Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : h��ron guernica

le héron de Guernica

Le héron de Guernica
Antoine Choplin, éd. La Brune, 2011

C'est au travers du regard de Basilio que l'auteur choisit d'aborder la tragédie de Guernica. Alors que les voisins s'occupent plutôt d'évacuation à Bilbao, Basilio exécute de petits travaux dans la ferme voisine, rend visite à son oncle à l'hospice, et rêve de danser avec Célestine au bal...

Jeune peintre passionné, il passe son temps dans les marais à observer et peindre les hérons cendrés. Son obsession ? Rendre sur la toile pas seulement la beauté, mais le frémissement de vie condensé dans l'immobilité de cet oiseau majestueux.
Son héron, il a prévu d'en faire cadeau à Célestina... mais l'arrivée des bombardiers allemands bouleverse tout !

Pourtant, ce n'est pas lui qui rendra compte de la tragédie de Guernica, mais un certain Picasso, qu'il tentera de rencontrer à l'exposition universelle de Paris.
Ce court roman à l'écriture ciselée rend compte de la vie quotidienne de la petite ville espagnole avant le drame, et nous interroge sur la nécessité de l'art.
Aline

Lire la suite

19/02/2012 | Lien permanent

la nuit tombée

La nuit tombée

Antoine Choplin

La fosse aux ours, 2012, 16 €rentrée littéraire,nucléaire,amitié

 

Gouri traverse la campagne ukrainienne à moto, en route pour une mission personnelle à Pripiat, en zone interdite. Juste avant la Zone, il s’arrête à Chevtchenko chez ses amis Vera et Iakov, le temps d’un repas, d’une discussion autour des événements de 1985. Iakov et leurs amis Stepan, Pavel (et tant d’autres!), ont « accompli leur devoir de citoyens », participant à nettoyer la zone de la centrale de Tchernobyl, et ils en portent les stigmates.

 

Gouri, le poète, témoigne à sa façon pour ceux qui ont été évacués et ceux qui sont restés, les villages, la campagne et les forêts contaminés :

                La bête n’a pas d’odeur

                Et ses griffes muettes zèbrent l’inconnu de nos ventres

                D’entre ses mâchoires de guivre

                Jaillissent des hurlements

                Des venins de silence

                Qui s’élancent vers les étoiles

                Et ouvrent des plaies dans le noir des nuits

                Nous voilà pareils à la ramure des arbres

                Dignes et ne bruissant qu’à peine

                Transpercés pourtant de mille épées

                A la secrète incandescence

 

Nouveau récit, tout en finesse, de l’auteur du Héron de Guernica, à la fois sobre et bouleversant, ode à la dignité, à l’humanité et à l’amitié. Aline

Lire la suite

14/09/2012 | Lien permanent

Rentrée du Bouillon

Pour cette séance de septembre, nous avons partagé nos coups de coeur et nos lectures de l'été.

 

forêt d'arbres creux.gifUne forêt d’arbres creux

Antoine CHOPLIN

La Fosse aux ours, 2015, 115 p, 16€

République Tchèque 1941, une famille arrive dans la ville-ghetto de Terezin (Theresienstadt). Architecte, Bedrich, le père, est alors affecté au bureau des plans pour agrandir les camps. La nuit par contre il dessine clandestinement tout ce qui se passe dans le camp : portrait, caricature, moments de vie… le tout caché dans une latte du bureau à dessin.

Toujours l’écriture ramassée et évocatrice d’Antoine Choplin, un  de nos auteurs favoris, dont nous avons aimé La nuit tombée (sélection du Prix Mes Sou Thu 2013) et Le héron de Guernica !

L’auteur  sera l’hôte de la librairie Murmure des Mots pour le café parlotte du 6 novembre !!!

