Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/10/2009

Les falsificateurs

Les falsificateurs, suivi de Les éclaireurs

Antoine Bello,     Gallimard (2007-2009)

 

Les falsificateurs

 

Sliv, jeune Islandais prometteur, est engagé par le CFR (Consortium de Falsification du Réel), vaste organisation internationale qui falsifie la réalité.

 

Le jeune homme, doué pour inventer des scenarii, progresse vite dans l’organisation. Il en apprend beaucoup sur les gigantesques moyens du CFR - parfois de façon douloureuse - mais bien peu sur les réelles motivations du Consortium…

 

Roman fascinant, vertigineux lorsqu’on aborde les questions de falsification de la réalité et de l’Histoire…

 

Les éclaireurs

 

Brillant agent des "opérations spéciales", Sliv est appelé à la rescousse pour les opérations délicates. Il gravit les échelons au sein du CFR, cherchant  toujours à comprendre l’idéal qui sous-tend le Consortium.

 

Il est ébranlé dans ses convictions lors des attentats du 11 septembre 2001 et s’inquiète d’une possible responsabilité du CFR dans la montée de l’intégrisme islamique et le durcissement américain qui mèneront à la guerre en Irak.

 

Plus qu’un roman de l’imaginaire, c’est aussi l’histoire d’une grande nation, les USA, qui trahit ses valeurs…

 

L’auteur parvient à intégrer dans la grande Histoire une imagination débordante qui reste toujours à la limite du plausible !

Du thriller politique… autrement !

Troublant et intéressant, même si le lecteur peut trouver quelques longueurs.

 

Aline

05/10/2009

L'odeur

L’odeur,   Radhika JHA     P. Picquier, 2002

Lîla, d’origine indienne, a toujours vécu choyée au Kenya. Quand son père est tué dans une émeute, la famille éclate, et Lîla est envoyée chez un oncle à Paris, tandis que sa mère et ses jeunes frères refont leur vie à Londres.

Solitaire, brimée, elle rejette le carcan familial écrasant, et doit apprendre à se débrouiller seule dans la capitale, avec pour seuls atouts sa beauté exotique et ses talents culinaires. Faute d’amour et de visa, elle va d’amants en infortunes, et son parcours professionnel est chaotique.

Sans doute excessif dans sa critique des parisiens, ce roman décrit avec des accents de conte le parcours d’une immigrée dépendante des hommes pour son visa. Son odorat surdéveloppé, qui fait merveille dans l’art culinaire, est aussi sa malédiction.

De belles pages sur la cuisine (indienne) et la perception des arômes. Pourtant, pour ce qui est du rapport au monde par les odeurs, j'avais préféré le Parfum, de SUSKIND.

Aline

Laisse les hommes pleurer

Laisse les hommes pleurer, Eugène DURIF     Actes Sud, 2008

Gardien de prison en Bretagne, Léonard a été exclu pour s’être opposé à une injustice envers un prisonnier. Soigné pour dépression, il décide de se replonger dans son passé, qu’il avait longtemps réussi à mettre de côté, mais qui le hante désormais.

Il part à la recherche de Sammy, son ami d’enfance, jeune Réunionnais placé comme lui par l’Assistance dans une ferme de la Creuse. Habité par ses souvenirs, il revit leurs dures années d’exploitation à la ferme, égayées par les journées d’école et l’amitié de Célimène.

Un chemin vers la reconstruction ?

Un livre qui donne envie d’en apprendre plus sur le déplacement forcé d’enfants de la Réunion, pas toujours orphelins,… Encore un chapitre méconnu de l’histoire de France ?

Aline

Eleanor Rigby

Eleanor Rigby, Douglas COUPLAND,   Au Diable Vauvert, 2007

Sur recommandation, j’ai passé outre la couverture bariolée, et ne l’ai pas regretté. Avec beaucoup d’humour introduit par le cynisme et l’autodérision de la narratrice, c’est un beau roman sur la vie (aux US), la solitude…et l’amour.

Liz Dunn est grosse et pas bien belle, elle a un travail sans intérêt, et vit seule dans un appartement sans caractère. Lucide, l’esprit acéré, elle n’attend rien de la vie, surtout pas l’amour.

Sa vie est bouleversée lorsqu’on l’appelle de l’hôpital où vient d’être admis un jeune inconnu : Jérémy, hospitalisé après une overdose, porte un bracelet médical avec la mention " en cas d’urgence, contacter Liz Dunn ".

L’auteur alterne des chapîtres au passé, remontant à la jeunesse de Liz pour comprendre comment la situation a pu se produire, et des chapîtres au présent sur la relation entre Liz et Jérémy. En prime, quelques moments abracadabrants, comme cette évacuation d’un aéroport international… provoquée bien involontairement par Liz !

Très bien !

Aline