Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2008

Comité de lecture du jeudi 4/12/08

PROCHAINE REUNION

Jeudi 4 décembre à 20h à Saint Laurent d’Agny (covoiturage)

 

Les livres en lecture pour cette date sont :

 

Un brillant avenir  Catherine CUSSET

Paradis conjugal  Alice FERNEY

L'inaperçu           Sylvie GERMAIN

 

Bonne lecture, et à bientôt !

24/10/2008

Ce que le jour doit à la nuit

Ce que le jour doit à la nuit    de Yasmina KHADRA     Julliard, 2008

 

 

Le récit commence par  la descente aux enfers d’un paysan ruiné dans l’Algérie coloniale. Younes est son fils. On s’épuise un peu dans  les 50 premières pages, rien ne domine cette  enfance  miséreuse, grise à force d’être  sinistre.

 

Erreur, il faut s’accrocher, c’est un vrai roman, pas un documentaire. Younes  grandit, devient Jonas et tourne le dos à sa filiation d’origine. L’histoire prend  son relief avec de belles images féminines (voir  la photo en  couverture). L’insouciance cruelle du colonialisme se conjugue avec la  légèreté des amitiés d’adolescence. Khadra nous décrit un monde perdu : le rêve des colons qui  jusqu’au bout s’obstinent,  ferment  les yeux sur les massacres perpétués, de part et d’autre.  Pour Jonas, le balancier s’est inversé, il est devenu  un homme  établi, mesuré, respecté qui  survivra à la guerre fratricide. Son désastre est intérieur, il a toujours appris à perdre, à plier, à nier sa filiation,  à  mettre son  désir en sourdine. On n’en dira pas plus sur le grand amour de sa vie… pour préserver le déroulement du récit.

 

Le contexte reste  politique: Y Khadra  raconte au quotidien  le départ des  «pieds noirs».  Nos  héros de « Rio Salado »  n’ont jamais « guéri du bled »,  une nostalgie douloureuse qu’ils partagent  avec ces  « frères » méconnus... qu’ils traitaient si mal de l’autre côté de la Méditerranée.  

 

Je m’interroge encore sur le sens du titre : « Ce que le jour » (la sortie du colonialisme, la « réconciliation ») doit à la nuit (cette misère noire qui a englouti la génération précédente, les parents de Younes) ? Mais  le romancier dépasse  le  seul témoignage politique. Jonas est un vrai personnage de roman, déchiré sur un drame intérieur.  Cette « nuit », Jonas la porte en  lui. Son fardeau : c’est la soumission,  l’obéissance,  son silence…. qui lui ont aussi permis de survivre ! Jonas  est devenu un vieillard presque serein, sa survie il l’a  payée  au prix fort : mutilé,  jusque dans ses choix les plus intimes. Optimiste, pessimiste : le livre est fort de tous ces contrastes… comme son très beau titre.

 

Sylvie

22/10/2008

Lire en Fête 2008

Bistrot lecture à la bibliothèque :

Samedi 11 octobre, la bibliothèque avait des airs de guinguette : petites tables de bistrots dans tous les coins, thé, café et apéritif... pour réunir les amateurs de lecture à voix haute :

Bistrot lecture 3.JPG
 

 Chacun avait apporté son texte, ce qui nous a valu une grande variété :

Souvenir d'une promenade à  Lyon de Rousseau, poèmes de Roger Kowalski -qui passa une partie de sa jeunesse à Soucieu- et Marc-Alain Ouaknin,  une belle page de Mort à crédit de Céline , un texte de Nelson Mandela sur la liberté. Enfin des extraits de Matin Brun de Frank Pavloff, de 35 kilos d'espoir d'Anna Gavalda et de L'enfant de Noé d'Eric-Emmanuel Schmitt. Mais aussi un inédit de St Exupéry, "L'essentiel" de Charles Aznavour, une chanson de Jacques Brel...

 Bistrot lecture.JPG

 

Merci à tous les participants pour ce très beau choix de textes et pour la qualité d'écoute !

 

Pour plus de photos, consulter le blog de Sylvie Broyer

 http://interco-soucieu-mornant-images.blog4ever.com/blog/... 

