Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/06/2012

Hate list

Hate list

Jennifer Brown – Albin Michel, collection Wiz, 2012

Le jour de la rentrée, Valérie se dit qu’elle n’y arrivera pas, elle ne pourra pas retourner au lycée, elle ne supportera pas les regards inquisiteurs, pas après ce qui est arrivé le 2 mai dernier. Ce jour-là son petit ami Nick, qui était la seule personne avec laquelle elle se sentait vraiment bien, a ouvert le feu sur les élèves et les enseignants en visant ceux dont le nom figurait sur La liste de la haine, avant de retourner l’arme contre lui. Cette liste de noms écrite dans son carnet, servait juste d’exutoire à Valérie, elle n’a jamais voulu la mort de personne. Elle se sent coupable, bien qu’elle ait risqué sa vie en s’interposant entre Nick et l’une des victimes. Elle se sent coupable parce qu’elle n’a rien vu venir. Aurait-elle pu empêcher ce drame ?

Valérie essaye de se reconstruire au fil du roman en affrontant ses angoisses, ses souvenirs, son amour pour Nick, le regard des autres victimes, le regard de ses parents.

L’auteure a choisi de nous faire partager l’après drame, la reconstruction de la petite amie du tueur et pas le parcours meurtrier du jeune garçon. Elle nous raconte comment une jeune fille, coupable et victime à la fois, tente de vivre malgré tout après une telle horreur. Les articles d’une journaliste peu soucieuse de véracité ponctuent le récit de Valérie et nous montrent comment ils ont influencé l’opinion publique sur l’événement. Les autres victimes sont très présentes dans le récit et font part de leurs doutes ou de leurs certitudes quand à la culpabilité de Valérie, mais il y a aussi ses parents qui doutent. Heureusement pour elle, un psychiatre l’aide et la soutien au quotidien, il est le seul à croire en elle et en son innocence. Enfin pas tout à fait, contre toute attente, il y a aussi la jeune fille qu’elle a sauvée qui la soutient, la fille qu’elle détestait le plus avant le drame.

Une histoire réaliste, poignante et bouleversante qui nous évoque Columbine, mais on est très loin d’ « Elephant » de Gus Van Sant.

J’ai aimé ce roman qui parle de l’adolescence, plus que du drame lui-même où les jeunes ont parfois un mal-être, où ils peuvent être cruels entre eux, où ils se cherchent et ne savent pas encore s’ils doivent rentrer tous dans un même moule ou bien s’ils doivent affirmer leurs différences.

On ne sort pas indemne d’un tel roman, on est secoué, voire malmené, mais c’est écrit avec beaucoup de sensibilité. Ce n’est jamais morbide.

Un grand coup de cœur de Dominique

Histoires de vie -  Adolescence, Mal être, Drame, Pardon. A partir de 13 ans

Les commentaires sont fermés.