Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/12/2008

Le premier qui pleure a perdu

Le premier qui pleure a perdu, Sherman Alexie

Albin Michel (Wiz), 2008

 

Junior n’a vraiment pas de chance : non seulement il est né avec une drôle de tête, mais en plus sa famille est misérable, et vit sur une réserve indienne. Comme il le dit « La pauvreté ne rend pas plus fort, elle ne donne pas de leçons de persévérance. Non, tout ce que nous apprend la pauvreté, c’est à être pauvres ». Pire encore, il est premier de sa classe, et souffre-douleur des enfants de son âge.

Pourtant, Junior est drôle, doué et affectueux. El il est assez lucide pour savoir qu’il n’aura aucun avenir s’il reste avec les siens. Il décide alors d’étudier au lycée des Blancs, plus prestigieux. Quitter la réserve ne se révèle pas facile : kilomètres à avaler, souvent à pieds, choc culturel, mais surtout haine des indiens de la réserve et de son meilleur ami, qui ne comprennent pas ce qu’ils considèrent comme une traîtrise. Alors Junior n’a pas le choix, il faut qu’il soit le meilleur en classe, au basket… au risque d’affronter la solitude.

 

Ecriture fluide, parfois familière. Beaucoup d’humour, y compris dans les dessins de Junior qui agrémentent le texte. Bestseller aux Etats-Unis, ce roman aborde de nombreux sujets : l’amitié, l’exclusion, la faim, l’alcoolisme sur les réserves et ses conséquences, les attitudes racistes… pas toujours là où on les attend.

Un roman –autobiographique- plein de vie et d’espoir !

Aline

Les fragmentés

Les fragmentés, de Neal Shusterman. – Le Masque, avril 2008. (MsK)

 

Dans un monde ressemblant au nôtre, la « Deuxième Guerre Civile » s’est terminée par un compromis, la « Charte de Vie » : il est interdit d’attenter à la vie d’un enfant, depuis le moment de sa conception jusqu’au jour de son treizième anniversaire. Néanmoins, tout parent peut décider d’interrompre la vie de son enfant entre l’âge de treize et dix-huit ans par le biais de la fragmentation, qui permet de récupérer tous ses organes… et donc de prolonger sa vie, d’après la propagande.
La fragmentation est devenue une pratique courante. Pour des raisons différentes, 3 adolescents, Connor, Risa et Lev, se retrouvent sur la liste fatale. Leurs chemins se croisent, et ils s’unissent pour échapper aux Frags, la police des fragmentés.

 

Thriller d'anticipation original, c’est aussi un roman initiatique qui propose une réflexion sur l'indépendance, la quête de soi, les relations avec les autres et ce qu’on est prêt à faire pour survivre. L'histoire est assez complexe, avec des rebondissements pas forcément attendus.

 

Aline

 

10/12/2008

Islande

Karitas, sans titre – de Kristin Marja BALDURSDOTTIR                   Gaïa, 2008

 

En 1915, la mère de Karitas  –dont le mari a disparu en mer-  décide de quitter la ferme familiale pour s’installer au port d’Akureyri, afin de gagner de quoi envoyer ses enfants à l’école. Karitas, la plus jeune des filles, s’occupera longtemps des tâches ménagères avant d’aller avec les femmes se brûler les mains à saler le hareng. Elle aura la chance de suivre l’école des beaux arts à Copenhague, mais peinera ensuite à concilier ses aspirations d’artiste et la dure vie sur la ferme isolée de son mari. Comment pourrait-elle se consacrer à l’art quand le plus bel homme d’Islande n’arrête pas de lui faire des enfants ?

 

C’est la rude Islande du siècle dernier que nous conte Kristin Marja Baldursdottir, au travers de la vie de Karitas.

La  vie quotidienne des femmes, toute de labeur, entre les naissances et la tenue des maisons. La beauté des fjords, l’hivernage en famille dans les fermes de tourbe et les fêtes de l’été. Les longues saisons de pêche sans les hommes, le salage du hareng, la chasse aux grands labbes…

Les chapîtres du récit alternent avec de courtes scènes de description, conçues comme des tableaux qu’aurait pu peindre son héroïne…

 

Comme l’annonce la 4ème de couverture, fidèle au livre, Karitas, Sans titre est une « magistrale reconstitution historique, sociale et humaine, située dans un décor époustouflant. Un destin [de femme] passionnée… ». Certes, je suis partiale : depuis un voyage de découverte de l’Islande, j’ai une affection particulière pour cette île et ses habitants. Mais même sans connaître le pays, je pense que ce livre est beau, fort et émouvant, et je le recommande à tous ! Ne vous laissez pas rebuter par les 500 pages roses…

 

Aline

 

 

 

03/12/2008

Histoire locale

Le Plateau Lyonnais, coteaux et vallons

Causerie sympathique samedi  22 novembre, autour de monsieur Rivoire. Il nous a présenté ce livre, dont il est co-auteur avec d'autres spécialistes de l'histoire locale.

Vous connaissiez le "coquetier" ustensile de cuisine servant de support à l'oeuf à la coque ?

Et bien, le coquetier de Brindas et celui de Soucieu sont tout autres ! Historiquement, ce terme désignait dans la région "le marchand ambulant qui ramassait les oeufs de ferme en ferme pour venir les vendre à la ville... bien entendu il collectait aussi le beurre, les fromages, les volailles, le saucisson, et à l'occasion les fruits et légumes". Les coquetiers étaient nombreux au 19ème siècle dans les villages du Plateau Lyonnais.

Hélas, nous avons dû nous passer de monsieur Robert, qui devait nous présenter l'historique de la blanchisserie dans l'Ouest Lyonnais. Il est en convalescence et n'a pas pu monter les escaliers de la Tour !

Monsieur Rivoire a offert à la bibliothèque un exemplaire dédicacé de ce livre. Il est disponible au prêt ou à la consultation. Des aqueducs romains à l'irrigation collective actuelle, en passant par le patois franco-provençal, les vignerons et la révolution fourragère... des articles variés vous attendent.

17:41 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0)

Heure du conte du 14 novembre

Alerte à l'ours !

Le pedescaous devait arriver à l'amphi des maternelles avant la tombée de la nuit...

Mais suite à un décès dans la famille de Martine, il manquait une conteuse ! Pas de Pedescaous, donc !!! Il reviendra à une date ultérieure, ne vous inquiétez pas.

Heureusement, Anne et Paulette ont quand même raconté pour les enfants.

17:24 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0)