Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Rechercher : mécanicien

Iran

Le mécanicien des roses
Hamid ZIARATI, traduit de l’italien par Marguerite POZZOLI
T. Magnier, 22€

L'auteur nous introduit dans  une famille traditionaliste iranienne, dont l'aîné, Aqbar, est travailleur et appliqué, mais capable de tout pour l'honneur de la famille... bien que lui-même non dénué de défauts ! A la génération suivante, nous suivons Reza et Khodadad, deux cousins, presque frères, qui s'enfuient du village pour échapper à l'emprise de la famille et découvrir la ville.

De son côté, Donya,  jeune fille vendue par ses parents qui ont perdu la fortune familiale, doit travailler durement comme servante. Après des années difficiles, elle est imposée comme femme à Reza, qui prend soin d'elle sans vraiment l'aimer. Car le véritable amour de Reza, c'est la belle Laleh, pauvre fille perdue par sa beauté et vendue comme prostituée.

Enfin, Mahtab, la fille adorée de Reza et Donya, leur « bouton de rose », fait des études de médecine et tombe amoureuse d'un étudiant en droit... mais l'époque des ayatollahs n'est guère favorable aux idylles !

Au fil des chapitres, le lecteur comprend que Reza est le lien entre ces différents personnages, victimes d'une société où les droits des hommes sont bafoués, et ceux des femmes tout simplement inexistants... le plus souvent sous prétexte de religion.

Ce roman, prenant et beau, est traversé par quelques moments de bonheur arrachés à l'adversité, mais globalement très sombre.  Ses personnages nous poursuivent, et en refermant ses pages, on se prend à se réjouir de vivre dans une société où les droits de l'homme et de la femme sont -relativement- respectés !

Lu et aimé par Chantal et Aline.

Lire la suite

19/02/2012 | Lien permanent

Petit fils débrouillard pour grand-père râleur

roman jeunesse, famille, La cavale

Ulf STARK, ill. Kitty CROWTHER

EDL (Pastel), septembre 2019, 139 p., 14.50€

Traduit du suédois Rymlingarna par Alain Gnaedig

 

Gottfrid adore son grand-père –grincheux et haut en couleurs- et lui rend souvent visite à l’hôpital. Avec la complicité du boulanger-mécanicien, Gottfrid  lui organise même une dernière escapade jusqu’à la « maison sur la falaise », où il a vécu avec Grand-mère. L’occasion de raviver les souvenirs heureux en dégustant le dernier pot de confiture d’airelles cuisiné avec amour par sa femme.

En bout de course, le grand-père  réfléchit à l’au-delà et espère ardemment y retrouver la compagne de sa vie. Il regrette de n’avoir pas su trouver les mots pour lui exprimer son amour, et voudrait s’amender  –au cas où il la retrouverait au paradis. Là encore, c’est le petit-fils qui intervient, et pique le dictionnaire de son père pour en partager les jolis mots avec le vieillard.

Récit très touchant, évocateur, facile à lire et souvent drôle malgré les sentiments abordés. Le garçon  comprend que son grand-père exprime sa colère, et que le vieillard et son fils (le père, dentiste posé et raisonnable) s’entendent mal parce qu’ils sont trop différents. On ignore bien sûr ce qui attend le grand-père après sa mort, mais cette fugue et ses efforts pour dépasser son mauvais caractère et sa colère lui permettront au moins de faire la paix avec son fils.

roman jeunesse,famille

Les illustrations aux crayons de couleurs, réalisées par Kitty Crowther, rehaussent le roman de leur dessin naïf, présentant un grand-père grincheux à souhait, un père soucieux... et de beaux  paysages scandinaves qui font eux aussi partie du récit. Le tout est servi sur un papier de qualité, bien relié. Bel écrin pour une histoire tendre et attachante, au goût de confiture d’airelles, dernier lien entre le grand-père et sa femme.

 « Ta grand-mère a cueilli les airelles, elle les a lavées, elle les a fait cuire, elle a ajouté juste le sucre qu’il fallait pour que ça ne soit ni trop amer ni trop sucré, elle a remué la confiture et elle l’a versée dans ce pot. Elle a pris son temps pour le faire. Elle a donné de son temps, elle y a réfléchi. Il y a une part d’elle-même dans ce pot. »

Thèmes : fin de vie, deuil, relation grand-père/petit-fils, relation père/fils – à partir de 10 ans

Aline

Lire la suite

25/11/2019 | Lien permanent

Jean Christophe Rufin (2)

Je disais donc que Jean Christophe Rufin a beaucoup varié les genres littéraires. Au Bouillon, nous avons apprécié que son écriture et son style s'adaptent à chaque fois à son sujet.

