Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2010

Banal oubli

Banal oubli (nuit muette sur la croix de l’arc-en-ciel)      Gary VICTOR, Vents d’ailleurs, 2008

Dépaysement garanti, avec un auteur haïtien décoiffant.

Pierre Jean, écrivain Haïtien " espoir pour le prix Nobel ", s’oublie une nuit au bar " chez James ". Une part de lui – son subconscient ? - prend son indépendance et entame une vengeance pour tous les outrages qu’il a subis lorsqu’il était enfant.

Pour couronner le tout, le personnage principal du roman -qu’il écrit pour raconter cette expérience- se retourne aussi contre lui et conteste la dictature des créateurs sur leurs personnages. Il revendique la devise transmise par le père de l’écrivain : " Vainqueur ou vaincu, surtout vaincu, ne laisse à quiconque, pas même à Dieu, le soin d’écrire ton histoire ".

Les cadavres pleuvent, les fantômes et personnages vaudou se démènent dans ce roman déroutant, échevelé et sombre. On n’est pas certain d’avoir tout compris à la fin du récit, on ne sait plus bien qui est qui, mais on s’est laissé surprendre et embarquer dans une ambiance haïtienne moite et hallucinée.

Aline

Les commentaires sont fermés.