Les Elus de la Commission Culture ont profité de ce temps de fête du livre pour remercier les deux équipes de bénévoles qui ont fourni un effort intense ces six derniers mois afin d'informatiser la gestion de la bibliothèque. A eux aussi, un grand merci !

bistrot lecture broyer 11.JPG

13:49 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (1)

15/10/2008

Le ventre de l'Atlantique

Le ventre de l'Atlantique   de Fatou DIOME   (née au Sénégal et vivant en France)   Carrière, 2003

Les jeunes Sénégalais rêvent de chateaux en Espagne et font de la France leur terre promise ; ils rêvent de venir en France en particulier pour devenir des vedettes du football à l'image de certains joueurs de l'équipe des  Bleus.

Salie jeune sénégalaise qui vit en France essaie de leur montrer les difficultés causées par la face cachée de l'immigration (papiers, chômage, climat , conditons de vie , de logement, etc...)  qui est souvent un leurre et une souffrance, ainsi que le problème posé à l'occasion d'un séjour dans son pays natal.

 

2 phrases extraites du livre traduisent  bien  à mon avis ce malaise :

 

...."En Europe, mes frères, vous êtes d'abord noirs, accessoirement citoyens, définitivement étrangers et ca n'est pas écrit dans la Constitution  mais certains le lisent sur votre peau"...

 

..." De quel droit me traitait -il d'étrangère alors que je lui avais présenté une carte d'identité similaire à la sienne?  Etrangère en France, j'étais accueillie comme telle dans mon propre pays : aussi illégitime avec ma carte de résident qu'avec ma carte d'identité"

 

Ce livre me fait penser à la chanson "Lili" de Piere Perret sur Lili, que j'adore.

 

Marie-France

 

 

07/10/2008

Le rapport de Brodeck

Le rapport de Brodeck, de Philippe CLAUDEL   Stock, 2007

Le métier de Brodeck consiste à établir de brèves notices sur l'état de la flore, des arbres, des saisons, un travail sans importance pour son administration. Brodeck ne sait même pas si ses rapports parviennent à destination. Depuis la guerre, les courriers fonctionnent mal. Le maréchal-ferrant du village lui demande de consigner les évènements de la guerre sans ajouter de détails inutiles.

A chaque chapitre, un personnage apparaît. "Bon" ou "mauvais" ? C'est la nature humaine qui se dépeint avec ce qu'elle a de meilleur et de pire. Le malaise persiste lorsque la dernière page se referme. L'écriture, les mots, ne peuvent que toucher et déranger.

A lire absolument. Prix Goncourt des lycéens 2007.

Martine

Comité de lecture du 8 octobre 2008

Livres proposés à la lecture

 

Un arc en ciel dans la nuit, de Dominique LAPIERRE

 

Ce livre est passionnant et se lit comme un roman. C'est une magnifique fresque très bien écrite. J'ai appris beaucoup sur l'histoire de l'Afrique du Sud, et notamment l'impact très fort de la croyance inaltérable des premiers Hollandais d'être un peuple élu. Cette conviction s'est transmise de génération en génération, renforcée par la dureté des conditions de vie, les affrontements nombreux et violents et explique pour une large part l'apartheid que je ne soupçonnais pas aussi fanatique.

Nelson Mandela par son esprit d'ouverture et sa tolérance (à sa sortie de prison) a certainement évité une guerre civile.

 

Un livre à lire absolument.

 

Un jardin dans les Appalaches, de Barbara KINGSOLVER

 

J'ai hésité à proposer ce livre car je souhaitais faire connaître Barbara Kingsolver plutôt par ses romans. Nous n'avions pas en rayon les meilleurs romans et celui-ci était une nouveauté. Je l'ai beaucoup aimé car je trouve Barbara Kingsolver et sa famille enthousiastes, idéalistes et généreuses. Elle fait passer sa passion avec humour et parfois excès mais il faut, je crois, se placer dans le contexte. Elle est américaine et veut convainces ses lecteurs du bien fondé de ses convictions. Elle est dans la continuation de ses romans dans lesquels elle exprime sa passion de la nature. 

Romans à conseiller : Un été prodigue, des cochons au paradis, l'arbre aux haricots

 

Margharita dolcevita, de Stephano BENNI

 

J'ai découvert l'auteur, et bien aimé ce livre farfelu et  plein d'humour. C'est une fable qui oppose deux mondes et montre l'emprise de l'un sur l'autre, à l'exception de Margharita, clairvoyante, qui résiste.