Rouge Brésil.gifRouge Brésil

Gallimard, 2001- Prix Goncourt

Roman historique, s'attachant à la colonisation française du Brésil (avant l'arrivée des Portugais). Il oppose deux conceptions inconciliables de la vie : d'un côté la civilisation européenne, conquérante, rigide et sûre de son bon droit ; de l'autre, le monde indien, avec sa sensualité et son sens de l'harmonie avec la nature. C'est aussi la mise en place de conflits dus à la religion : suite au refus de Louis XIV d'envoyer des renforts, les colons ont fait appel à la Suisse, d'où sont arrivés des Calvinistes très rigoureux...

 

Globalia.gifGlobalia

Gallimard, 2003

"Globalia, c'est la liberté ! Globalia, c'est la sécurité ! Globalia, c'est le bonheur." Roman d'anticipation, sur un système dystopique de globalisation, auquel tentent d'échapper des jeunes.

 

Grand Coeur.gifLe grand Coeur

Gallimard, 2012

JC Rufin a grandi à Bourges, au pied du palais de Jacques Coeur. Rien d'étonnant à ce qu'il ait écrit avec brio la biographie de cet homme d'intuition et de pouvoir, qui semble dirigé non par la morale, mais par la nécessité. Très tôt, il a tissé un réseau avec l'Italie et la Grèce, et initié les contacts avec l'Orient. A l'origine des impôts directs, pour financer les dépenses du roi Charles VII et assurer son indépendance par rapport aux nobles. La partie du roman évoquant la relation de Jacques Coeur avec Agnès Sorel, maîtresse de Charles VII, paraît moins étayée.

 

Immortelle randonnée.jpgImmortelle randonnée, Compostelle malgré moi

Guérin, 2013

JC Rufin a suivi le Chemin de Compotelle du Nord, le moins fréquenté. Les avis sont partagés sur le récit qu'il en rapporte. Certains ont trouvé l'ambiance bien rendue et apprécient son regard ethnologique sur l'évolution de l'Espagne et des monastères ; d'autres n'ont pas tellement apprécié son ironie -peu charitable- vis à vis des pèlerins rencontrés.

 

Collier rouge.gifLe collier rouge

Gallimard, 2014

1919, dans une petite ville du Nord de la France. Un héros de  la grande guerre est emprisonné et attend son jugement pour un acte peu banal. Son juge, officier militaire, ne comprend pas trop ce qu'il fait là ! Au dehors, un chien aboie, et dans la campagne, une jeune femme attend.  Après les Dardanelles, où il a côtoyé des hommes de beaucoup d'autres nationalités, ce jeune paysan un peu frustre s'est mis à lire et à se poser des questions sur la guerre...

 

Check-point.gifCheckpoint

Gallimard, 2015

1995. Deux camions d'une ONG progressent sur les routes de Bosnie. Dans un pays à l'atmosphère oppressante, la cohabitation se passe mal entre les humanitaires : un chef de mission fumeur de joints et peu sûr de lui, deux anciens militaires, un mécanicien assez louche, une jeune femme qui cache sa féminité. L'auteur dévoile peu à peu les motivations des humanitaires, pas toujours avouables, et irréconciliables, dans une ambiance de plus en plus explosive !

Lire la suite

06/12/2015 | Lien permanent

Coups de coeur du bouillon de février 2012

Echanges chaleureux autour de romans coup de coeur... et des chouquettes au sucre-glace de Geneviève !

Latham, de Christine Lapostolle (Flammarion 2012)
Maryvonne nous signale ce beau roman d'une Bretonne, dont les écrits étaient jusqu'ici intimistes. L'écrivain a été subjuguée par la photographie en noir et blanc d'un homme, debout sur son aéroplane, flottant dans les eaux de la Manche à quelques encablures de Douvres. Il s'agit d'Hubert Latham, pionnier de l'aviation française et le  premier à tenter la traversée en aéroplane de la Manche le 19 juillet 1909 (exploit réussi par Blériot le 25 juillet).
Christine Lapostolle s'attache au rêve d'envol de ce dandy de l'aviation, et relate sa vie et ses vols téméraires sur les élégants avions "Antoinette". Elle visite les lieux qu'il a fréquentés, se prend à imaginer des conversations avec lui. Elle évoque la distance entre le rêve d'envol et les applications militaires de l'aviation, et fait le rapprochement entre le Sangatte d'autrefois, lieu d'envol pour la périlleuse traversée de la Manche, et celui d'aujourd'hui, lieu de départ pour tous ces étrangers qui veulent gagner l'Angleterre...

