Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2009

Moi je suis une lectrice compulsive

Pour tous ceux qui, à toute heure du jour (ou de la nuit) peuvent s’absorber totalement dans un livre : voici un extrait du Club des Incorrigibles Optimistes, de Jean-Michel GUENASSIA :

 

Moi, j’étais un lecteur compulsif. Ça compensait le reste de la famille. Le matin, quand j’allumais la lumière, j’attrapais mon livre et ne le quittais plus. Ça énervait ma mère de me voir le nez fourré dans mon bouquin.

 

-         Tu n’as rien d’autre à faire ?

 

Elle ne supportait pas de me parler et que je ne l’écoute pas. A plusieurs reprises elle m’avait arraché le livre des mains pour m’obliger à lui répondre. Elle avait renoncé à m’appeler pour le dîner et avait trouvé une solution efficace. Depuis la cuisine elle coupait l’électricité dans ma chambre. J’étais obligé de les rejoindre. Je lisais à table, ce qui horripilait mon père. Je lisais en me lavant les dents et aux toilettes. Ils tambourinaient à la porte pour que je cède la place. Je lisais en marchant. Il me fallait quinze minutes pour aller au lycée. C’était un quart d’heure de lecture qui s’étirait en une demi-heure ou plus. J’intégrais ce supplément et partais plus tôt. J’arrivais souvent en retard et me ramassais des colles à la pelle…

 

Aline

lectrice compulsive

 

La grand-mère de Jade

La grand-mère de Jade, Frédérique DEGHELT

Actes Sud, 2009

  

Jade va chercher sa grand-mère de 80 ans en Savoie (menacée de la maison de retraite) et la ramène à Paris.

Il naît une grande complicité entre les deux, elles partagent l'amour de la lecture et de la littérature.

 

Deux personnages complètent ce charmant tableau : un jeune Indien « craquant », un éditeur « idéal ».

La fin est inattendue et « rassurante ».

 

Livre bien écrit, agréable à lire, c'est un joli conte moderne auquel on se laisse prendre.

 

Au comité de lecture d’octobre 2009

  

Marie-Claire

22/09/2009

L'ombre du vent

L'ombre du vent

Carlos RUIZ ZAFON

Grasset, 2004

 

Daniel, notre narrateur, âgé de 11 ans en 1945, est initié par son père libraire au secret du Cimetière des Livres Oubliés, situé dans un vieux quartier de Barcelone. Selon la tradition, il peut pour cette première visite « adopter » un livre.

 

Le destin veut que Daniel choisisse un roman de Julian Carax, auteur Barcelonais disparu, et dont les œuvres sont partout mystérieusement pourchassées et brûlées. Cette lecture l’entraîne dans un labyrinthe de secrets, à la limite du fantastique.

 

Pendant toutes ses années d’adolescence, Daniel enquête sur Julian Carax, dans cette Barcelone d’après guerre où se croisent personnages cruels, tragiques ou généreux, et où la vérité peut être dangereuse…

 

Roman passionnant, tenant à la fois de l’enquête (tarabiscotée !) et du roman d’initiation, à l'ambiance particulière.

A retrouver dans Le jeu de l’ange, paru en août 2009,  dont l’intrigue se situe à Barcelone et dans le Cimetière des Livres Oubliés... mais en 1920 !

 

Aline

Prochain Comité de lecture

Prochain comité de lecture

Le 7 octobre à 20 h à Soucieu

 

Les livres dont nous parlerons :

 

La grand-mère de Jade

De Frédérique DEGHELT

 

Les naufragés de l’île Tromelin

D’Irène FRAIN

(cliquer sur le titre pour la critique)

 

La vie d’un homme inconnu

D’Andreï MAKINE

(cliquer sur le titre pour la critique)

 

Les yeux jaunes des crocodiles

De Katherine PANCOL

Venez partager un bon moment autour des livres !

01/09/2009

Portrait de l'artiste en hors-la-loi

Portrait de l’artiste en hors-la-loi

Fiona CAPP

Actes Sud, 2009 (Antipodes)

 

Australie, fin du 19ème siècle.

Jemma Musk, jeune femme indépendante et déterminée, s’installe comme préceptrice à Wombat Hill, petite ville de l’arrière pays minier. Poursuivie par les assiduités d’un agent de police obsessif, elle lui préfère Gotardo, éleveur suisse-italien venu en Australie avec son troupeau et ses livres.

 

Peintre passionnée, admiratrice des impressionnistes, elle détonne dans cette communauté qui aspire à la respectabilité. A l’étroitesse d’esprit de la petite ville de province, l’auteur oppose l’ouverture des héros et de personnages secondaires, la chaleur de la communauté suisse-italienne, la confiance et l’estime dans le couple…

 

Après la naissance de sa fille Lucy, Jemma continue à peindre et à arpenter le bush, avec l’accord de son mari. Mais le sol de Wombat Hill -instable et dangereux, sapé par d’innombrables galeries minières- semble annonciateur de la fragilité de la vie de Jemma, sappée par la rumeur et l’obstination du policier.

Et la nature Australienne, un temps dominée et domestiquée, peut se montrer cruelle.

 

Lecture recommandée par Aline et Sylvie.