Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/06/2013

Le plus petit baiser jamais recensé

Histoire d'amour à la Boris Vian -en plus positif- entre un inventeur-dépressif et une femme invisible.

Laissé bien mal en point après l'explosion d'une bombe d'amour (traduire : la séparation brutale décidée unilatéralement par sa compagne), le narrateur, "homme-grenier" qui garde tout, a la peau à l'intérieur de son cerveau constellée de bleus qui ne s'effacent jamais". Alors qu'il commence tout juste à se rétablir, il embrasse une jeune et jolie brunette si timide que le moindre baiser la fait disparaître !

 

Commence alors une quête originale pour la retrouver, avec les conseils d'un vieux détective expert en pêche à la sirène, et d'Elvis, son perroquet pisteur-charmeur. Les talents d'inventeur de notre narrateur se révèlent bien utiles pour transmettre au perroquet le peu d'indices dont il dispose : le doux son de sa respiration légèrement asthmatique, et le goût de son baiser à l'ADN gourmand.

 

Ce court roman est délicieux, plein de trouvailles à déguster avec délectation. Il regorge d'inventivité et de vocabulaire original, absurde ou poétique. Comme dans La mécanique du cœur, l'auteur s'intéresse aux ressorts de l'amour et utilise des images pleines de légèreté pour exprimer des sentiments plus profonds.

En prime, la recette du chocolat au plus petit baiser jamais recensé et un livret de "sparadramours", poésies décalées érotico-charmeuses.

 

Chanteur du groupe de rock français Dionysos, Mathias Malzieu mène de front carrière littéraire et musicale.

 

roman d'amourLe plus petit baiser jamais recensé

Mathias Malzieu

Flammarion, 2013, 157 p., 17.50 €

Commentaires

Une bouchée d'oxygène, un roman un peu beaucoup fou, très poétique. Très bien écrit avec des effets d'écriture.
Mon interrogation : il est savoureux le temps de la lecture ensuite qu'en reste -t-il?

Écrit par : Marie-Christine | 29/07/2013

Les commentaires sont fermés.