Les personnages de la famille de Margharita, atypiques, sont décrits avec beaucoup d'humour. Beaucoup de tendresse et de poésie également dans ce roman. A travers ce récit très original, l'auteur fait réfléchir sur la société et met en valeur l'esprit critique.

 

Annie

 

 

Un homme accidentel

Un homme accidentel, de Philippe BESSON    Juilliard 2008

 

Deux hommes qui n'auraient pas dû se rencontrer : un policier consciencieux, marié, attendant un enfant et un acteur adulé par Hollywood.

Celui-ci est soupçonné du meurtre d'un jeune prostitué .

Un amour fou, une passion se déclenchent entre les deux hommes, rien ne peut l'arrêter.

Le policier qui est le narrateur est happé par cet amour et recherche mollement l'assassin.

Celui qui fait équipe avec lui entrevoit la vérité et avec beaucoup de tact résout l'énigme, mais précipite la chute des 2 amants.

La fin est tragique.

Beaucoup de pudeur, une écriture fluide, des paragraphes et des phrases courtes.

Se lit d'un trait.

 

Marie-Claire

 

La fille des Louganis

La fille des Louganis, de Metin ARDITI         Actes Sud 2007

 

De l'auteur de « La Pension Margherita », un roman d'amour sous forme de tragédie grecque.Se lit facilement, le lecteur est transporté dans ce monde sans compromissions.

Dans une petite île grecque, 2 frères épousent 2 soeurs ; les 2 familles sont très unies et confrontées à la fatalité tragique.

Paulina très amoureuse d'Aris qu'elle croit  son « cousin » ,  met au monde une petite fille qu'elle doit abandonner à la naissance et passe sa vie à rechercher cette enfant, croyant la voir partout et notamment en Suisse où elle émigre.

C'est l'amour-passion à toutes les étapes et toujours contrarié par le destin.

 

Marie-Claire

 

Une ombre, sans doute

Une ombre sans doute, de Michel QUINT   J. Losfeld, 2008

Par l'auteur de "Effroyables jardins", un roman aux phrases longues, pas facile d'accès, mais intéressant.

Suite au suicide de ses parents, un homme arrive dans un village du Nord. En allant à la mairie s'occuper de la succession, l'employé constate que son prénom ne correspond pas à celui indiqué sur le dossier officiel. Il part donc en quête de témoins susceptibles de prouver son identité. Il rencontre une vieille dame qui l'éclaire sur la mort de ses parents en « distillant » ses informations et en ménageant le suspense. Flash-back sur l'époque de la deuxième guerre mondiale.

 Marie-Claire

06/10/2008

Ulik au pays du désordre amoureux

Ulik au pays du désordre amoureux,   de François LELORD,  Oh ! Editions, 2003

Un jeune Inuit venu aux Etats-Unis plaider pour la défense de sa banquise et du mode de vie esquimau est totalement pris au dépourvu par les rapports hommes/femmes dans la société occidentale.

Venant d’une tribu où ces relations sont très codifiées, il ne comprend rien aux signaux contradictoires émis par les femmes qu’il rencontre. Les femmes semblent pouvoir se passer des hommes, beaucoup vivent seules, celles qui semblent avoir envie de lui veulent être payées… Que de choses inconcevables dans sa tribu !

Heureusement, grâce à la rencontre de plusieurs femmes émues par sa sincérité et sa candeur, Ulik va découvrir que malgré les apparences, les lois de l'amour sont universelles.

J'ai beaucoup aimé la fraîcheur de ce livre, écrit par un psychiatre et psychothérapeute, qui s'était déjà illustré avec son roman Le Voyage d'Hector ou la recherche du bonheur.

Entre voyage initiatique et conte pour grandes personnes, Hector raconte ses périginations de psy naïf, parti en voyage autour du monde pour comprendre ce qui fait vraiment le bonheur : trouve-t-on le bonheur dans la réussite ? dans les relations avec les autres ? Dépend-il des circonstances ou d'une manière de voir les choses ? Hector prendra surtout des leçons de bon sens, qui lui permettront de reprendre sa vie et son métier. Attention, l'écriture volontairement naïve agace certains.

Aline