Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2011

Bouillon nordique de janvier 2011

Compte-rendu rapide sur le Bouillon de janvier, autour des auteurs nordiques.

Deux livres ont fait l'unanimité :


Rosa Candida, de Audur Ava Olafsdottir, publié chez Zulma en 2010 

Arnljotur a 22 ans. Il quitte sa terre islandaise, son vieux père et son frère jumeau autiste, et laisse derrière lui une petite fille "accidentelle" née de quelques heures d'amour. Il n'emporte que 3 boutures de rosier, symboles de sa passion pour le jardinage, transmise par sa mère récemment décédée. Pour eux deux, les plantes prenaient une place très importante, dans un pays où il faut toute une vie pour faire pousser un arbre... si on a la chance qu'il veuille bien pousser.

Au travers de son voyage sur le continent européen, le roman relate son questionnement sur la vie et la mort, sur le corps et ses réactions, sur la famille. Son objectif est de remettre en état la roseraie ancienne d'un monastère, mais il parviendra à beaucoup plus que cela.

Un livre très positif, à la fois candide et philosophique, où l'on rencontre quelques personnages inoubliables (le moine cinéphile !).

 

Les chaussures italiennes, de Henning Mankell, publié au Seuil en 2009
Depuis qu'une tragique erreur a brisé sa carrière de chirurgien, Fredrik vit en reclus sur une île des lacs du Nord. Les visites du facteur de l'archipel représentent son seul contact avec le monde. Pour se prouver qu'il est encore en vie, il creuse un trou dans la glace et s'y immerge chaque matin.Son passé le rattrape avec l'intrusion surprise d'Harriet, la femme qu'il a aimée et abandonnée quarante ans plus tôt. Il ne le sait pas encore, mais sa vie vient juste de recommencer.

Un récit sobre, intime, sur les hommes et les femmes, la solitude et l'amour. D'après les lecteurs du dernier policier de Mankell, on retrouve les mêmes thèmes dans L'homme inquiet. Autres oeuvres mentionnées - et appréciées : le roman Teabag, et le policier Les chiens de Riga.

 

Plusieurs livres d'Arto Paasilina ont été évoqués, avec des éléments récurrents : nord de la Finlande et Laponie, importance de la forêt et du milieu naturel, avec une écriture toujours originale et de l'humour...

Le fils du Dieu de l'orage (1993) : les Dieux de la mythologie nordique veulent qu'on croie à nouveau en eux, et envoient le fils du Dieu de l'orage sur terre. Il échange de corps avec un antiquaire... Fable sociale et découverte décalée de la Finlande.

Sang chaud, nerfs d'acier (2010) : Antti sait qu'il doit mourir le 12 juillet 1990, et prépare une grande fête pour ce moment là... mais il ne meurt pas ! L'évocation de sa vie tumultueuse est l'occasion pour Paasilina d'initier les lecteurs à l'histoire de la Finlande.

Les dix femmes de l'industriel Rauno Rämekorpi (2009) : un riche industriel finlandais, fête ses soixantes ans. Les invités ont afflué les bras chargés de fleurs. Mais Mme Rämekorpi est allergique au pollen et Rauno se voit donc prié, à peine le dernier convive parti, de la débarasser des fleurs. Il commence alors une étrange tournée, décidant d'apporter les fleurs à toutes les femmes de sa vie! Bien écrite, cette pochade présente avec humour les différentes classes de la société finlandaise.

Le meunier hurlant (2002) : un petit village du nord de la Finlande, peu après la guerre, se réjouit de l'arriver d'Huttunen, meunier adroit et bricoleur. Hélas, il est bientôt pourchassé par les villageois, qui veulent le faire interner, à cause de son défaut : lorsqu'il est contrarié, il se réfugie dans les bois et hurle à la lune.

La forêt des renards pendus (1997) : après un vol de lingots d'or, Rafaël Juntunen se réfugie au fond de la Laponie dans une cabane de bûcherons. Il est rejoint par un ex-major de l'armée, puis une vieille Lapone fuyant l'asile de vieux. Des tensions, de bons moments loufoques...

Le lièvre de Vatanen (2002) :après avoir heurté un lièvre sur la route, Vatanen récupère l'animal blessé, et s'enfonce avec lui dans la nature. Il quitte sa vie de citadin pour revenir à une existence au jour le jour, poussé par les événements naturels, les rencontres, les jobs du grand nord...

 

Voir aussi :

- des romans islandais très appréciés par Marie-Claire et Aline : Entre ciel et terre, de Jon Kalman Stefanson, et Karitas sans titre, de Kristin Marja Baldusdottir.

- les oeuvres de Karen Blixen, citées par Claude : contes gothiques, et le festin de Babeth.


Les commentaires sont fermés.