Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2012

Mort d'un commis voyageur

Bouillon de lecture

****

Mort d'un commis voyageur

Jeudi 15 novembre

20h15 à la bibliothèque

 

Des représentants du théâtre des Célestins à notre rencontre autour de l’œuvre d’Arthur Miller, et de la mise en scène de Claudia Stavisky

28/10/2012

plan-plan cul-cul

Cinquante nuances de Grey (tome 1/3)

E.L. James, JC Lattès, 2012

Le roman Fifty shades of Grey est sorti en France après des ventes triomphales aux Etats-Unis. Les médias en parlent, les jeunes du Petit Journal de Malval (Vaugneray) ont testé pour nous.

L'histoire est celle d'Anastasia, étudiante en lettres qui passe sa licence. Toujours vierge (ha ! ha ! ha !), elle n'a jamais craqué pour un homme avant d'interviewer maladroitement le beau, le jeune, le ténébreux milliardaire Christian Grey. L'attirance est respective, mais Christian Grey, traumatisé par une jeunesse difficile, ne conçoit l'amour que dans une torride relation dominant –soumise. D'où quelques scènes sexuelles explicites...

Le récit, sorte de roman à l'eau de rose érotique, est assez simpliste, alternant  entre les moments où Anastasia tente de rejoindre son prince charmant dans son monde de fantasmes sexuels, et ceux où elle lui résiste. L'écriture est souvent maladroite, elle frise le ridicule par moments ("le brushing post-coïtal lui va si bien"), à moins qu'il ne s'agisse de la traduction de Denyse Beaulieu ?

Rien de bien extraordinaire, donc, ni de bien choquant dans ce premier tome. Les deux suivants devraient paraître en 2013. Le phénomène prendra-t-il en France ? le marketing gagnera-t-il ?...

Bouillon de cuisine

Cuisine et romans

Pour ce bouillon culinaire, Geneviève s'est surpassée en nous accueillant avec un somptueux moelleux au chocolat !

Les romans lus autour de ce thème présentent un aspect gourmand et sensuel, auquel nous n'avons pas été insensibles...


Le cuisinier, de Martin Suter, cuisineC. Bourgeois, 2010, 20€30

Au Sri Lanka, Maravan était un jeune cuisinier prometteur, initié par sa grand-mère aux préparations ayurvédiques. Réfugié en Suisse, il travaille comme simple commis dans un restaurant renommé, mais passe tous ses loisirs à expérimenter de nouvelles recettes. Un jour, l'emprunt au restaurant d'un coûteux appareil servant aux préparations moléculaires lui vaut d'être renvoyé. Sa collègue Andrea, ayant découvert –à ses frais- son don particulier, lui propose alors de créer une entreprise de dîners aphrodisiaques à domicile. Maravan est en proie aux affres de sa conscience : sa morale et sa religion lui interdisent de corrompre sa cuisine en rapprochant des couples illégaux, mais comment s'assurer que les clients sont des couples mariés ? et comment résister aux pressions des tigres tamouls qui veulent leur part du gâteau et menacent sa famille restée au pays ?

Une approche originale de la cuisine moléculaire et de la cuisine ayurvédique, sur fond de crise financière mondiale et d'affaires véreuses.

Coup de cœur du Bouillon.

 

L'affaire du cuisinier chinois, Pascal Vatinel, le Rouergue, 2007, 19 €

Prenez un vieux cuisinier qui perd un peu la main, un jeune chef qui a voyagé pour parfaire sa cuisine, un roi gourmant et gourmet, et organisez un tournoi culinaire. Saupoudrez de homards explosifs, de soupes légères, de présentations extraordinaires mêlant le yin et le yang. Mélangez avec un amour impossible et de terribles trahisons. Plongez le tout dans la complexe et foisonnante histoire de la Chine, à l'époque des Royaumes Combattants, juste avant le règne de Qin Shi huangdi.

Ajoutez, de nos jours, deux vieux amis, archéologue et paléographe, aux prises avec des hauts fonctionnaires corrompus. Mélangez. Vous obtiendrez un roman gastronomico-archéologique complexe et foisonnant, qui mêle intrigue policière et délices culinaires d'hier à la corruption d'aujourd'hui !

 

Mangez-moi, Agnès Desarthe, L'Olivier, 2006, 20.30 €

Myriam, cuisinière dans un cirque, perd sa place lorsque celui-ci ferme.  Elle décide d'ouvrir son restaurant, "Chez moi", mais faute d'argent doit aussi vivre dans ses locaux.  Peu à peu, les clients découvrent ce restaurant à la cuisine familiale : fleuriste, amoureux, étudiants,… composent une petite cour des miracles. Myriam, plus cuisinière que financière, est aussi intransigeante avec elle-même qu'elle est généreuse avec les autres. Elle ressent beaucoup de culpabilité par rapport à son passé d' "atrophiée de l'amour maternel" et ne se pardonne rien.  Cependant cuisiner pour ceux qui l'entourent semble lui redonner confiance.

