Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2012

Stoner

Stoner

John Williams, Le Dilettante 2011

 

On repère d’abord la couverture, dactylographie des années 60… Un roman  publié en 1965, unique  et ... inclassable.

 

Stoner, c’est le nom du héros (sorte d’anti héros), jeune homme pauvre parti faire des études … d’agriculture à l’université de Columbia …  qui passera  entre les murs de l’université le reste de sa longue vie.  Devenu le  professeur William Stoner, il se consacre à la littérature médiévale. M. Stoner  est un homme ordinaire, modeste, laborieux,  engagé auprès des étudiants,  un ˮpasseurˮ qui  vit plus dans ses cours qu’en trente années d’une vie conjugale, familiale, médiocre… mais chut ! Ce petit livre est un bijou : portrait d’un homme désespérément ordinaire, timide, bienveillant, fragile et sincère.  Intègre aussi.

 

L’auteur a su incroyablement transmettre les changements de points de vue, de sentiments, au fil des saisons, des âges, de l’amour  (mais oui, de l’amour … !) et à l’approche de la mort.  J’ai eu ce sentiment rare en avalant les dernières pages d’une incroyable justesse, je me disais oui, c’est exactement cela le poids d’une vie, la face cachée de la médaille ! Belle, sans grandiloquence… Quelle plume !

 

J’ai regardé la dédicace en rouge «  Lu, aimé et librement traduit par Anna Gavalda ». Et comme je ne regrette pas ma  confiance !

Sylvie B

17/01/2012

Retour à Killybegs

Retour à Killybegs
Sorj Chalandon, Grasset, 2011
Grand Prix de l'Académie Française 2011

24 décembre 2006, Tyrone Meehan, de retour à Killybegs, dans la maison de son enfance, écrit un journal en attendant que la mort le surprenne.
Il donne sa version, sans complaisance, d'une vie d'Irlandais engagé passionnément pour son pays... jusqu'à trahir l'IRA.

Son enfance misérable, marquée par son père, héros et chantre de la République Irlandaise au bistrot, mais brutal et amer à la maison, qui ne se remet pas d'avoir été retenu à la maison par ses devoirs familiaux alors qu'il rêvait de partir se battre contre Franco en Espagne. Puis sa jeunesse à Belfast, sous les bombes allemandes et les balles anglaises, dans le ghetto catholique, où il fait partie avec enthousiasme des jeunesses militantes de l'IRA. Et les années infâmes de prison, de solidarité et de grève de l'hygiène pour réclamer le respect des droits des prisonniers politiques irlandais.

Dans ce récit âpre et fort, on sent une grande affection pour Tyrone Meehan, patriote au coeur pur qui pourtant trahira les siens pendant 20 ans... et une grande douleur pour les années de souffrances du peuple irlandais.

Retour à Killybegs est mon coup de coeur parmi les prix littéraires 2011, ma claque de l'année. Il fait écho aux "informations" entendues pendant toute ma jeunesse : la guerre en Irlande, l'IRA, les attentats...  pourquoi ? pourquoi tant de haine ? comment cela peut-il finir ?

Sur le sujet, j'avais aussi trouvé la BD "Coupures Irlandaises" de Kris et Vincent Bailly, très intéressante.
Aline

Voir aussi l'entretien avec Sorj Chalandon, pour comprendre la force du lien existant entre le personnage de Tyrone Meehan et l'auteur.

15/01/2012

une anglaise à bicyclette

Une anglaise à bicyclette
Didier Decoin, Stock, 2011

Tout commence par le massacre des Indiens à Wounded Knee. Jayson Flannery, photographe de guerre, se retrouve brutalement avec une petite fille sur les bras, une petite Lakota de trois ans dont la mère a été tuée.
Il recherche d'abord une solution d'accueil pour cette enfant, la ramène avec lui jusque dans l'est, et la confie à un pensionnat. Au dernier moment, il a des remords de l'abandonner, et quitte le bateau en partance pour l'Europe pour  retourner la chercher.
L'arrivée en Angleterre avec cette enfant sans papiers n'est pas simple. Il la fait passer pour une enfant irlandaise, adoptée, mais un "constable" soupçonneux leur tourne autour... jusqu'à ce qu'il trouve une solution pour décourager les fâcheux.

