Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2009

Le lieu perdu

Le lieu perdu,   Norma HUIDOBRO

L. Levi, 2008

 

Un tortionnaire, Ferroni, expert en interrogatoires au service de la dictature argentine dans les années 1970, se voit confier, contre son gré, une mission : obtenir des renseignements auprès d'une jeune femme Marita, amie de Mathilde partie travailler à Buenos Aires et qui s'est enfuie avec un « subversif » activement recherché par la police.

 

Marita, blessée dans son enfance, s'enferme dans son mutisme. Elle possède des lettres échangées avec son amie de toujours, Mathilde, et exigées par Ferroni qui reçoit l'aide de la grand-mère Maria dénuée de tendresse. Le soutien de Marita, c'est la vieille et sage Dona Nativita en attente, elle aussi, des lettres de son fils.

 

Ferroni sous ce soleil incandescent retrouve des blessures enfouies qu'il veut oublier, déterminé à venir à bout de la résistance de Marita.

 

Ce qui saisit d'abord dans ce roman c'est la torpeur, la chaleur qui accablent le village où vit Marita. Le soleil écrase le lieu et les hommes ; le silence règne. Parfois des bribes d'images, des souvenirs émergent et laissent deviner des secrets.

 

Ce roman raconte, dans une atmosphère suffocante, une histoire d'amitié, de solitude, de souffrances, où chacun a sa part d'ombre et de mystère dans un pays soumis à une dictature implacable.

 

Annie

Les commentaires sont fermés.