Un roman facile à lire, plutôt optimiste et généreux malgré le mal de vivre du personnage principal.

 

Les liaisons culinaires, Andreas Staïkos, Actes Sud (Babel), 2007, 6.50 €

Dimitris et Damoclès, voisins dans le même immeuble, sont tous deux éperdument amoureux de la séduisante Nana. Fins cuisiniers, ils l'accueillent à tour de rôle, sont aux petits soins pour elle, littéralement à ses pieds ! Comme elle est aussi friande de bons petits plats que gourmande des délices de l'amour, les deux hommes lui préparent des dîners avec amour et rivalisent pour gagner sa préférence… même après avoir réalisé qu'elle leur ment et se joue d'eux !

En 17 menus et 36 recettes grecques, toutes simples, appétissantes et parfumées –autant de rendez-vous- Staïkios campe un marivaudage léger, drôle et digeste.

 

Cuisine tatare et descendance, Alina Bronsky, Actes Sud, 2012, 23.40 €

Malgré le titre, aucune dégustation dans ce roman, si ce n'est une effroyable cuisine relationnelle, concoctée par une terrible maîtresse-femme, belle et raffinée, qui méprise son entourage. Toujours contente d'elle-même, sans états d'âme, elle traite son mari de péquenaud, sa fille de "moche et débile", et manipule tous ceux qui l'entourent ! Une critique mordante et cynique de la Russie des années 1980.

Voir la critique de Jacqueline.

 

Chocolat, Joanne Harris, Quai Voltaire, 2001

Lansquenet est un village tranquille du Sud-Ouest, dans les années 1960. Les habitants y mènent une vie tranquille, un peu somnolente, agrémentée de commérages. L'arrivée de Vianne Rocher, parisienne, qui installe une confiserie-chocolaterie en face de l'église – en période de Carême, qui plus est- provoque un émoi considérable ! Le village est partagé entre ceux qui succombent à son charme et à ses gourmandises, et ceux qui, à la suite du curé austère, considèrent que cette boutique menace l'ordre et la moralité.

Un film adapté de ce roman a été réalisé par Lasse Hallström en 2000. Plusieurs romans de Joanne Harris ont des thèmes proches de la nourriture : les cinq quartiers de l'orange est situé dans un restaurant. Annie a beaucoup aimé Le vin de bohême, empreint de parfums et de sensualité.


Le cuisinier de Talleyrand : meurtre au congrès de Vienne, par Jean-Christophe Duchon-Doris, Julliard, 2006, 19 €

Ce roman policier est principalement situé dans les cuisines de Talleyrand en pleine effervescence, en 1814, pendant le congrès de Vienne qui a suivi la chute de Napoléon. Les puissances européennes ont vaincu Napoléon et se réunissent pour se partager l'empire ; la France est en disgrâce, et l'habile Talleyrand use de tous les moyens pour redorer son blason. Pour amadouer les plus récalcitrants, il engage pour l'évènement Marie-Antoine Carême (dit Antonin), meilleur cuisinier de son temps. Mais lorsqu'un maréchal est retrouvé assassiné, la police autrichienne suspecte que le nœud de l'intrigue se trouve dans le palais occupé par Talleyrand, et plus précisément dans ses cuisines. Il s'établit entre le policier chargé de l'enquête et Antonin une relation autant faite de respect et d'admiration que de soupçon.

Antonin Carême, génie de la cuisine, a consacré toute son existence à la gastronomie, et cuisiné chez les plus grands : le prince de Talleyrand, le prince régent d'Angleterre (futur Georges IV), l'empereur d'Autriche, le baron de Rothschild, etc. Sa cuisine marque la transition entre la cuisine du Moyen-Âge et celle d'aujourd'hui. Il a exécuté des pièces montées extraordinaires, et ne séparait pas l'architecture de la pâtisserie : "les beaux-arts sont au nombre de cinq, à savoir: la peinture, la sculpture, la poésie, la musique et l'architecture, laquelle a pour branche principale la pâtisserie." La fin de sa vie a été consacrée à la rédaction de plusieurs livres sur la cuisine, dont L'Art de la Cuisine française, encyclopédie en 5 volumes (1833-1834), qui comprenait des centaines de recettes, des menus et des plans de table, une histoire de la cuisine française et des instructions pour l'organisation de cuisines.

 

L'école des saveurs, Erica Bauermeister, Presses de la Cité, 2009, 19.30 €

Lilian n'a que 4 ans lorsque son père part. Elle se retrouve livrée à elle-même face à une mère dépressive, noyée dans les livres pour oublier. Lilian développe une passion pour la cuisine, et met beaucoup d'émotion et de sensualité dans ses recettes pour sortir sa mère de son chagrin. La description du chocolat chaud qui extorquera le premier sourire de sa mère est savoureuse !