 

part des flammes.gifLa part des flammes

Gaëlle NOHANT

Héloïse d’Ormesson, 2015, 492 p, 22€

Mai 1897, le Bazar de la Charité prend feu : 128 personnes trouvent la mort. Gaëlle Nohant brode ici une histoire autour de cet évènement de la fin du XIXe siècle. Elle y dépeint le Paris de l'époque, la vie des gens et surtout des femmes, pour qui l’importance du nom et du mariage est déterminante. Réflexion sur la lutte des pouvoirs et l’impact de la vie religieuse sur les mœurs. Les descriptions sont tellement minutieuses et détaillées qu’on a l’impression d’y être, être parmi la foule et les étals, au moment où est projeté le premier film cinématographique.

 

immeuble des femmes.gifL’immeuble des femmes qui ont renoncé aux hommes

Karine LAMBERT

M. Lafon, 2014, 250 p, 14,95€

Le titre parle de lui-même : un immeuble et sa propriétaire, ancienne danseuse étoile, déçue par les hommes. Dans son immeuble elle souhaite que les locataires aient toutes renoncé aux hommes. Karine Lambert nous raconte donc l’histoire de cinq femmes d’âges et d’univers différents, qui ne veulent plus entendre parler d’amour. Seul mâle toléré : Jean-Claude le chat. Jusqu’au jour où Juliette, la nouvelle locataire de 30 ans, débarque au sein de ce petit groupe, sans pour autant faire une croix sur les hommes… Roman à la fois drôle et grave qui nous parle des difficultés d’aimer et des blessures que l’on porte en soi.

 

Restaurant de l'amour.gifLe restaurant de l’amour retrouvé

Ito OGAWA

Philippe Picquier, 2013, 242 p, 19€

Traduit du japonais par Myriam d’Artois-Ako

Une jeune femme de 25 ans perd la voix après une rupture sentimentale très douloureuse. Elle décide donc de retourner dans la campagne japonaise, chez sa mère qui vit avec un cochon apprivoisé. Elle se découvre des talents de cuisinière et ouvre son restaurant, « l’escargot ». Mais attention, pas un restaurant quelconque : là, les clients seront triés sur le volet, et elle leur cuisinera des plats uniques pour réveiller en eux des émotions enfouies. Un premier roman très bien écrit, même si la fin est un peu rapide.

 

Je veux devenir moine zen.gifJe veux devenir moine zen

Kiyohiro MIURA

Philippe Picquier, 2005, 142p, 6,10€

Traduit du japonais par Elisabeth Suetsugu

Un cadre, rentré au Japon après 10 ans aux Etats-Unis, se rend régulièrement au temple proche avec son jeune fils. L’éducation de l’enfant se fait en partie au temple, dirigé par  une femme pleine de sagesse et de bon sens. Le fils finit par désirer devenir moine zen. Ce récit, très zen, raconte comment le voeu du jeune garçon bouscule ses parents et transforme  les relations familiales.

 

Ma vie de pingouin.gifMa vie de pingouin

Katarina MAZETTI

Gaïa, 2015, 269 p, 21€

Traduit du suédois par Lena Grumbach

Le roman alterne les récits de trois personnages principaux, lors d’une croisière en Antarctique : la jeune Wilma ; Thomas, divorcé ayant perdu la garde de ses enfants ; et Alba, 72 ans, qui observe et retranscrit les comportements animaux et humains. Si l’on trouve des situations graves dans ce microcosme, le ton reste assez léger, et le roman est agréable à lire, même si ce n’est pas un chef d’œuvre.

