accusé de l’assassinat de son coiffeur « Définitifs », enquête pour trouver le coupable. Au-delà de l’enquête, ce roman parle aussi d’amitié et de solidarité, et des rapports entre humains et animaux. Toujours la qualité d’écriture de Jean-Claude Mourlevat, une valeur sûre en littérature jeunesse !  A partir de 9 ans.

 

roman jeunesse, roman adoLe mot d’Abel

Véronique PETIT

Rageot, 2018

Le monde d’Abel est analogue au nôtre, à ceci près que chaque personne reçoit vers la fin de son enfance la révélation d’un mot, personnel, intime, qui le définit et détermine sa vie. Abel a la hantise de ne pas recevoir son mot, d’en recevoir un qui lui semblerait insignifiant, ou pire, de recevoir un mot négatif, qui conditionnerait sa vie entière. Sujets : détermination versus choix personnels, influence du groupe. A partir de 11 ans. Prix Gulli 2018 du roman jeunesse.

 

roman jeunesse, roman adoInterfeel

Antonin ATGER

Pocket jeunesse, 2018

Dans un monde futuriste où les réseaux sociaux prennent le pouvoir, Interfeel permet de partager ses émotions, d’être toujours en contact avec les autres grâce à une puce et une opale. Quelques personnes restent hors réseau et luttent contre le totalitarisme du système. Premier roman très réussi, par un jeune auteur de la région à suivre ! A partir de 15 ans.

 

roman jeunesse, roman adoFake, fake, fake

Zoé BECK

Milan, 2016

de son vrai nom Henrike Heiland, est une écrivaine , éditeur et traductrice allemande

Un prénom pourri, des pieds taille 49, pas d’amis…  Edvard, ado en fin de collège, surveille l’apparition tardive de sa puberté et se morfond d’amour pour une fille qui l’ignore. Sur un blog, il se crée un avatar parfait.  Quand la belle Constance mord à l’hameçon, ça devient compliqué...  Assez comique.

 

roman jeunesse, roman adoDans la lumière de l’aube

Julien PIGNARD

Edition du Poutan, 2018

Lyon. Quatre amis d’enfance, arrivés à la trentaine, se retrouvent autour de l’un d’eux, de retour après 2 ans d’absence, et qui a besoin de leur aide. Redémarrage de leur amitié et de leur amitié et de leur vie. Belles descriptions de Lyon. Roman à 4 voix, au style moyen. Sujet : amitié. Pour jeunes adultes.

 

roman jeunesse, roman adoGeorge

Alex GINO

Ecole des Loisirs, 2017

Quand la maîtresse propose de jouer une pièce de théâtre à l’école, George veut à tout prix interpréter le personnage de Charlotte.  Ainsi, tout le monde comprendra enfin qui elle est. Car George (ou plutôt Melissa, comme elle se surnomme) le sait : elle est une fille, bien que tout lui rappelle au quotidien qu’elle est un garçon. Même si ce n’est pas de la façon qu’elle espérait, cette pièce de théâtre va lui permettre de prendre confiance en elle, d’évoluer et de s’imposer. Ce roman aborde avec délicatesse le sujet délicat de la transidentité chez les enfants. A partir de 10 ans.

 

roman jeunesse, roman adoChair à ballon

Alain DEVALPO

Gründ, 2012

Histoire basée sur les faits réels, ce roman ado traite des jeunes noirs africains cibles d’arnaqueurs dans le monde du football. Une belle leçon de vie et d’humilité au travers de l’histoire de Kaci, Sénégalais, l’une des victimes d’un escroc blanc.

08/11/2018

Fracking

roman, états-unis, pétrole

 

Fracking

François ROUX

Albin Michel, 2018, 19.50€

 

Entre le titre et la couverture, le sujet est clairement annoncé. Du reste, le récit est très proche du documentaire puisque l’auteur, installé aux Etats-Unis peu avant l’arrivée au pouvoir de Donald Trump, se pose en observateur. Ses descriptions et son sens de la formule, parfois, touchent à la citation. Lors d’une réunion politique de Républicains : "Tous les hommes dans cette assemblée tenaient la Constitution pour sacrée, et plus précisément son deuxième amendement. Dans ce pays de chasseurs et de ranchers, tous les hommes présents – et une grande majorité de femmes- avaient appris à marcher en s’appuyant sur un fusil. Leur troisième jambe, disait-on couramment!" Ou, en lien avec Ruth, bigote rigide : "Ici, vous étiez croyant ou vous n'étiez pas grand chose".

