Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2010

Le lac ne tient pas ses promesses...

Terre des affranchis,   Liliana LAZAR                

Editions Gaïa, 2009

Prix Luciole des libraires 2010

 

Voici un titre vaste pour une immersion en terre roumaine, ancestrale, rustique et bardée de superstitions. De  l’avant Ceausescu et jusqu’aux années 80, le lecteur n’apprendra que peu de choses sinon la constance de l'humain, dans la grandeur ou  la bassesse. Que la Roumanie soit religieuse ou communiste, qu’on décroche brutalement insignes et drapeaux, rien ne change vraiment.

 

Les personnages du roman  se divisent en deux catégories, les héros, des âmes pures  ( rares ) et qui finissent mal en général ( le prêtre torturé, la sœur Eugénia, Daniel le marginal)   et des opportuns qui tournent leur veste. De ce roman sans grand effet de style, dans un décor surnaturel, avec ses personnages taillés à la serpe, on se surprendrait presque  à espérer un petit dénouement philosophique.

 

Les meurtres se succèdent laissant accroire qu’on se serait trompé de genre. On identifie assez rapidement les criminels (quasiment né en l’état…) lourdauds, le front bas, figés sur leurs pulsions comme Victor surnommé « bœuf muet »… Les victimes sont de jeunes innocentes ou un marginal persécuté par de méchants villageois incultes et superstitieux.

 

Ayant acquis la conviction au bout des 200 pages que le policier Simion n'était finalement pas le personnage principal, j'ai refermé le livre, écrasée par le déterminisme ambiant. Avec  l’impression d’avoir peu voyagé, sinon dans cette forêt sombre, rivée au lac, qui comme ce premier roman … n’a peut être pas tenu toutes ses promesses.

Sylvie

Les commentaires sont fermés.