 

heure indigo.gifL’heure indigo

Kristin HARMEL

Denoël, 2014, 426 p, 21,50€

Traduit de l’américain The Sweetness of Forgetting par Christine Barbaste

Hope tient une pâtisserie à Cape Cod. Divorcée, elle a des rapports tendus avec sa fille, qui l’aide néanmoins beaucoup pour tenir la boutique familiale.  Sa grand-mère, Rose, atteinte d’Alzheimer, sait qu’elle a peu de temps pour lui transmettre un secret familial, qu’elle a caché toute sa vie. Dans un jour de lucidité, elle lui confie une liste de noms et lui demande de partir à la recherche de ces personnes à Paris. Les recettes transmises par la grand-mère (contenues dans le livre) sont aussi des indices, qui guideront  Hope dans sa découverte. Cette enquête familiale se révèlera aussi historique, et mènera Hope jusqu’à une synagogue et une mosquée à Paris. Elle lui permettra, en connaissant ses origines, de mieux se comprendre elle-même. Le roman offre de belles pages sur les Justes, et le précepte albanais de Besa, promesse de protéger ses hôtes et devoir de venir en aide à qui le demande. En même temps, c’est une histoire d’amour facile à lire.

 

secret de la manufacture.gifLe secret de la manufacture de chaussettes inusables

Annie BARROWS

Ed. du NIL, 2015, 621 p, 21€

Traduit de l’américain The Truth According to Us par Aline Azoulay et Dominique Haas

Eté 1938, aux Etats-Unis. Layla, jeune fille de bonne famille,  refuse le riche parti choisi par son père sénateur, qui la met au pied du mur : désormais elle doit travailler pour assurer son indépendance. Envoyée à Macedonia, elle doit rédiger la chronique de cette petite ville. Elle est logée dans l’excentrique famille des Romeyn, désargentés, anciens propriétaires d'une grande fabrique de chaussettes– Les Inusables Américaines – qui a été ravagée par un incendie plusieurs années auparavant. Ce même été, Wilma, 12 ans, décide de démêler des histoires des adultes, et met à jour des secrets bien dissimulés.

Ce roman, en partie épistolaire, est le premier rédigé entièrement par l’auteur, après "Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates", qu’elle avait fini de mettre en forme pour sa tante Mary Ann Schaffer. Il est un peu plus poussif à démarrer, mais plein de charme, et les personnages en sont attachants.

 

roi des ombres.gif

Lire la suite

01/10/2015 | Lien permanent

Bouillon de lecture autour de l'art

Question judicieuse : quels sont les arts ?

Traditionnellement, les arts majeurs sont l’architecture, la sculpture, les arts visuels (dessin & peinture), la musique, la littérature, les arts de la scène, (théâtre, danse, mime, cirque, humour). Le consensus désigne ensuite le cinéma comme 7ème art, les arts médiatiques (radio, télévision, photographie) comme 8ème art, la bande dessinée comme 9ème art, et les jeux vidéo comme 10ème art... puis les candidats sont nombreux pour le 11ème… arts culinaires ? éloquence ? mode et parfumerie ?...

 

Autour de la musique

art, Quatuor

Anna Enquist

Actes Sud, 2016, 300 p., 21€90

Auteur néerlandaise, musicienne, concertiste et psychothérapeute, Anna Enquist travaille en milieu hospitalier.

Amsterdam. Les personnages, amis de longue date, se retrouvent pour jouer de la musique : Caroline, violoncelliste, est médecin, son mari Jochem, alto, est luthier, Hélène 2nd violon, est infirmière, Hugo, 1er violon, dirige un centre culturel. L’ancien professeur de musique d’Hugo et Caroline, Rainier, âgé, donne encore des cours.

Chaque personnage parle à la 1ère personne pour livrer son histoire. La musique partagée les aide à surmonter les épreuves de la vie. Ce roman, au rythme soutenu, se lit vite et facilement, y compris pour les non mélomanes. Au-delà de la musique, qui imprègne tout le roman, l’auteur présente une critique de la vie actuelle aux Pays-Bas, et de la place accordée aux personnes âgées dans la société. Elle aborde les problèmes de la vieillesse et de la retraite. Quand on se voit diminuer, mais qu’on veut résister…

 

art, art,

Eric-Emmanuel Schmitt

Ma vie avec Mozart

Albin Michel (livre avec CD), 2005, 160 p., 23€90

Le narrateur parle avec Mozart. Il raconte qu’ado il déprimait, pensait au suicide, puis tout a changé pour lui à l’écoute de La flûte enchantée. « A cette époque je croyais que le monde mourait, alors que c’était moi qui mourais au monde ». Cette musique le rapproche de la vie. Il décrit ses états d’âme.