A quelques mois des élections présidentielles, toutes les tendances se croisent à Middletown, petite ville imaginaire du Dakota du Nord. L’auteur suit plusieurs personnages, mettant en avant de multiples fractures : fractures entre les personnes d’orientations politiques différentes ; fractures entre des familles qui jusqu’ici vivaient dans une tradition d’hospitalité et d’entraide pour surmonter des conditions de vie rudes. Enfin, l’élément déclencheur, l’utilisation de la « fracturation hydraulique », technique mise au point depuis quelques années pour extraire les hydrocarbures de schiste en injectant dans la roche des tonnes d’eau, de sable et d’adjuvants chimiques.

"Les ressources en hydrocarbures du sous-sol schisteux, jusqu’alors inexploitables en raison d’impossibilités techniques de forage, l’étaient soudain devenues grâce à la mise au point de la fracturation hydraulique, dont le recours massif avait débuté il y a tout juste quatre ans et qui laissait la porte ouverte à toutes sortes de spéculations et de convoitises. Avec le fracking, le rêve d’indépendance énergétique de l’Amérique allait enfin se réaliser…"

Dans ce pays jusqu’ici consacré à l’élevage, c’est une révolution qui oppose :

- ceux qui en profitent, en premier lieu les compagnies pétrolières, mais aussi ceux à qui elles offrent un travail bien rémunéré, comme Joe Jenson -devenu chef de chantier ;

- ceux qui se résignent, comme les voisins –qui ont déménagé et vendu le sous-sol ;

- ceux qui se battent, comme les activistes écologistes ou les Amérindiens, opposés au "Black Snake" le pipeline prévu sur les réserves ;

- et enfin, ceux qui en meurent, comme  la famille Wilson, dont le bétail dépérit, ou meurt renversé par les chauffards des poids lourds. "Ce que Karen exécrait…, c’était ce foutu pétrole, ces pompes à balancier qui, inlassablement, bousillaient les entrailles de la terre depuis dix ans, depuis que la région était devenue ce que les journaux avaient appelé « le nouvel eldorado de l’or noir ». Dispersés jusqu’à deux kilomètres à la ronde, certains à moins de 200 mètres de leur habitation, il y avait très exactement 23 puits dans leur voisinage immédiat… De près, le bruit était intolérable, et avec la distance, il devenait obsédant". Sans parler de l’intoxication des fermiers, et de l’eau glauque couleur de terre et inflammable qui sort du robinet !

Le côté « reportage » et l’écriture assez factuelle du roman sont compensés par les récits plus personnels des protagonistes. J’ai juste été un peu frustrée par la fin, qui peut-être appelle une suite.

Aline

04/11/2018

Tu dormiras quand tu seras mort

roman,guerre d'algérie,algérieTu dormiras quand tu seras mort

François MURATET

J. Losfeld, 2018, 18.50€

André Leguidel n’a ni passé, ni passif avec l’Algérie. Quand il y est envoyé en 1960, il n’y voit que l’occasion de faire carrière comme officier de renseignement, laissant derrière lui des débuts assez ternes comme traducteur en Allemagne. C’est avec un regard neutre et une oreille attentive qu’il débarque à Alger, puis à Marnia, au sud d’Oran, dans les montagnes proches du Sahara.

Sa mission ? Infiltrer en tant qu’opérateur radio la section de commando de chasse du sergent-chef Mohamed Guellab, afin de vérifier si celui-ci est à l’origine de la mort du lieutenant Maillard. Suspect de par son origine musulmane, Guellab est-il le combattant brillant et énergique admiré par ses hommes, ou bien en traitre en puissance, susceptible de passer à l’ennemi avec armes et hommes ?

Cependant l’enquête de Leguidel s’efface devant les impératifs d’une traque engagée par l'armée française d'un détachement du FLN à travers le djebel. L’important, au jour le jour, est de rester vigilant et de couvrir les arrières du groupe. D’où l’injonction « Tu dormiras quand tu seras mort ! »

Outre les descriptions prenantes du quotidien des combattants d'Algérie, c’est la position neutre du narrateur qui fait l’intérêt de ce livre. Pendant entre les engagements, et pendant les missions « de pacification » du commando, Leguidel écoute les hommes échanger sur l’avenir de l’Algérie. Arabes, pieds noirs, français, supplétifs, appelés ou engagés, chaque personnage est unique, avec son avis sur la question – et sur l’interprétation de la phrase de De Gaulle « La France restera en Algérie ». Quant aux populations, comme dans le très remarquable « l’art de perdre » d’Alice Zeniter, on comprend bien que leur choix est limité, pris en tenailles entre forces françaises et rebelles. Aucun jugement n'est porté, mais peu à peu émerge l’impossibilité d’une solution militaire.

