Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2010

Parfois un bon classique...

La promesse de l'aube, de Romain GARY

"Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais… Après cela chaque fois qu’une femme vous prend dans ses bras et vous serre sur son cœur ce ne sont plus que des condoléances (… ) Partout où vous allez vous portez en vous le poison des comparaisons et vous passez votre temps à attendre ce que vous avez déjà reçu…. "

 

 J'avais été frappée par ces quelques lignes de Romain Gary mises tout récemment en exergue au cinéma dans   « La Tête en friche ».  

 Je me suis donc plongée dans l’édition de poche de ce classique pour me prendre  très vite au  récit de cet amour excessif entre une mère russe et son fils. Comme toutes les grandes histoires,  celui-ci déborde de son cadre: poétique, philosophique, historique  (avec le récit des années d’escadrille durant la seconde guerre mondiale) ! 

 Bien sûr , ils nous paraissent incroyables  ces rêves maternels avec  leurs  valeurs d’un autre âge ( honneur, ambition, devoir patriotique…), mais  le ton de tendresse cynique dont use l'auteur rend  ce roman, paru en 1960,…indémodable. De plus ce récit  presque autobiographique égratigne les  poncifs  en matière de psychologie… là aussi, tant mieux ! Nous sommes parfois si présomptueux,  persuadés d’avoir tout déchiffré du devenir humain… 

  

 Bref, après avoir flâné sans conviction devant un tas de nouveautés alléchantes, j’ai enfin eu la certitude de tenir un livre rare... (on en lit deux tout au plus par an, non?)

Sylvie

Les commentaires sont fermés.