Madame Pylinska et le secret de Chopin

Albin Michel, 2018, 118 p., 13€50

Jeune, le narrateur n’aimait pas le piano, jusqu’à entendre sa tante jouer du Chopin. C’est sa professeure de piano qui lui apprend que le piano ne se joue pas seulement avec ses mains, mais avec tout son être. « Il y a des secrets qu'il ne faut pas percer mais fréquenter : leur compagnie vous rend meilleur. »

 

La Calligraphie

 

art, Passagère du silence

Fabienne Verdier

Albin Michel, 2003, 292 p., 23€

Fabienne Verdier a consacré toute sa vie à la calligraphie chinoise. A l’école des Beaux-Arts de Toulouse, elle s’intéressait aux représentations de la nature, essayant de saisir l’instant en un trait.

A 20 ans, partie en Chine, elle s’est retrouvée dans une ville immense, seule étrangère à l’université. Les professeurs, persécutés pendant la révolution chinoise, ont mis longtemps à lui ouvrir leur porte. L'artiste est restée dix ans à Chongqing, pour apprendre l'art de la calligraphie auprès de Huang Yuan, et du graveur de sceaux Cheng Yun. Au-delà de son aventure personnelle, on perçoit la philosophie qui sous-tend son art. Actuellement, elle travaille sur d’immenses calligraphies, et peint comme on danse, avec un pinceau énorme, soutenu par des rails, et guidé par un guidon de vélo. (cf Exposition à Aix en Provence l’été dernier, voir affiche Roland Garros 2018)

 

L’écriture

art, Mr Gwyn

Alessandro Baricco

Gallimard (Du monde entier), 2014, 192 p., 18€50

Mr Gwyn, romancier londonien, est au sommet de sa gloire après avoir écrit trois romans à succès. Dans un article du Guardian, il annonce qu’il n’écrira plus jamais de roman. Lorsqu’il revient à l’écriture, après un an, c’est pour faire des portraits de gens. Il crée un lieu, prépare l’ambiance, pour chacune des personnes qu’il va dépeindre.

On s’attache à ce personnage d’écrivain, sympathique, mais assez excentrique, sophistiqué, mystérieux. Un roman formidable, et une très belle réflexion sur l’artiste. Qu’est-ce qu’est un artiste. Qu’est-ce que l’art ?

Alessandro Baricco est écrivain, homme de théâtre, et musicologue. Son œuvre Novecento : pianiste, écrite sous la forme d’un monologue poétique, a été magnifiquement joué au théâtre par André Dussolier.

 

art, Miss Islande

Audur Ava Olafsdottir

Zulma, 2019, 266 p., 20€50

Histoire d’une femme qui pour pouvoir vivre de sa passion, l’écriture – la poésie- doit passer par le stade de miss Islande pour gagner son indépendance. Plus qu’une histoire d’artiste, c’est un récit sur la réalisation de soi, la débrouille et la résistance à l’ordre établi.

 

La peinture

 

art, Manet, le secret

Sophie Chauveau

Télémaque, 2014, 384 p., 22€

Nommé chef de file des impressionnistes, Edouard refuse d’étudier le droit, devient apprenti marin, rate le concours de l’école navale. Dandy, croqueur de femmes, il recherche la reconnaissance du salon des peintres, est éconduit. Ses amis, peintres et poètes sont évoqués dans le livre : Renoir, Degas, Pissarro, Monet, Baudelaire…  Amoureux de Suzanne, qui enseignait le piano à sa mère, il a un enfant avec elle, mais ne le reconnait pas, car elle n’est pas de son milieu. L’auteur décrit la relation extraordinaire de ce fils Léon avec sa mère. L’histoire de France s’entrechoque avec la vie de l’artiste, dans un contexte historique allant du second empire à la défaite française de 1870, puis à la IIIe république. Bien écrit, facile à lire et bien ancré dans l’histoire.