Partiellement inspiré par son beau père harki, l'auteur, professeur d'histoire géographie, a mûri ce récit pendant une quinzaine d'années. Malgré son côté "histoire de bidasse" qui m'aurait rebutée a priori, j'ai été passionnée. Le temps a passé depuis la guerre d'Algérie, pour autant, j'ai vu passer encore assez peu de bons livres sur la question. A mon sens, celui-ci en est un. Entretien avec François Muratet:


Aline

01/11/2018

Là où les chiens aboient par la queue

roman, Guadeloupe, familleLà où les chiens aboient par la queue

Estelle-Sarah BULLE

L. Levi, 2018, 19€

L’un après l’autre, ils ont quitté Morne-Galant et leur père, Hilaire « Gros-Vaisseau », paysan à l’ancienne, avec ses 5 ou 6 vaches et ses quelques arpents de canne à sucre. Chacun à son tour ils se sont sentis étouffer  dans ce trou perdu de la Grande Île. La première à partir a été Antoine, l’aînée, belle comme un soleil, mais fière et indépendante. Femme à poigne, elle trace son chemin de commerçante –sans jamais se soumettre à un homme. Lucinde, la seconde, a utilisé ses talents de couturière pour gagner sa vie à Pointe-à-Pitre. Enfin Petit Frère les a rejointes à la ville pour étudier.

En même temps que la chronique de la famille Ezechiel, racontée par la fratrie à leur nièce Eulalie, c’est l’évolution de toute la Guadeloupe entre les années 1940 et 1960 qui est évoquée en toile de fond : d’une terre agricole dédiée aux cultures vivrières et à la canne à sucre, on la voit changer vers une bétonisation et une urbanisation effrénées. De même, les personnages, d’abord ruraux, puis urbains, participent enfin à l’exode massif des Antillais dans les années 1960 vers la métropole. [Le Bumidom -Bureau pour le développement des migrations dans les départements d'outre-mer-, fondé en 1963 et chargé d'accompagner l'émigration des habitants des départements d'outre-mer vers la France métropolitaine a attiré nombre de jeunes et de travailleurs à Paris.]

S’inspirant de son histoire familiale, l’auteur a volontairement donné la parole tour à tour à ses trois narrateurs pour offrir un point de vue varié. Estelle-Sarah Bulle est née en 1974 à Créteil, d’un père guadeloupéen et d’une mère franco-belge, et vit dans la région parisienne. Là où les chiens aboient par la queue, son premier roman, a déjà obtenu le prix Stanislas 2018. Elle en parle ici.

Une lecture fluide et agréable, enrichissante. Auteur à suivre ! Aline

26/10/2018

Le coeur converti

Le coeur converti.jpg

 

Le coeur converti

Stefan HERTMANS

Gallimard, 2018, 21.50€

Traduit du néerlandais De Bekeerlinge par Isabelle Rosselin

Voici un livre qui présente une couverture et un titre de roman : détrompez vous il s’agit essentiellement d’histoire, plus exactement d’historiographie, d’une manière poétique et intime de définir notre rapport contemporain au temps.

La trame principale en est le destin funeste d’une jeune prosélyte, catholique convertie au judaïsme par amour. L’auteur-chercheur entre en empathie avec l’objet de ses recherches, usant tout au fil du roman de flashback oniriques à mille ans de distance.  L’invariant, le fil conducteur, est un site ancestral : Monieux, communauté nichée au cœur d’un petit village provençal. L’auteur  met en scène la première  synagogue, ravagée par un pogrom en 1096 sur les basses œuvres de l’Armée des Croisés levée par le Comte Raymond IV de Toulouse. Pillards, assassins et violeurs, ces croisés répondent à l’appel du pape Urbain II. Deux jeunes amoureux, Vigdis et David, et leurs trois enfants en seront les victimes emblématiques. 

L’auteur retrace leur destin funeste à la manière dont on évoque des silhouettes sur un vitrail, nous ne sommes pas dans un roman littéraire mais dans une évocation tragique. Amateur de littérature et de romanesque passez donc votre chemin. Mais si vous goutez au partage de la recherche historique, si vous aimez la lenteur et la précision, vous apprendrez mille détails cartographiés sur le rayonnement et les rites des communautés juives XIème siècle. Vous revivrez l’intensité du choc religieux qui a entrainé plusieurs générations dans le massacre. En conjuguant l’investigation historique, sociétale, avec une flânerie onirique... l’auteur assume un vrai parti pris : c’est toute la singularité de l’ouvrage. 

Sylvie B.     