Vingt ans plus tard, elle anime tous les lundis un atelier de cuisine dans son restaurant. Durant deux saisons, elle partage les tentatives culinaires et les aspirations secrètes de ses élèves de tous horizons.

L'école des saveurs… ou la thérapie par la cuisine !

 

Le voyage de cent pas, Richard C. Morais, Calmann-Lévy, 2011, 19.30 €

Hassan grandit à Bombay, au-dessus du restaurant familial, entouré des odeurs de cuisine, dans une Inde gourmande et voluptueuse. Mais au moment de la Partition entre Inde et Pakistan, sa mère décède dans l'incendie du restaurant. La famille émigre et finit par se fixer dans un village du Jura, où elle ouvre un petit restaurant tout près du restaurant deux étoiles de Mme Mallory. Cuisine indienne et française se font concurrence, jusqu'à ce que Mme Mallory accepte de former le jeune Hassan. En effet, "cet adolescent maigrichon possède ce petit quelque chose qu’on ne rencontre qu’une fois par génération. C’est un chef né. Un artiste. " Cent pas, c’est la courte distance qui sépare le boui-boui familial du restaurant deux étoiles.

Roman gourmand, qui mêle intégration et cuisine, et aborde le petit monde de la gastronomie française.

23/10/2012

Batchalo

BATCHALObande dessinée,tsiganes,déportation

Michaël Le Galli, Arnaud Bétend. – Delcourt, 2012. (Histoire et histoires)

17.95 €

 

Février 1939, en Bohême. Un cortège de villageois furieux se dirige vers un campement de tsiganes, soupçonnés d'avoir enlevé deux enfants. Après quelques échanges haineux, il ressort que 10 enfants Rroms sont également introuvables. Des empreintes de bottes et de lutte laissent à penser que les enfants ont été capturés. Josef, un jeune policier veuf dont le fils unique Roman a disparu, part avec les tsiganes à la poursuite des ravisseurs. Les enfants ont été enlevés par des nazis pour servir de cobayes aux expérimentations sur les tsiganes.

Sur leurs traces, ils traversent la Bohême et entrent sur les territoires annexés par l'Allemagne, où ils finissent par être internés en camp de concentration. Josef s'est tellement intégré à la famille tsigane, qu'il subit le même sort.

Le fils de Josef et son ami, protégés un temps par leur prétendu statut de jumeaux, sur lequel les Nazis font des recherches, ont échappé à l'inoculation de maladies. Cependant  ils finissent par rejoindre eux aussi le camp d'Auschwitz, où les Rroms dépérissent, et où le docteur Mengelé procède lui aussi à des expérimentations effroyables…

 

Remarquable bande dessinée en un tome, sur le génocide des Rroms. "Batchalo"  signifie en langage rrom "bonne chance"… mais la seule chance qu'auront eu les personnages, c'est l'entraide et l'amour entre Josef le policier et Silenka la bohémienne.

Le récit est très documenté, et complété d'un dossier en fin d'ouvrage. L'illustration de qualité, au trait précis, présente un encrage très soigné dans les tons sépia, qui rend bien les mouvement, les ombres et les lumières.

 

 Coup de coeur d'Aline et Fabienne

15/10/2012

Le monde à l'endroit

Le monde à l'endroitAmérique, récit d'initiation

Ron Rash

Traduit de l'anglais The world made straight (2006) par Isabelle Reinharez

Seuil, août 2012, 19.50 €

Travis Shelton, un jeune gars de 17 ans,  a grandi dans le comté de Madison, en Caroline du Nord. Fils de fermier, destiné à devenir à son tour fermier, il a laissé tomber le lycée, après avoir joué pas mal de mauvais tours aux professeurs avec son copain Shank. Son père le fait travailler dur sur ses plantations de tabac, sans jamais un mot de remerciement ou d'approbation, et Travis supporte de plus en plus mal ses critiques injustes.

Un beau jour de pêche à la truite, Travis tombe par hasard sur une plantation clandestine de marijuana, et y voit l'occasion de se faire un peu d'argent facilement en revendant quelques pieds.  Mais la famille Toomey n'est pas tendre, et lorsqu'il retourne une fois de trop couper des plans, c'est par un piège à loup et un couteau serpette qu'il est accueilli !

Pendant sa convalescence, il s'installe chez Léonard, ancien professeur et dealer à la petite semaine. Fasciné par l'histoire des Etats-Unis et en particulier par le massacre de Shelton Laurel pendant la guerre de Sécession, il commence à fréquenter la bibliothèque, et de fil en aiguille se remet aux études... sans pour autant perdre sa naïveté et sa propension à s'attirer des ennuis !