Sophie Chauveau a écrit avec talent de nombreuses biographies d’artistes romancées : La passion Lippi, Le rêve Botticelli, L’obsession Vinci, Fragonard l’invention du bonheur, Sonia Delaunay la vie magnifique…)

 

art, Radeau

Antoine Choplin

Pendant la guerre, Louis transporte en camion de précieux tableaux du Louvre, pour les emporter à l’abri dans le sud. Le radeau de la méduse en fait partie. Malgré l’ordre strict de ne pas s’arrêter, il recueille Louise, qui chemine au bord de la route. L’écriture ciselée et pudique de Choplin, à son meilleur, comme dans son splendide roman Le héron de Guernica.

 

art, art, Le meurtre du Commandeur

T1, Une idée apparaît / T2, la métamorphose se déplace

Haruki Murakami

Belfond, 2018, 456 + 472 p., 23€90/tome

Un jeune peintre, que sa femme a quitté, s’installe dans l’ancienne résidence d’un peintre japonais décédé, spécialiste de peinture traditionnelle. Il découvre au grenier une peinture obsédante, sur le meurtre du commandeur. Un voisin veut faire peindre un portrait, mais comment faire le portrait d’un homme sans visage ???

Intrigue à tiroirs, histoire d’amour, secret de famille, un peintre qui se cherche dans la progression de son art, la naissance d’une œuvre… Dans le 2e tome, Murakami fourni les réponses aux questions posées dans le premier. Féru d’art, il décrit la création, la quête du peintre, les rapports entre modèle et peintre, quand une toile est-elle achevée ? comment s’en séparer ?

Ces romans tournent autour de la peinture, et -comme souvent chez Murakami- mélangent réel et fantastique, jusqu’à ce que le lecteur ne distingue plus la frontière. "La réalité ne se limite pas seulement à ce qui est visible". Passionnant et philosophique.

 

art, Les couleurs de nos souvenirs

Bleu, histoire d’une couleur / Vert, histoire d’une couleur /….

Michel Pastoureau

Tous les livres de Michel Pastoureau autour de l’histoire et de l’origine des couleurs sont passionnants, avec des anecdotes très parlantes.

 

art, Le grand art

Léa Simone Allegria

Flammarion, 2020, 358p., 20€

Paul Vivienne, commissaire-priseur, a beaucoup vendu, mais il commence à être dépassé par internet et les ventes en ligne. Lorsqu’il découvre un retable au fond d’une chapelle toscane, il se demande si c’est un faux ou pas, s’il a de la valeur ou non. La forme du roman est proche de l’enquête policière, dans le milieu de l’art et de la finance, des bulles spéculatives.

 

art, Efface toute trace

François Vallejo

Viviane Hamy (Contemporaine), 2020, 320 p., 19€

Dans ce roman qui démarre comme un policier, le narrateur est un expert en art contemporain, chargé par un groupe de collectionneurs d'enquêter sur des incidents étranges ayan

Lire la suite

09/02/2021 | Lien permanent

Bouillon de petits éditeurs

Ce mois-ci, nous avons décidé de sortir des sentiers battus, et de lire des œuvres publiées par de petits éditeurs. "Petits"... c'est relatif, mais nous avons fait de notre mieux.

 

Editions des Lisières, Sainte Jalle (Drôme)

"Les éditions des Lisières abritent depuis 2016 des voie/x poétiques", souvent dans des éditions bilingues. Le livre est « pensé comme un objet artisanal, fait de plusieurs voix, de plusieurs mains ». Sa couverture incarne pleinement la beauté du contenu.