24/10/2018

Soirée zéro déchet

La soirée Zéro déchet à la bibliothèque a été riche en échanges. Les « sirènes du Furon » nous ont raconté comment elles sont arrivées à une démarche zéro déchet :

  • A travers les "Run Eco Team" qui allient nettoyage de la nature et course à pied ;
  • Via le S.E.L. Système d’Echange Local, qui centralise réutilisation, échange, ateliers, services… et le marché bio du Chapi (vendredi soir à Soucieu) et son espace de gratuité ;
  • A partir du livre « Zéro déchet » de Béa Johnson, trouvé à la bibliothèque.

développement durable

Ensemble, elles ont créé le groupe Zéro déchet Lyon Sud Ouest, dont la page internet est passé de 3 personnes il y a 1 an à 400 à ce jour. Elles ont aussi proposé une zone de gratuité pour les fournitures scolaires au Chapi, et organisent régulièrement des "propr’nades"  dans nos villages. Elles nous rappellent que les déchets laissés dans les caniveaux finissent emportés par les eaux pluviales... Les mégots voguent ainsi du Furon... jusqu'à la mer !

Elles nous indiquent quelques films significatifs, sur la pollution d’une part, mais aussi sur des personnes engagées dans des démarches écologiques, comme les vidéos réalisées par la famille "Zéro Déchet" Pichon.


 

Cinq grands principes

Refuser 

Non merci aux pailles, sac à pain, mono-doses, publicités (25% du papier utilisé en France), sacs en plastique… Oui aux courses avec ses boîtes alimentaires !

Réduire

Limiter les achats impulsifs inutiles, et éviter les emballages en achetant en vrac.

Réutiliser

Remplacer le jetable par du réutilisable (serviettes), partager, réparer, créer…

Recycler 

Au passage, un coup de gueule contre le recyclage, qui n’est que la « moins pire » des solutions, et ne permet pas la valorisation de toutes les matières (plastiques opaques non recyclables).

Composter

 

développement durableLe seul bon déchet est celui que l’on ne produit pas ! Une démarche Zéro déchet permet une réduction et une rationalisation des achats… donc des économies ! De plus, la consommation de produits bruts plutôt que raffinés a un impact positif sur la santé. Et fabriquer soi même ses desserts, collations,  produits d'entretien ou cosmétiques est facile, voire ludique.

Nous échangeons autour de nos pratiques, et des petits trucs de chacun pour éviter les déchets. Nos "sirènes" ont préparé une table thématique : courge luffa (loofah) pour remplacer les éponges, shampoing solide, bocaux divers, emballages furoshiki en tissu, autocollants StopPub,…

Nous admirons les créations de Josette en textiles recyclés, choix de pochons et de sacs en jeans usagés. Christelle, créatrice à Oullins, propose aussi de très belles réalisations en tissus : lingettes absorbantes, charlottes-couvercles, étuis en tous genres… Elle s’inspire des besoins de chacun. Voir son site Eco-Logik.

La bibliothèque prévoit aussi l’organisation d’un atelier tawashi pour fabriquer nos éponges en jersey recyclé.

Des adresses  pour les achats en vrac :

Le marché du Chapi à Soucieu, La main dans le sac, au marché de Brignais, La Super Halle d’Oullins, Day by Day, Biocoop, La Vie Claire... Voir la "Cartovrac", carte des commerces sans emballage. N'oubliez pas vos sacs, boîtes et bocaux !

Des livres…

Zéro déchet, de Béa Johnson, peut donner l’impulsion, mais sa démarche est extrême !

La famille (presque) zéro déchet, de Jérémie Pichon, est présenté de façon plus ludique.

Vous êtes fous d’avaler ça ! de Christophe Brusset, ancien acheteur dans l'industrie agro-alimentaire.

Green washing, de Cécile Berg, pour fabriquer soi-même ses produits d’entretien

…et des sites

Syndicat mixte d’études pour l’élimination des déchets

22/10/2018

Le club des veuves qui aimaient la littérature érotique

Le club des veuves.gifLe club des veuves qui aimaient la littérature érotique

Balli Kaur Jaswal

Belfond, 2018, 347 p., 21€

Traduit par Guillaume-Jean Milan

Au tableau d'affichage du temple, à côté des petites annonces matrimoniales, Nikki trouve une offre d'emploi qui pourrait la sortir de son travail de barmaid : "Association sikhe recherche animatrice pour atelier d'écriture réservé aux femmes."  Mais alors qu'elle pensait animer un atelier d'écriture créative, elle se retrouve face à un public d'Indiennes de tous âges, presque toutes analphabètes.

Veuves pour la plupart, elles révèlent rapidement une imagination fertile. La formation tourne à l'échange d'histoires salaces, mais sert aussi de révélateur de la condition des femmes de la communauté Sikh et de leurs aspirations. Aspirations combattues activement par les fondamentalistes !

Roman qui traite du sujet de la religion sikhe, du communautarisme, de l'intégration. Tout en étant très drôle, frais et original. Certaines histoires de veuves laisseraient monsieur Christian Grey pantois !

Pascale et Aline