Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2012

Du son sur les murs

Du son sur les mursroman policier

Frantz Delplanque, Seuil (roman noir), octobre 2011, 21.50 €

Jon Ayaramandi tente de couler une paisible retraite à Largos, station balnéaire de la côte Basque, sa région d'origine. Il partage son temps entre les balades dans les dunes, sa baignade matinale, les verres au Cap'tain Bar, sa passion pour la musique "rock garage" et la lecture. Mais son passé de tueur le rattrape lorsqu'il débarrasse sa jeune voisine Perle d'un violent agresseur.

"Finalement mes activités de tueur ne s'étaient interrompues que trois mois. La faute à pas de chance. Nul ne peut échapper à ses aptitudes profondes, elles s'exercent là où elles doivent s’exercer. Prenez un médecin par exemple : où qu'il aille, il peut être sûr de tomber sur un accident, un malade qui fait une crise ou un enfant qui a avalé une arrête de travers. En attendant, j'avais commis un trente-troisième homicide. J'étais passé du statut de professionnel à celui d'amateur, certes, mais je me retrouvais à nouveau sur la mauvaise pente. Est-ce que j'étais comme tous ces retraités qui ne peuvent s'empêcher d'exercer une activité bénévole dans leur domaine de compétence ?"

Papi de substitution, Jon s'occupe avec tendresse de Luna, la fille de Perle, et se prend à rêver d'amour, lui aussi. Hélas, sa rencontre inopinée avec "Burger le mauvais", tueur professionnel avec lequel il a autrefois travaillé, laisse augurer le pire. Et lorsqu'Al, l'amant de Perle, disparaît, c'est assez maladroitement et à reculons qu'il enquête. A l'aveuglette, il réactive son réseau et bouscule malfrats et barons du banditisme. Hélas, comme il le répète à la jeune femme, son passé de tueur ne fait pas de lui un détective ! Ses seuls alliés fiables sont finalement les gitans, qui ne se laissent pas impressionner par la pègre.

Voilà un roman noir décalé, dynamique et réjouissant, plein d'humour et de tendresse malgré les morts semés ici et là. Le seul reproche que je ferais à ce récit est d'être un peu trop parsemé de références musicales pointues. (à part Franck Zappa, j'avoue que la bande son m'était à peu près inconnue !)

Aline

Les commentaires sont fermés.