édition,roman étrangerBrouillons amoureux

Souad LABBIZE, 2017

Courts poèmes évocateurs, en français et arabe, dans un petit livre illustré, très soigné.

Michèle P. a fait des heureux parmi les jeunes –même ceux qui semblaient éloignés de la lecture- en distribuant plusieurs livres de poésie de cet éditeur à Noël.

 

Agullo Editions

Maison créée en 2016 en région Bordelaise par plusieurs professionnels du livres, dont Nadège Agullo, co-fondatrice des éditions Mirobole, et un graphiste.

« Abolir les frontières : Agullo Éditions est le porte-voix d'auteurs d'ici et d'ailleurs qui expriment et partagent leurs histoires, leur culture, leurs joies, leurs espoirs et par-dessus tout, leur humanité.».

édition,roman étrangerLa pension de la Via Saffi

Valerio VARESI, 2017 (Agullo noir)

Ghitta, la vieille propriétaire d’une pension dans un vieux quartier de Parme, est retrouvée assassinée. Le commissaire Soneri, piétine dans cette enquête qui fait ressurgir son passé : c’est dans cette pension pour étudiants qu’il avait rencontré sa femme, Ada, morte en couches peu après leur mariage. La ville a bien changé depuis sa jeunesse, et cette affaire l’oblige à remettre en cause sa vision du passé. Un roman policier d’enquête, bien mené, nimbé de nostalgie, où la psychologie du commissaire est bien développée. Comme souvent, c’est en creusant la personnalité de la victime –ainsi que son propre passé- que le commissaire pourra clore l’affaire.

 

Editions DO, Bordeaux

Créées en 2015 par Olivier Demettre, ancien libraire, les éditions DO ont pour vocation de faire découvrir des textes du monde entier - plutôt des formes courtes, et d’origines plus variées que les habituels anglo-saxons.

édition,roman étrangerComment j’ai rencontré les poissons

Ota PAVEL, 2016

Traduit du Tchèque par Barbora Faure

Recueil de chroniques autobiographiques écrites par Ota (Popper) Pavel, regroupées dans un ensemble proche du roman. Pavel rend hommage à son père, fantasque et fantastique, à la fois  meilleur représentant de commerce en électroménager du pays, et pêcheur passionné. A hauteur d’enfant, il raconte avec poésie les rivières, la pêche à l’anguille ou à la carpe, le braconnage, la complicité entre pêcheurs. L’ascendance juive de la famille Popper l’a désignée aux vexations pendant l’occupation allemande, et seul le jeune âge de Pavel l’a dispensé de séjourner comme son père et ses deux frères aînés en camp de concentration.  Le ravitaillement posant un gros problème, sa débrouillardise et sa connaissance de la pêche se sont révélées précieuses !  

Ce roman est un classique de la littérature tchèque, porté à l’écran, et le texte en français a été couronné par le prix Mémorable 2017 des libraires indépendants.

 

Editions La Fosse aux ours, Lyon

Créée en 1997 à Lyon, la Fosse aux Ours rassemble dans son catalogue plus de cent titres en littérature française et étrangère. Connu dans la région, cet éditeur publie beaucoup d’auteurs Italiens, dont l’excellent Mario RIGONI STERN, et notre chouchou Antoine CHOPLIN !

édition,roman étrangerQuelques jours dans la vie de Thomas Kusar

Antoine CHOPLIN, 2017

Garde-barrière à Trutnov, Tomas aime la forêt et la photographie. Sa vie est transformée par sa rencontre de fortune avec Vaclav Havel, auprès duquel il s’engage : transporter des enveloppes, coller des affiches… Même lorsque cet engagement lui fait perdre son travail, et que Vaclav Havel est emprisonné, il lui reste fidèle.

Dans une écriture concise, ciselée, Antoine Choplin apporte à son habitude un regard sur l’histoire par le biais d’un personnage secondaire qu’il sait magnifier.

