Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2010

Exposition "Cuisines de France"

Livre de recettes

des lecteurs

 

La bibliothèque fabrique un

livre de recettes

à partir de vos spécialités culinaires… 

Petits et grands, confiez-nous votre recette préférée !

Elle peut être sucrée ou salée, simple ou plus compliquée, l'essentiel est que vous l'ayez déjà testée et trouvée bonne !

Merci de l'écrire ou de la dactylographier sur un papier de format A4 (une feuille de grand classeur, du papier d'imprimante,...) et de l'apporter à la bibliothèque avant fin février, afin que nous puissions relier le livre à temps pour l'exposition de mars.

Dessins et illustrations sont les bienvenus.

15:57 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0)

14/01/2010

policier et psychanalyse...

L’interprétation des meurtres,  Jed RUBENFELD

Panama, 2008

 

New York, 1909, la ville est en pleine expansion, les entrepreneurs rivalisent pour construire des immeubles toujours plus hauts, plus beaux, des ponts gigantesques sur le fleuve,…

Freud débarque avec ses disciples à New York, où il est attendu  pour une série de conférences. Ses disciples, européens et américains, se disputent son attention, tandis qu’un mystérieux triumvirat semble mener une campagne de dénigrement contre la psychanalyse  et ses théories «honteusement sexuelles ».

 

Dans ce contexte, une jeune femme est retrouvée morte, sévèrement flagellée, dans une suite du luxueux Balmoral. Le lendemain, la belle demoiselle Acton est agressée de la même manière. Elle s’en tire, mais perd la parole et la mémoire, et doit suivre un traitement avec Younger, un jeune psychanalyste américain de bonne famille qui n’est pas insensible à ses charmes.

 

L’enquête est menée parallèlement par la police, représentée par un médecin légiste et un jeune lieutenant, et par Younger. Tous échafaudent des théories, qui ne tiennent pas, car les personnages sont plus complexes qu’il n’y parait…

Younger parviendra-t-il à sauver la belle demoiselle ? Qui trouvera l’assassin, la police ou le psy ? Freud fera-t-il ses conférences ? Jung est-il vraiment sain d’esprit ?

 

Un roman policier peu sanglant, plutôt axé sur la psychologie des personnages et l’ambiance, dans un contexte social bien rendu.

Aline

13/01/2010

Exposition

CUISINES DE FRANCE

 

Exposition du  6 mars au 3 avril 2010 

Histoire de la gastronomie française

et cuisine régionale

 

 Inauguration et dégustation

le samedi 6 mars 2010 à 11h

 

Concours de cuisine 

Pour apprécier les spécialités froides de chacun, des recettes sucrées ou salées vont être préparées par tous ceux qui le désirent (grands et petits) et soumises au jury composé de  toutes les personnes présentes à l’inauguration. Celles-ci pourront déguster sur place et voter pour plusieurs catégories : la meilleure recette, la plus belle présentation,…

Sur inscription préalable auprès des bibliothécaires, plat pour 6 personnes à apporter le 6 mars avant 10h30, 10 rue Micky Barange, au 1er étage.

 

Livre de recettes des Jaréziens 

la bibliothèque propose de confectionner un livre de recettes à partir de vos spécialités culinaires ! Nous collectons depuis début janvier vos recettes favorites. Si vous acceptez de les partager avec nous, nous les relierons pour en faire un véritable livre !

 

Heure du conte 

dégustation de contes le vendredi 26 mars de 17h à 18h, dans l’amphithéâtre des maternelles pour les enfants de 6 à 10 ans, et à la bibliothèque pour les petits de 4 à 6 ans.

08:39 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0)

Ouverture

En nocturne aussi…

L'équipe de la bibliothèque essaie d'élargir les horaires pour mieux convenir aux besoins de tous.

Ouverture de 16h30 à 19h30 les vendredi 8 janvier, 5 février et 5 mars !

  

Nous envisageons de généraliser  ces permanences nocturnes si elles ont du succès et correspondent aux besoins des lecteurs. Donnez-nous votre avis ! Indiquez-nous quels sont à votre avis les horaires à privilégier...

04/01/2010

Banal oubli

Banal oubli (nuit muette sur la croix de l’arc-en-ciel)      Gary VICTOR, Vents d’ailleurs, 2008

Dépaysement garanti, avec un auteur haïtien décoiffant.

