Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2009

Laver les ombres

Laver les ombres, Jeanne BENAMEUR      (Actes Sud, 2008)

 

Léa est chorégraphe. Elle danse par passion et par nécessité, pour maîtriser sa vie et son corps. Le mouvement parfait, l’alliance avec l’air, lui permettent de faire refluer ses angoisses. Elle aime Bruno, artiste peintre, mais ne parvient pas à vraiment se laisser aller.

 

Son récit alterne avec celui de Romilda, séduite à Naple en 1940 par un beau français, qui l’a forcée à se prostituer en maison close pendant 3 ans. C’est le passé, le « passif » de sa mère, qu’elle avait tu jusqu’ici, mais révèle à Léa une nuit de tempête.

Moment de révélation crucial pour la mère, qui se demande si sa fille va comprendre et pardonner…

 

Comme toujours, un roman porté par l’écriture ciselée de Jeanne Benameur, dont j’ai aussi beaucoup apprécié les romans « Les demeurées », « les mains libres » et « présent ».

 

Aline

Les commentaires sont fermés.