Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2014

Une famille délicieuse

famille

Une famille délicieuse

Willa MARSH

Autrement, 2014, 476 p., 22 €

Traduit de The Children's Hour par Eric McComber

 

Deux respectables vieilles dames, Mina et Nest, vivent entourées de leurs chiens à Ottercombe House, demeure familiale isolée sur la lande, près de la mer. Elles ne peuvent refuser d’accueillir pour quelques mois leur sœur Georgie, en attendant son entrée en maison de retraite.

A l’heure du thé ou lors de leurs nuits sans sommeil, elles égrènent leurs souvenirs de jeunesse. Elles ont grandi dans une famille nombreuse (5 filles et un garçon), entre un père distant, acerbe, une mère souvent fatiguée, et les visites très attendues de Timothée, l’ami de la famille, chaleureux et attentif. Les rivalités entre filles étaient parfois féroces ! Leur régal était « l’heure des enfants », en fin d’après-midi, lorsque leur mère leur racontait des histoires ou leur lisait des extraits de la littérature anglaise, à tel point que les personnages de fiction leur semblaient plus  proches que leurs voisins.

Mais Georgie, atteinte de démence sénile, menace l’équilibre de ses sœurs, et comme autrefois, elle tourne autour d’elles avec cette phrase qui les inquiète et lui donne du pouvoir « Je connais un secret ». Les jeunes neveux, qui adorent leurs tantes, sont aussi menacés par les secrets de famille, et la présence de Georgie est de plus en plus lourde à porter, même pour Mina la courageuse.

L’écriture de ce roman est fine, très descriptive. Elle rend bien l’ambiance anglaise un peu désuète de ce lieu hors du temps, la lande, le jardin fleuri, la promenade côtière jusqu’à la mer,… de même que les relations entre les sœurs… et entre les chiens. Les gentils sont peut-être un peu trop parfaits, avec leur bonne humeur à toute épreuve, mais l’histoire est attachante, et renvoie à de nombreuses références de la littérature anglaise.

Aline

Les commentaires sont fermés.