Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2013

Noé Nectar et son voyage étrange

Noé Nectar, 8 ans, part avant l’aurore. Il fugue pour fuir ses problèmes à la maison. Après avoir traversé la forêt, il se retrouve dans un monde étrange, où arbres, animaux et objets parlent. Attiré par un étrange magasin de jouets en bois, muni d’une seule porte qui se déplace au gré des besoins,  il fait la connaissance d’un vieux sculpteur. L’homme ouvre pour lui son coffre aux souvenirs, et à partir des pantins qui s’y trouvent, lui livre peu à peu son histoire, où il est question d’amour pour son père et d’une promesse non tenue. Il force ainsi Noé à faire face à la réalité et à rentrer à temps chez lui.

Conte fantaisiste et poétique, inspiré de Pinocchio, qui aborde avec grâce le sujet de la mort d’un parent. La fantaisie pure n’est pas mon style et j’ai mis un moment à admettre le monde sans queue ni tête des premiers chapitres, mais le récit devient beaucoup plus prenant dès que l’on rentre dans le magasin de jouets et que les deux personnages principaux se rencontrent.
Beau récit initiatique, par l’auteur du roman Le garçon en pyjama rayé.

roman jeunesse,conte initiatiqueNoé Nectar et son voyage étrange :           un conte de fées
John  Boyne
ill. Oliver Jeffers, Gallimard jeunesse, 2012, 13€
Trad. de l’Irlandais Noah Barleywater runs away

 

Le mystérieux cercle Benedict

Tu es un enfant ?
Tu possèdes des aptitudes exceptionnelles ?
Tu souhaites vivre une expérience unique ?

roman jeunesse,aventureQuand cette annonce est publiée dans les journaux, des dizaines d’enfants se précipitent pour participer au concours. Cependant quatre candidats seulement sont sélectionnés, sur des critères assez fantaisistes : la logique et la gentillesse de Reynie, l’ingéniosité, la force et l’agilité de Kate,  la mémoire de Sticky, et le non conformisme de Constance. Les enfants doivent avant tout être foncièrement honnêtes et de préférence orphelins !
Leur étrange recruteur, monsieur Bénédict, les charge d’une mission dangereuse : infiltrer un étrange pensionnat dirigé par un savant mégalomane dont les manigances menacent le monde.
Leur consigne principale : rester unis !

Dans ce premier tome d’une trilogie d’aventures, dont les personnages s’apparentent à ceux de Roald Dahl, le goût du mystère des enfants est flatté, ainsi que celui des codes secrets (les héros utilisent beaucoup le morse pour communiquer). Trois pages de jeux ont été ajoutées à la fin du livre, dans l’esprit des tests passés par les enfants pour être admis dans le cercle Bénédict.
Le récit est chronologique, fluide, et contient de bonnes doses d’humour et d’action. Pour combattre le mal, les enfants doivent utiliser toutes leurs ressources : logique, mémoire, imagination, et même esprit de contradiction ! La solidarité et l’amitié jouent un grand rôle.

Très bon roman pour les enfants amateurs de gros livres : je me suis régalée, et les lecteurs de CM2 se le disputent !

Le mystérieux cercle Benedict
Trenton Lee Stewart
Bayard jeunesse, février 2013, 541 p., 14.90 €
traduit de l’américain « the Mysterious Benedict Society » par J.Baptiste Dupin

09/04/2013

Rencontre avec une illustratrice

Les CP et ”la Chose”

 

C’est l’histoire des Incorruptibles : tous les ans, les écoles participent au prix des Incos. Chaque classe vient à la bibliothèque pour la présentation de 5 ou 6 nouveaux livres, sélectionnés par niveau. C’est toujours une belle découverte de livres inattendus, d’auteurs ou d’illustrateurs différents… Ensuite, c’est un vrai marathon dans les classes pour que chaque élève puisse rapporter chez lui, et lire, tous les livres. Gare à celui qui oublie son livre à la maison, il est attendu par tous les copains !

Enfin, en mai, un vote à la bibliothèque permet de choisir le préféré pour chaque niveau, et de comparer son vote au résultat national : leçon de démocratie, qui rapporte le vote de chacun à celui de sa classe, du village et de la France entière.

 

 

Parfois, invité par l’association de la bibliothèque, un auteur vient rencontrer les enfants de Soucieu. Après Jérôme Peyrat et Anaïs Bernabé P1030117.JPGen 2012, c’est Alexandra Huard qui  nous a rendu visite le 4 avril. Elle nous a parlé de son parcours de dessinatrice : depuis la maternelle, elle passait son temps à dessiner. Ce qu’elle préférait à l’école, c’était illustrer les poésies. A 18 ans, après le bac, elle est entrée à l’école Emile Cohl, une école très connue, où l’on passe 4 ans en cours de dessin : pendant 2 ans on dessine avec des modèles pour apprendre à faire des dessins ressemblants ; ensuite, on dessine de tête et d’après son imagination.

 

P1030092.JPGElle nous a raconté la création d’un livre et le rôle de chacun : l’éditeur décide de faire un livre, c’est lui le patron. Il choisit un texte qui lui plait (ici, le texte de Béatrice Fontanel), puis cherche un illustrateur qui va bien avec, et lui commande les dessins. A chaque étape : découpage du texte,  storyboard (petits brouillons), crayonnés, peinture, etc.,  l’éditeur donne son avis et peut demander des modifications. La Chose, est le premier livre d’Alexandra, alors elle a mis longtemps (6 mois) et fait quelques erreurs, que Sarbacane, son éditeur, lui a fait corriger. Par exemple elle avait oublié de laisser assez  de place pour le texte !

 

P1030093.JPGLes enfants ont aussi beaucoup appris sur les techniques de dessin : pour qu’on voie mieux les personnages principaux, Alexandra a des « trucs » : laisser de l’espace autour d’eux, bien choisir l’endroit où on les positionne sur la page, utiliser la perspective (les dessiner devant en plus gros, et les figurants derrière plus petits), ou les dessiner dans des couleurs lumineuses en laissant les personnages moins importants dans l’ombre,…

 

La Chose est un grand album en couleurs, plein d’humour,  sur le thème de la jalousie. Les héros sont deux drôles de chiens et leur maîtresse. Mais chut ! Il ne faut pas dévoiler l’histoire, sous peine d’en gâcher la chute, pour ceux qui ne l’ont pas encore lue ! Car on ne sait qu’à la fin du livre ce qu’est La Chose…enfin, sauf pour les petits malins, qui ont deviné grâce  aux indices parsemés dans le texte!

 

P1030096.JPGComme l’auteur a donné des indices dans le texte, Alexandra s’est appliquée à donner quelques indications –mais pas trop ! dans ses dessins : des petits regards, des boutiques, des paquets,… Elle nous a aussi expliqué comment elle a illustré le temps qui passe avec le défilé des saisons, utilisant des détails et des couleurs différentes pour les caractériser. 


 

P1030101.JPG

Chaque classe de CP a créé un village des saisons, à la façon d’Alexandra. Les élèves ont choisi les couleurs de leur maison en fonction de la saison qu’ils voulaient représenter.

 P1030103.JPG

 

Les conseils d’Alexandra

Prendre son temps, aller doucement (pour ne pas dépasser)

Comme les sportifs, s’entraîner beaucoup !!!

Aller voir des « vraies » peintures dans les musées et les expositions, car les couleurs des originaux sont toujours plus éclatantes que celles des copies dans les livres !

14:43 Publié dans Animation | Lien permanent | Commentaires (0)