Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2014

En cas de forte chaleur

roman étranger, familleEn cas de forte chaleur

Maggie O’Farrell

Belfond, 2014, 360 p.

Traduit de l’irlandais par Michel Valencia

 1976. Chaleur, sécheresse, pénurie d’eau, c’est la canicule en Angleterre et Robert a disparu, un matin, comme ça. Il est parti acheter son journal et n’est jamais revenu. Bouleversement dans cette petite famille d’origine irlandaise qui cache bien des secrets. Tous les enfants sont alors rapatriés dans la maison familiale à la recherche de ce père disparu : Michael Francis, l’ainé, marié et deux enfants, Monica compagne d’un homme divorcé et Aoife, la benjamine, partie vivre aux Etats-Unis.

Sous la trame principale se cachent des histoires sous-jacentes : des problèmes familiaux passés et présents, des secrets gardés depuis longtemps, des rancœurs et des jalousies. Le roman n’est pas écrit de façon linéaire : on glisse tout au long du roman du présent au passé. Passé parfois joyeux, tourmenté, dur dont les évènements, comme des pièces de puzzle, permettent de comprendre les relations conflictuelles et distendues entre les trois enfants.

Histoire de famille simple et profonde. Une certaine chaleur humaine sort de ce roman. Les personnages sont décrits de façon si réaliste que le lecteur à l’impression de faire partie de cette famille irlandaise immigrée à Londres.  Fresque familiale dépeinte avec grand réalisme. Et si tout simplement l’équilibre de cette famille n’existait qu’une fois tous les enfants réunis ?

Céline

Les commentaires sont fermés.