Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2009

Au zénith

AU ZENITH - Duong Thu Huong

S. Wespieser, 2009

 

Un beau portrait romancé, poétique et politique

Si vous aimez le voyage, tant pour regarder à la vitre qu’approcher les âmes, alors vous surmonterez sans peine les presque 800 pages de ce roman traduit du vietnamien.

 

Le  livre s’ouvre avec le monologue  supposé du vieil Ho Chi Minh, dans un portrait très librement adapté. Duong Thu Huong peint un homme amer et attachant, trahi par l’immense machine communiste qu’il a servie toute sa vie et à laquelle il aurait sacrifié la compagne aimée. Les idéaux politiques ont accouché d’un régime cruel où les vieillards font figure d’humanistes modérés.

 

Selon la romancière en exil, les usurpateurs ont su faire leur terreau d’une tradition millénaire où les  affaires familiales se règlent en place publique, où rumeur et délation ligotent désir et volonté individuelle. Les brutes sont familières, épouse ou fils dans le cercle des dirigeants. Comment un  peuple peut-il s’aveugler sur ses enfants corrompus ?

 

La romancière ose une hypothèse surprenante: « C’est par angoisse de devenir une âme errante qu’on ferme les yeux sur la bassesse de sa descendance. Des générations de parents ont serré les dents pour supporter l’ingratitude de leur progéniture dans l’espoir qu’après leur mort, elle s’occuperait correctement des funérailles. » Voilà  une lecture pour bouleverser nos repères !

 

Sylvie

 

 

Les commentaires sont fermés.