Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2012

Une simple affaire de famille

Une simple affaire de famille
Rohinton Mistry
Albin Michel (les grandes traductions), 2004

Portrait pittoresque et doux amer d'une famille parsie de Bombay, dans sa lutte pour la survie quotidienne.
Atteint de la maladie de Parkinson, Naruman devient un poids pour ses enfants. Il vit avec Jal et Coomy, ses beaux-enfants célibataires, dans le grand appartement qu'il a fait mettre à leur nom. L'animosité de Coomy envers ce beau-père, qui a épousé sa mère par obligation et ne l'a jamais rendue heureuse, se réveille lorsque la condition de Naruman se détériore. Elle manœuvre pour s'en débarrasser en le confiant à Roxana la plus jeune sœur.

Naruman se retrouve donc à l'étroit dans le petit appartement de Roxana et Yezad. Leur famille est joyeuse et affectueuse, Roxana soigne son père avec dévouement et les jeunes garçons, sensibles, font tout pour aider leurs parents. Tout irait bien sans le manque de place et d'argent, que Yezad ne supporte pas. Hélas, lorsque ces difficultés matérielles sont enfin résolues, Yezad s'est aigri et, de joyeux athée, s'est peu à peu transformé en bigot traditionaliste parsi.

Les personnages, un peu naïfs et injustement malmenés par la vie, sont traités avec tendresse par l'auteur, et les thèmes développés sont multiples : relations entre les générations, entraide ou repli sur soi-même, vieillesse et décrépitude, religion et fanatisme, Bombay la surpeuplée...
Aline

Les commentaires sont fermés.