Pierre Jean, écrivain Haïtien " espoir pour le prix Nobel ", s’oublie une nuit au bar " chez James ". Une part de lui – son subconscient ? - prend son indépendance et entame une vengeance pour tous les outrages qu’il a subis lorsqu’il était enfant.

Pour couronner le tout, le personnage principal du roman -qu’il écrit pour raconter cette expérience- se retourne aussi contre lui et conteste la dictature des créateurs sur leurs personnages. Il revendique la devise transmise par le père de l’écrivain : " Vainqueur ou vaincu, surtout vaincu, ne laisse à quiconque, pas même à Dieu, le soin d’écrire ton histoire ".

Les cadavres pleuvent, les fantômes et personnages vaudou se démènent dans ce roman déroutant, échevelé et sombre. On n’est pas certain d’avoir tout compris à la fin du récit, on ne sait plus bien qui est qui, mais on s’est laissé surprendre et embarquer dans une ambiance haïtienne moite et hallucinée.

Aline

02/01/2010

Pauvreté

un Coup de coeur... mais ce n'est pas pour un roman... il s'agit de la revue L'HISTOIRE : "Les pauvres de Job à Martin Hirsch" Numéro spécial Janvier 2010

A l’heure du réveillon et de la dinde farcie, ce petit fascicule sur la pauvreté aurait le mérite de réveiller nos consciences avec l’aiguillon intellectuel qui caractérise les travaux menés par des chercheurs rigoureux, à l’écart d’un "prêt à penser"...

Sur la question des rapports Nord Sud, d’abord. Et si cette notion généreuse de "développement durable" dissimulait une volonté d’hégémonie des pays du Nord, imposant un nouveau modèle de développement où la question environnementale aurait pris la première place, au détriment des combats sociaux ? Brandir la menace des " désordres climatiques " futurs c’est aussi oublier que l’accès à l’eau potable, à une nourriture suffisante et à la sécurité déplace déjà des milliers de paysans du monde entier vers les zones industrialisées, rappelle Sylvie Brunel, ancienne présidente d’Action contre la Faim.

Concernant la pauvreté en Europe, le lecteur appréciera l’approche moins quantitative que qualitative. Pierre Rosanvallon, professeur au collège de France, nous rappelle que la solidarité ne constitue plus "un projet de société" (elle l’était, en revanche, au sortir des épreuves communes de la seconde guerre mondiale). Ainsi le mépris actuel pour les "assistés", "la passivité des pauvres" conduit à une "délégitimation" de la solidarité. Ce détricotage de la solidarité va de pair avec le regain des communautarismes: pour exemple, les non buveurs, non fumeurs ne paieront plus pour les consommateurs excessifs. Jusqu’à cet adage : " je suis solidaire de ceux qui conduisent aussi bien que moi, de ceux qui mangent cinq fruits et légumes par jour "… Alors le remède ? Il passe par le politique : " il faut à nouveau relier les individus, avant de parler de mesures économiques, le problème est de refaire le tissu démocratique ".

Mais ce ne sont que deux des articles de ce petit dossier remarquable…

Sylvie

Charleston Sud

Pat CONROY, Charleston Sud      Albin Michel, 2009

Récit d’amitié et hymne à la ville de Charleston (Caroline du Sud), ce long roman se situe sur une vingtaine d’années, de 1969 à 1989. Le narrateur, Léo King dit " Le crapaud ", se souvient de sa dernière année de lycée, qui a marqué un tournant décisif dans sa vie.

charleston sud.jpg

Après une enfance marquée par le suicide de son grand frère adoré, des séjours en asile psychiatrique et en prison, Léo a toujours des relations difficiles avec sa mère mais il décide de reprendre sa vie en main et de s’ouvrir aux autres. A tous les autres, y compris ceux qu’il n’est pas censé fréquenter de trop près : orphelins, racaille blanche des Appalaches, noirs, belles du Sud et rejetons de l’aristocratie de la ville…

Léo, par sa gentillesse et son attention aux autres, devient le ciment de cette bande de copains qui défie toutes les barrières sociales et raciales, et dont l’immense amitié durera au delà des épreuves.

La galerie de personnages peut paraître excessive : trop de beauté, trop de dons, trop de tragédie… et pourtant l’écriture lyrique et soignée de Conroy en fait à la fois la chronique d'une époque et un récit passionnant et émouvant.

Le lecteur se laisse emporter par ce flot d’amitié, d’amour, mais aussi d’enfances brisées, de relations humaines complexes et de rebondissements.

Aline