Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2011

La fille du marais

La fille du marais
Franny Billingsley, Editions des Grandes Personnes, sept 2011, 441p., 19€
traduit de l'anglais (USA) "Chimes" par Nathalie Laverroux

Le récit est situé dans une zone reculée d'Angleterre, en bordure de marécage, à une époque non précisée, au moment de l'arrivée du chemin de fer.
Filles de pasteur, Briony Larkin et sa soeur Rose ont 17 ans. Briony la narratrice, est persuadée d'être responsable de la déficience mentale de sa jumelle et de diverses catastrophes qui se sont abattues sur leur famille. Elle se déteste avec application et s'impose de veiller à tout instant sur sa soeur. Douée de seconde vue, elle peut voir les "créatures anciennes", mais garde ce don secret, car les femmes dénoncées comme sorcières finissent pendues.
L'histoire débute à l'arrivée d'Eldric, fils de l'ingénieur Clayborne qui construit une usine pour assécher les marais. Comme les marais sont le refuge des créatures magiques, le Seigneur du marécage se venge en envoyant la fièvre des marais aux habitants du village. Briony, qui craint pour sa soeur si fragile, s'empêtre dans une négociation avec les créatures magiques.

Le récit présente beaucoup de détours et de retours en arrière, sur des moments heureux où Briony pouvait laisser libre cours à son imagination et à sa créativité, et sur des catastrophes qu'elle pense avoir provoquées à cause de ses liens avec les créatures magiques. Le récit, assez glauque, est éclairé par la relation que développe Briony avec Eldric, le fils de l'ingénieur.

Au total, un très bon roman original, un peu gothique à l'image de sa couverture, long et tarabiscoté.

Les commentaires sont fermés.