Des personnages assez complexes entourent Travis : Léonard, professeur et père déchu, fasciné par des registres tenus par un ancêtre médecin pendant la guerre de Sécession ; Carlton Toomey, fermier, et trafiquant de drogue sans pitié ; Dena, ancienne jolie fille devenue dépendante des drogues ; et la fascinante Lona, acharnée à sortir de la pauvreté par les études.

L'écriture, forte et poétique, mêle adroitement les descriptions de paysages ruraux américains, les parties de pêche… et les scènes pleines de tension : sorties alcoolisées entre copains, révolte contre le père injuste, confrontations au terrible Carlton Toomey…

Aline

11/10/2012

Musique à la demande

Nouveau à la bibliothèque !

Musique à la demande

 musique

 

La bibliothèque de Soucieu ne possède pas de rayon musique, mais nous demandons les disques que vous souhaitez à la Médiathèque du Rhône.

Pour voir les CD disponibles,  consulter le catalogue

17:23 Publié dans Vie de la bibli | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : musique

08/10/2012

Marionnettistes de père en fils

Je suis la marquise de Carabas

Lucile Bordes, éditions L.Levi, août 2012, 14.50 €

Instituteur à la retraite, Emile livre enfin à sa petite-fille son histoire, celle d'un enfant élevé dans une roulotte, par une famille de marionnettistes forains célèbres. Depuis qu'en 1850 Auguste a, le premier, pris la route pour suivre Chok le  marionnettiste, toutes les générations ont laissé leurs états d'âme de côté pour mettre au service du Grand Théâtre Pitou leurs efforts et leurs talents : Auguste le montreur, chanteur et bonimenteur, Emile le décorateur, inventeur et metteur en scène (avec son fameux carnet "toutélà"), Eugénie la costumière, Clémentine montreuse et musicienne, Gustave le manœuvre discret…

Les Pitou ont arpenté la France entière, avec une préférence pour la région de Saint-Etienne et Rive de Giers où l'accueil était particulièrement chaleureux. Aux meilleures époques, ils se sont retrouvés jusqu'à six manipulateurs sur la passerelle, avec un choix de deux cent marionnettes, Crasmagne restant pour toutes les générations LA marionnette fétiche. Après chaque décès, chaque guerre, les Pitou ont su rebondir, recréer, continuer. Même à l'arrivée du cinéma muet, les artistes se sont adaptés.

Lucile Bordes livre ici l'histoire de sa famille, connue sur le tard. La dynastie Pitou a bien existé, et certaines de ses marionnettes se trouvent à Lyon au musée Gadagne. Le style et l'écriture de ce récit ne présentent aucune particularité, ni bonne, ni mauvaise. Par contre, l'histoire fait rêver, et le lecteur s'attache à ces personnages tout à leur travail en famille, leur passion pour les marionnettes (ou pas)  et leur itinérance.

Aline

02/10/2012

Quel trésor !

Quel trésor !

Gaspard-Marie Janvier

Fayard (roman), 2012, 21 €

En réglant la succession de son père, David Blair, dernier rejeton d'une famille d'éditeurs écossais, met la main sur un document dont la valeur pourrait lui permettre de régler ses dettes… à condition qu'il soit authentique : l'original de la carte dessinée par Stevenson et son beau-fils en 1881, qui aurait inspiré le célèbre roman "L'île au trésor".

A partir du moment où David évoque ce dessin sur l'île de Farà, tous se passionnent pour cette carte et se jettent à corps perdu dans une chasse au trésor épique : îliens de Farà, écossais, français et anglais se bernent les uns les autres à tour de rôle avec jubilation, persuadés que la carte recèle le secret (perdu pour Stevenson lorsque son éditeur avait égaré ce document) du trésor de l'Invincible Armada échoué sur les côtes écossaises!  

Le fil du récit n'est pas toujours très clair, sans doute parce que l'auteur l'a divisé en trois parties, dotées de trois narrateurs différents – et donc de trois points de vue différents. Cependant l'ambiance îlienne, humide, rustique et chargée de mémoire, happe le lecteur, ainsi que les scènes d'action. Vols au-dessus des îles écossaises dans le vieux coucou de Warluis, atterrissages "trois points" dans un mouchoir de poche, marronnage sur Gugà l'île aux oiseaux… Voilà un roman pour ceux qui savent encore lâcher la bride à leur imagination, doté de scènes absolument savoureuses : la débâcle du cortège d'enterrement sur sol glacé, les soirées à l'auberge du Lord of the Isles,…

Les nombreux personnages, tous plus truculents ou pittoresques les uns que les autres, affabulent, s'observent, s'espionnent, se lient d'amitié, s'entraident ou se tendent des pièges au gré des opportunités. Mais ce prétendu trésor existe-t-il seulement ?

Aline