Le récit est romanesque et bien écrit. J'ai beaucoup aimé le début et l'enfance de la fillette. La suite est un peu décevante, notamment parce que le roman fait de longues ellipses entre les différentes étapes de la vie d'Ehawee-Emilie. Le titre fait référence aux longues randonnées à bicyclette auxquelles elle s'adonne.
Michèle

11/01/2012

Divergent

Divergent
Veronica Roth. Nathan, 2011. (Blast)

traduit de l'américain "Divergent" par Anne Delcourt

Dans un monde post-apocalyptique, la société est gérée de façon à éviter les conflits : elle est divisée en 5 Factions qui développent chacune une qualité censée prévenir les tensions.
A 16 ans, les jeunes sont testés à l'aide d'une simulation (neurotransmetteur + ordinateur) pour déterminer quel est leur point fort. Le lendemain, ils décident à quelle Faction ils appartiendront toute leur vie :
- les Sincères,
- les Erudits,
- les Altruistes,
- les Fraternels,
- les Audacieux.
BéaTrice vient d'une famille d'Altruistes, la logique voudrait qu'elle devienne Altruiste à son tour. Or son test présente une anomalie, puisqu'il n'est pas concluant. Elle doit cacher sa divergence, sous peine de grave danger, et choisit d'appartenir à la caste des Audacieux, qui l'ont toujours fascinée.

La plus grande partie du roman est constituée de son initiation chez les Audacieux, menée tour à tour par l'impitoyable Eric et par le ténébreux Quatre. Elle révèle la personnalité de chaque aspirant, et fait éclore des amitiés et des haines. Parallèlement, on voit monter les tensions entre les Factions, le système se dérègle peu à peu sous la pression des Erudits : ils contestent l'organisation établie, qui veut que le pouvoir soit confié aux Altruistes puisque qu'ils n'en font usage que pour le bien d'autrui.

Beaucoup d'action et de suspense, à lire d'une traite. Une très bonne trilogie-dystopie,  comme Hunger games ! Le premier épisode est clos dans ce roman, mais on attend la suite, "Insurgent" en anglais, prévue pour l'automne 2012, avec impatience.

Mots clés : dystopie-aventure-amitié-roman d'initiation.

Le peuple des nuées

Le peuple des nuées, tome 1 la soie et l'épée
Kai Meyer. L'Atalante, 2011. (Le Maedre)


Récit atypique, situé dans le Chine de la dynastie Qing, et qui fait nombreuses références à la mythologie chinoise.

Nugua a été abandonnée bébé en offrande aux dragons, et a toujours vécu parmi eux. Mais un matin à son réveil, ils ont disparu. Elle part à leur recherche.
Niccolo, lui, fait partie du peuple des nuées : il a toujours vécu sur une île dans les nuages, maintenue en l'air par un complexe système de pompes exploitant l'éther, dont personne ne comprend plus le mécanisme depuis des générations. Pour une raison inconnue, l'éther vient à manquer, et l'île descend et vient se coincer entre des pics montagneux. Niccolo est envoyé à la recherche des dragons, dont le souffle contient l'éther indispensable.

Ces deux personnages se rencontrent, et mènent leur quête de concert, leur chemin croisant d'improbables personnages : Bisevent aux épées magiques, Pleuring le pleurnicheur, enfermé par un sort dans un costume de dragon, de terribles Mandchous, des semi-dieux chevauchant des grues,...
Voici donc le début d'une trilogie d'aventures fantasy originale et bien menée, aux personnages certes un peu caricaturaux, mais surprenants. Deux ou trois bonnes soirées de lecture en perspective !
Aline

09/01/2012

Prix des lecteurs

PRIX  MES-SOU-THU  

3 villages, 1 prix des lecteurs

Les adultes ont aussi leur Prix des Lecteurs !

 P1010007.JPG

 Lancement du prix

samedi 14 janvier 2012 à la bibliothèque

à 10h autour d’un café-gâteaux !

Bouillon passerelle

Littérature passerelle

Une petite définition pour commencer. Qu'appelle-t-on littérature passerelle ?
Les romans, plutôt édités dans des collections "ados", qui peuvent plaire aussi bien aux adolescents qu'aux adultes.

Nos lectures se sont inspirées de la sélection réalisée par les bibliothécaires en comité de lecture "Crilj Ados"...