Venir au monde, de Margaret Mazzantini (R. Laffont, 2010)
Jacky présente ce roman qui prend aux tripes, sur le thème du besoin de maternité (recherche médicale, mère porteuse...) sur fond de guerre à Sarajevo. Maryvonne a aimé. Du même auteur, Ecoute moi est tout aussi fort et noir.

Cet instant-là, de Douglas Kennedy  (Belfond, 2011)
A 50 ans, Thomas Nessbitt reçoit un paquet de lettres qui le renvoie à son amour de jeunesse à Berlin, en pleine guerre froide. Berlin, la Stasi... le lecteur est plongé dans un roman d'espionnage, mais aussi un drame psychologique et un roman d'amour. Pour Catherine, c'est un bon Douglas Kennedy.

Les nymphéas noirs, de Michel Bussi  (Presses de la Cité, 2011)
"Trois femmes vivaient dans un village. La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste..." Cette histoire commence comme un conte, mais c'est bien un roman policier, au rythme un peu étrange et au dénouement surprenant. Joli village pittoresque, Giverny est tranquille, voire immobile, sauf lorsque débarquent les hordes de touristes américains, sur les traces de Monet. Jérôme Morval, éminent ophtalmologue, est retrouvé assassiné dans la rivière de l'Epte. Deux jeunes policiers enquêtent, l'un de la région, efficace et pragmatique, l'autre spécialiste en peinture et fantaisiste.
Au centre du récit, trois personnages féminins: une fillette surdouée pour la peinture, une belle institutrice, une vieille femme qui voit tout connaît toute la vérité.
Plusieurs lectrices ont aimé ce livre, sélectionné pour le prix Mes-Sou-Thu.

Désolations, de David Vann  (Gallmeister, 2011)
Les enfants ont grandi, le couple bat de l'aile, le mari décide de s'installer sur une île isolée avec sa femme, pas très enthousiaste. Plus la cabane se construit, plus la tension monte... Réflexion sur le couple et le temps qui passe, ce livre enchante aussi par de très belles pages sur l'Alaska. Il est tout aussi fort que Sukkwan Island, même si l'on ne retrouve pas l'aspect de huis-clos morbide du premier roman de David Vann.

Les heures silencieuses, de Gaëlle Josse  (éditions Autrement, 2011)
Delft, 17e siècle. Magdalena, déjà âgée pour l'époque (40 ans ?), écrit son journal et revient sur sa vie, atypique. Les femmes de riches bourgeois se font représenter par les peintres à la mode dans leurs plus beaux atours, mais elle a préféré se faire peindre de dos, à son épinette, et revient sur les sentiments intimes qui guident ce choix. Enfant, elle suivait partout son père armateur, mais le commerce étant réservé aux hommes, elle a dû se contenter d'épouser l'homme qui devient administrateur de la Compagnie et rester au foyer...
Premier roman d'un auteur de poésie, très court, à l'écriture fine et posée, ce livre est un bijou. Gaëlle Josse est invitée au café parlotte du vendredi 6 avril à la librairie Murmure des Mots, pour évoquer son second roman.

La tristesse de l'ange, de Jon Kalman Stefansson  (Gallimard 2011)
Sans s'être donné le mot, Jacqueline et Chantal ont toutes deux apporté les romans de cet auteur nordique, La tristesse de l'ange et Entre ciel et terre (voir critique), tous deux ma-gni-fi-ques, dont elles nous ont lu quelques extraits !
La tristesse de l'ange, ce sont les flocons de neige, l'hiver.
Le gamin, orphelin, élevé par deux dames, lit beaucoup, et fait la lecture à voix haute de poèmes au capitaine aveugle. Lorsque le postier arrive à cheval, il est complètement gelé, et il a besoin du l'aide du gamin pour continuer son chemin et traverser les fjords. S'ensuit un récit de voyage, initiatique, où le petit soutient souvent le grand, et où chaque maison abrite au moins un livre...
A lire et à relire !

Aline et Chantal présentent Le mécanicien des roses (voir critique).
Annie rappelle Le pari des guetteurs de plumes africaines, qu'elle a trouvé à la fois plein d'humour et instructif (voir critique) et d'Acier, évoqué lors du dernier bouillon.
Maryvonne, Sylvie et Catherine ont aussi beaucoup aimé Le Turquetto, de Metin Arditi (voir critique).

Lire la suite

Page : 1