Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2013

Le déjeuner du coroner

Le déjeuner du coroner, Colin Cotterill

Albin Michel (Carré Jaune), 2006, 19.50 €

République Populaire Démocratique du Laos, 1976. Les communistes du Phatet Lao ont pris le pouvoir. Après avoir soigné pendant des années les combattants dans la jungle et les membres du Parti, Siri Paiboun, à plus de 70 ans, espérait prendre sa retraite. Mais le Parti a décidé qu'il peut encore être utile et l'a nommé –bien malgré lui- coroner principal de la république. Le voici donc médecin légiste à Vientiane, qui apprend son métier sur le tas avec une l'équipe peu ordinaire : Dtui, jeune et robuste infirmière célibataire qui rêve d'étudier, et Geung, trisomique doté d'une excellente mémoire.

A part ses différends avec le juge local, rien de bien extraordinaire jusqu'aux deux affaires qui occupent Siri dans ce roman. On lui amène le corps de la femme d'un cadre du parti, soit-disant décédée d'une virulente attaque de parasites… mais l'insistance du mari pour récupérer le corps éveille les soupçons du coroner. Peu après, les cadavres de trois militaires Vietnamiens sont retrouvés dans un lac de retenue laotien, portant des traces de torture. Cette affaire délicate risque de relancer les hostilités entre Vietnam et Laos ! Siri, honnête et consciencieux, mène ses affaires en dépit des pressions du Parti et des menaces qui pèsent sur lui. La nuit, il est visité par des visions des morts, qui tentent de le mettre sur la voie.

Premier épisode de la série du Dr Siri, dont deux titres seulement sont traduits en français, ce policier présente un regard sur certaines croyances ancestrales et coutumes de la minorité Hmongs de la province de Khamouane, le fonctionnement de la société et les rouages du Parti. Comme pour les polars ethnographiques d'Alexandrer Mc Call Smith ou de Tony Hillerman, son intérêt réside autant dans l'étude de société que dans l'intrigue. Aline
Prix SNCF du polar en 2006.

Les commentaires sont fermés.