Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2010

Un océan de pavots

Un océan de pavots,   Amitav GHOSH     R. LAFFONT (Pavillons), 2010

Le premier volet de cette grande fresque se situe principalement dans le nord de l'Inde, de Bénares à Calcutta, en1838. Les Anglais règnent en maîtres. Ils ont imposé dans les campagnes indiennes la culture du pavot -dont ils fixent eux-même le cours- au détriment des cultures vivrières, ce qui réduit les paysans à une extrême misère. Brutes et profiteurs sont présents à tous les niveaux, et l'extrême mépris des anglais pour les peuples colonisés, qu'il s'agisse des indiens ou des chinois, est frappant !!!

Amitav Ghosh se penche avec humanité sur le destin de nombreux personnages réunis par le destin à bord de l'Ibis, ancienne goélette de transport d'esclaves réaménagée (si peu !) pour convoyer des déportés et des travailleurs indiens "volontaires" à destination de l'Ile Maurice, autre colonie anglaise en mal de main d'oeuvre.

L'équipage est un ramassis hétéroclite de lascars de toutes origines et religions, et les "passagers", soumis à la toute-puissance des colons anglais ou de leurs représentants, tentent d'échapper à leur destin misérable. Une sorte de fraternité abolissant races, castes et religions s'établit entre les passagers de l'Ibis pour tenter de survivre au voyage sur les "Eaux noires", rendu d'autant plus périlleux que les officiers du bord, anglo-saxons, sont des brutes infatuées.

Roman d'aventure et fresque historico-sociologique, ce livre présente une galerie de portraits attachants : Zacharie Reid, sous-officier juste et apprécié des lascars, qui risque gros si son ascendance métisse était connue ; Deeti, paysanne hindoue ruinée par la culture du pavot et maltraitée par sa belle-famille, que le géant Kalua a tirée de justesse du bûcher funéraire de son mari ; le Raja Neel, érudit condamné aux travaux forcés par les anglais ; Paulette, orpheline française fuyant un mariage arrangé, et le matelot Jodu, son frère de lait, indien et musulman...

Malgré les nombreux personnages aux noms exotiques, je me suis imergée très vite dans l'ambiance et dans l'action du roman, et j'ai eu du mal à le poser... j'attends le tome 2 avec impatience.

Du même auteur, j'ai aussi beaucoup aimé Le palais des miroirs, et le pays des marées. Aline

Les commentaires sont fermés.