Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2010

Pourquoi un tel succès en France ???

Paul AUSTER 

Ecrivain américain, Paul Auster est né en 1947 dans le New Jersey. Très tôt au contact des livres, il commence à écrire dès l'âge de 12 ans. De 1965 à 1967 il étudie à l'université Columbia (littérature française, italienne et anglaise). D'abord traducteur d'auteurs français, il écrit des articles pour des revues, de la poésie et des scénarios de films muets, avant de se tourner vers le roman. Il est marié avec la romancière Siri Hustvedt, et réside actuellement à Brooklyn.

Une bonne partie de son oeuvre évoque la ville de New York. Il est notamment l'auteur de la trilogie New Yorkaise (1988), Moon Palace, (1990), la musique du hasard (1991), Leviathan (1993, prix Medicis étranger), Tombouctou (1999), le livre des illusions (2002), la nuit de l'oracle (2004), Brooklyn follies (2005), Seul dans le noir (2009), Invisible (2010). Ses romans sont largement reconnus en France, et très appréciés des critiques littéraires.

Seul dans le noir

Auguste Brill, critique littéraire veuf, vit chez sa fille divorcée, dans ce qu'il appelle "la maison des âmes en peine". Sa petite fille se remet mal du décès de son ex-conjoint, exécuté en direct à la télévision par des extrémistes irakiens. Pendant ses nuits d'insomnie, Auguste Brill tourne et retourne dans sa tête ses souvenirs, et invente un monde de fiction (Etats-Unis en pleine guerre civile, Owen Brick : personnage chargé d'assassiner un écrivain,...).

Des histoires dans l'histoire, pas tellement abouties. Seuls les flashbacks sur sa vie nous ont intéressés, le reste faisant "plaqué". Livre peu apprécié.

La nuit de l'oracle

Après un long séjour à l'hôpital, l'écrivain Sydney Orr rentre chez lui, toujours éperdument amoureux de sa femme. Au gré d'une de ses promenades dans New York, il découvre une papeterie tenue par un chinois, et y achète un étrange carnet bleu, auquel il prête le pouvoir de réamorcer son inspiration perdue.

Un roman sur plusieurs niveaux, à la construction déroutante, et à la chute brusque décevante. Les trente dernières pages étaient intéressantes...

La musique du hasard

Un pompier de New York plaque tout après avoir hérité de quelque milliers de dollars: il s'offre une grosse voiture, et bourlingue un an aux Etats-Unis. Presque à court d'argent, il rencontre "Jackpot", et le renfloue pour une soirée privée où le jeune joueur de poker espère se refaire. Comme ils ont perdu, ils se retrouvent contraints de rembourser leur dette en effectuant des travaux forcés. Prisonniers de cette étrange propriété, ils ont pour seule distraction la visite d'une prostituée. Jack tente de s'évader...

Tombouctou

Mr Bones, le narrateur, est le chien de Willy, marginal errant dans Baltimore à la recherche de son ancienne institutrice. En effet, Willy voudrait confier à celle-ci avant de mourir (ou de "partir pour Tombouctou" comme le dit M. Bones) son chien et ses écrits.

Une histoire banale du quotidien, construite comme un château à plusieurs étages, qui bascule vers un récit pas tout à fait réaliste. La fin laisse dubitatif !

Invisible

New-York, 1967. Fascination, puis répulsion, d'Adam Walker, jeune poète américain, pour un professeur français brillant et énigmatique qui semble l'apprécier et le pousse dans les bras de sa maîtresse. 40 ans plus tard, Adam veut faire le récit de cette année charnière. Gravement malade, il envoie son récit à un ami écrivain, et lui demande de finir sa mise en forme. La première époque, printemps, est rédigée à la première personne ; puis du "je", on passe au "tu" pour l'été, et au "il" pour l'automne. Adam décédé (l'hiver ?), c'est sa belle-fille qui essaiera de tirer des conclusions et de comprendre ce qui s'était passé à l'époque : Born était-il un espion ? une brute cynique ? Adam était-il un étudiant naïf ou un affabulateur (les scène torrides avec sa soeur ont-elles finalement été fantasmées ?).

Le lecteur reste sur une impression frustrante, le récit ne semble pas clos.

Selon les cas, un ou plusieurs membres du "Bouillon de Lecture" ont lu les livres évoqués ci-dessus. Un univers et une construction inutilement complexes, des digressions interminables, des récits pas vraiment finis... les lecteurs, frustrés, se sont plutôt demandé pourquoi cet auteur est tellement encensé par les critiques français !

Seule Marylou, qui s'est laissée emporter dans La musique du hasard, est vraiment amatrice...

Les commentaires sont fermés.