Les adultes du Bouillon prisant peu la fantasy , nous nous sommes cantonnés aux livres "réalistes"... sauf Geneviève qui n'a d'ailleurs pas été passionnée par "Bal de givre à New-York" : une distraction pure, sans sujet sérieux. Les lecteurs adultes et sérieux que nous sommes ont du reste trouvé que certains romans jeunesse manquent d'épaisseur, (ou de profondeur ?).

Les livres suivants nous ont plu :

Treize raisons, de Jay Asher (Albin Michel, Wiz, 2010)
Hannah s'est suicidée. Elle a laissé derrière elle une série d'enregistrements destinés aux 13 personnes qu'elle considère comme responsables de son geste, et explique ses raisons. Clay, qui l'aimait en secret et n'a pas su lui venir en aide, est bouleversé, et revit leurs moment ensemble. Ce roman fait débat, certains lecteurs étant agacés par le personnage un peu égoïste d'Hannah, qui veut faire culpabiliser les "responsables" pour des fautes somme toute pas si graves. D'autres trouvent plausible le passage à l'acte de la jeune fille, à un âge où des incidents peuvent prendre des proportions dramatiques...

La couleur de la rage, de Jean-Noël Blanc (Gallimard, Scripto, 2010)
6 nouvelles présentant des adolescents en révolte, avec des personnages, des ambiances et des lieux très différents. J.-N. Blanc est aussi l'auteur du roman "Le nez à la fenêtre", qui faisait partie de la sélection du prix Mes-Sou-Thu 2011.

Comme des trains dans la nuit, d'Anne Percin (Le Rouergue, 2011)
4 nouvelles troublantes, qui nous plonge dans l'adolescence, l'âge des découvertes, des audaces et des erreurs parfois. Marc a honte d'être fils d'éleveur, et fait les 400 coups avec un autre vaurien de son lycée professionnel...En visite à Londres, deux jeunes découvrent que l'art peut être le vrai remède au poison de la mort... etc.

La théorie de la relativité, de Barbara Haworth-Attard (T.Magnier, 2007)
Le jour de ses 16 ans, la mère de Dylan le met à la porte, car il l'encombre pour recommencer sa vie. Comment faire quand on est à la rue avec son sac à dos ? Dylan  fait la manche, cherche des foyers, rejoint des squats, se débrouille comme il peut, essayant d'éviter les risques de la rue... trouve parfois refuge dans une bibliothèque. Il s'invente des théories personnelles (1/4 des passants donne quand il fait la manche).

Lune indienne, par Antje Babendererde (Bayard J., Millezime, 2007)
La mère d'Olivier lui annonce à la fois sa décision de se marier avec un indien Lakota et leur départ pour aller vivre sur une réserve de l'ouest américain. Le "futur" leur a construit une maison écologique (isolation en chanvre). Ils sont bien accueillis, mais certaines relations sont difficiles dans cette famille recomposée : Olivier rejette le nouveau mari de sa mère, et le fils de celui-ci, jaloux, le maltraite. Le patriarche aide les garçons à mieux comprendre la beauté de la nature, la richesse des racines indiennes...
L'auteur, psychothérapeute, s'intéresse beaucoup à la culture indienne. Elle a aussi écrit "le chant des orques" situé chez les indiens de la côte ouest.

Le premier qui pleure a perdu, de Sherman Alexie (Albin Michel, Wiz, 2008)
Junior, jeune indien Spokane de 14 ans, vit dans une réserve assez sordide, où l'alcool provoque de nombreux drames. Différent des autres par sa grosse tête et sa myopie, il est assez lucide pour savoir qu'il n'a aucun avenir sur la réserve. Résolument optimiste, il exprime tout son humour par des dessins (qui illustrent le roman). Plutôt intello, il est accepté dans une école de blancs. L'intégration se fait plutôt bien, mais du coup, il est rejeté par ses copains indiens... Beaucoup d'espoir et d'optimiste dans ce court roman, malgré un environnement bien noir !

Vango, de Timothée de Fombelle (Gallimard, 2010)
Situation de départ : sur le parvis de Notre Dame, Vango se prépare à prononcer ses vœux, lorsqu'il doit brutalement s'enfuir pour sauver sa vie. Vango ignore qui il est, mais son passé cache de lourds secrets. Des îles siciliennes aux brouillards de l'Ecosse, entouré par une galerie de personnages forts, il cherche sa vérité.
Ce roman d'aventures n'est pas sans rappeler "Les aventures de Boro reporter" de Franck et Vautrin. La trame de fond est constituée par les événements historiques entre 1918 et 1936 : montée vers la guerre, trafic d'armes...  Le tome 2 vient de paraître.