Tous ses romans sont de la même qualité, nous avons eu un coup de cœur pour  Le héron de GuernicaLa nuit tombée et (prix des lecteurs 2013) et Une forêt d’arbres creux.

 

Editions La dernière goutte, Strasbourg

Fondée en 2008, « La dernière goutte aime le verbe, les mots, ce qui claque, ce qui fuse, ce qui gifle et qui griffe et qui mord. Les contes cruels, les dialogues acides. Elle défend des textes aux univers forts, grotesques, bizarres ou sombres. »

édition,roman étrangerLa bombe

Frank HARRIS, 2015

Le texte a été écrit par l’auteur en 1908, mais c’est sa première traduction en français. Il relate la vie d’un ouvrier de New York à Chicago, évoquant son engagement dans les luttes sociales et politiques aux Etats-Unis au début du 20ème siècle, et retraçant les origines de la fête du travail. L’écriture est un peu désuète, mais le sujet très intéressant.

Bacchiglione Bluesédition,roman étranger

Matteo RIGHETTO, 2015 (Fonds noirs)

Chassé-croisé de petits escrocs minables, à la recherche du pactole. Court et loufoque. L’intrigue manque de tenue et l’écriture ne présente pas grand intérêt.

 

Mirobole Editions, Bordeaux

Crée en 2011 par des employés de gros éditeurs, cette maison se spécialise dans les "Voyages littéraires en terres étrangères": « Rien de ce qui est humain ne m’est étranger. Des livres 100 % étrangers, imprimés 100 % en France. »

édition,roman étrangerBretzel Blues

Traduit de Dampfnudelblues

Rita FALCK, 2018

Ce titre fait partie de la série policière, bestseller en Allemagne, autour du commissaire bavarois Franz Eberhofer. Autre titre traduit : Choucroute maudite. Dans ce polar rural délirant situé dans le village de Niederkaltenkirchen, en  Bavière, on suit le commissaire Eberhofer, un peu flemmard, dans une enquête où il cumule les contrariétés. Heureusement que la porcherie qu’il rénove est pratiquement habitable, que sa Mémé lui cuisine de bons repas roboratifs, et que son chien Louis II lui sert de coach sportif !

 

Editions Le Tripode, Paris

"Depuis sa création à l'automne 2012, la maison d'édition est au service d'auteurs dont elle admire la seule liberté possible : préférer la sensibilité aux doctrines, privilégier le cheminement dissident de l’imaginaire à l'immédiateté du discours, sortir de la marche ordinaire du monde."

édition,roman étrangerAu cirque

Patrick DA SYLVAIN, 2017

C'est un texte très spécial et original qui ne laisse pas indifférent. Assez brutal, une tragédie familiale, mise en scène comme une grande tragédie antique. ..plutôt dérangeant.

 

Editions des 2 Terres, Paris

Pas si petite maison d’édition que cela… fondée en 2003 par l'Américaine Nina Salter, la maison se spécialise dans la traduction et la publication de romans étrangers, avec une dizaine de titres par an. Parmi ses auteurs les plus célèbres, Kazuo Ishiguro, Jeffery Deaver, Ruth Rendell, Patricia Cornwell et Carl Hiaasen. Nous avions aimé Deux caravanes et Brève histoire du tracteur en Ukraine, de Marina Lewycka.

édition,roman étrangerLe pari des guetteurs de plumes africaines

Nicholas DRAYSON, 2011

Bien écrit, fluide, plein d’humour assez « british », mais avec un réel contenu et un personnage principal doté d’une conscience politique : il écrit des satyres politiques où les personnages, à la façon des caractères de La Bruyère,  sont croqués en oiseaux. Critique ici.

 

De belles découvertes chez tous ces éditeurs, passionnés découvreurs de talents.

Nous remarquons une affluence de nouvelles petites maisons d'édition dans la région bordelaise... ? 

 

Lire la suite

Page : 1