Peine maximale, d'Anne Vantal (Actes Sud, romans ados, 2010)
Ce roman captivant et très instructif sur le système judiciaire français présente le déroulement d'un procès en assises, sur trois jours. Le jeune Kolia est accusé de cambriolage et du kidnapping d'un bébé, sa sœur de séquestration. Le roman débute au moment de l'arrivée et de la sélection des  jurés, et se termine sur le verdict.
Chaque court chapitre présente le point de vue d'un des acteurs du procès, heure par heure.  Le lecteur a ainsi accès aux témoignages et aux procédures, mais aussi aux pensées intimes des victimes, des accusés, des avocats, du juge, du greffier, de la famille... peu à peu le lecteur est tenté, lui aussi, de forger son intime conviction, qui évolue avec chaque témoignage.

Marthe et Mathilde

Marthe et Mathilde : 1902-2001
Pascale Hugues
Ed. Les Arènes, 2009

L'auteur, journaliste du journal Libération, puis du Point, vit à Berlin.
Elle retrace la vie de ses deux grands-mères qui vivaient en Alsace, l'une d'origine française et l'autre allemande, toutes deux nées en 1902 et mortes en 2001. Elles étaient amies depuis l'âge de 5 ans, et ont vécu deux guerres qui auraient pu les diviser, mais leur amitié a survécu à tout.

Ce roman retrace un pan de l'histoire de l'Alsace et l'évolution de la condition féminine pendant le 20ème siècle. On suit aussi la vie à Berlin, via la sœur de Mathilde, institutrice engagée dans cette ville. C'est enfin l'histoire d'une belle amitié... franco-allemande !

Roman présenté au Bouillon de Lecture par Marie-Claire

Léna

Léna
Virginie Deloffre
Albin Michel, 2011

Léna semble vouée à l'attente. Sa vie est une alternance entre la chaleureuse présence de son mari Vassia, pilote de l'air pour l'armée d'URSS, et les longues semaines où elle attend son retour. Lorsque Vassia est en mission, elle s'immobilise et écrit son attente à ses vieux parents d'adoption, Dimitri et Varvara, restés dans le grand nord sibérien. Lorsque Vassia rentre, tous les habitants du logement communautaire se massent dans la cuisine pour l'entendre conter ses histoires d'aviation, puis son récit de la conquête spatiale, la grande épopée soviétique de l'espace, fierté du peuple russe.

Lorsque Léna comprend que son mari va faire partie d'une mission programmée dans l'espace, son monde se craquelle. Vient le temps du dégel, de la débâcle. L'auteur trace habilement un parallèle entre les saisons du grand nord, le long hiver communiste de l'URSS, et celui de Léna, en quasi hibernation depuis un drame d'enfance. Les dégâts d'un printemps brutal sont associés à la Pérestroïka.

Un premier roman tout en finesse, qui explore l'âme russe, des paysans dans leur kolkhoze de Sibérie aux citadins entassés dans les appartements communautaires...
Aline

calendrier 2012

Animations du premier semestre 2012

 

Samedi 14 janvier

Lancement du prix Mes-Sou-Thu

Café-gâteau à 10h30 à la bibliothèque

 

Jeudi 2 – vendredi 3 février

Rencontre des classes avec les illustrateurs Anaïs Bernabé et Jérôme Peyrat

 

Dimanche 11 mars

Bibs en fête « Féminin pluri’elles »

Journée festive tout public, à la salle Héliotrope d’Orliénas, animée par toutes les bibliothèques du Pays Mornantais (stands, conte, fanions de l’espoir…)

 

Vendredi 23 mars

Heure du Conte

Amphithéâtre (6-12ans) 17h-17h50

Bibliothèque (4-6ans) 17h05-17h45

 

Vendredi 8 juin

Heure du Conte

Amphithéâtre (6-12ans) 17h-17h50

Bibliothèque (4-6ans) 17h05-17h45

 

Samedi 9 juin

Prix Mes-Sou-Thu

Résultats du prix des lecteurs et débat

 

Samedi 23 juin

Inauguration du quartier de la Piat et de la Bibliothèque Eclats de Lire