Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2014

Le liseur du 6h27

 romanLe liseur du 6h27

Jean-Paul DIDIERLAURENT

Au Diable Vauvert, 2014

Mal dans sa peau, solitaire et sensible, Guylain Vignolles mène une existence morose dans le petit appartement qu’il partage avec Rouget de Lisle son poisson rouge. Il déteste son travail au service d’une gigantesque broyeuse , la Zerstör 500, qui transforme chaque jour des tonnes de livres invendus en pulpe de papier.

Sa seule évasion, instant de résistance et de poésie, c’est son trajet matinal dans le RER du 6h27, toujours dans la même rame, où il lit à voix haute les feuilles rescapées, sauvées au hasard par un angle mort de la terrible machine. Les habitués attendent ce rendez-vous quotidien, et bientôt il est prié de venir faire la lecture aussi dans une maison de retraite.

Son quotidien est éclairé par d’autres amis excentriques : Giuseppe, collègue handicapé par la broyeuse, qui collectionne les livres issus de son accident, Yvon l’alexandrophile, qui affecte de ne parler qu’en alexandrins, déroutant jusqu’aux chauffeurs les plus endurcis. Le hasard met entre ses mains une clé USB contenant les notes d’une dame pipi…

Entre humour, tendresse, entraide entre français "d’en bas", et pouvoir des mots… ce petit livre se savoure avec délices.

Aline

17:25 Publié dans coups de coeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman

22/07/2014

En cas de forte chaleur

roman étranger, familleEn cas de forte chaleur

Maggie O’Farrell

Belfond, 2014, 360 p.

Traduit de l’irlandais par Michel Valencia

 1976. Chaleur, sécheresse, pénurie d’eau, c’est la canicule en Angleterre et Robert a disparu, un matin, comme ça. Il est parti acheter son journal et n’est jamais revenu. Bouleversement dans cette petite famille d’origine irlandaise qui cache bien des secrets. Tous les enfants sont alors rapatriés dans la maison familiale à la recherche de ce père disparu : Michael Francis, l’ainé, marié et deux enfants, Monica compagne d’un homme divorcé et Aoife, la benjamine, partie vivre aux Etats-Unis.

Sous la trame principale se cachent des histoires sous-jacentes : des problèmes familiaux passés et présents, des secrets gardés depuis longtemps, des rancœurs et des jalousies. Le roman n’est pas écrit de façon linéaire : on glisse tout au long du roman du présent au passé. Passé parfois joyeux, tourmenté, dur dont les évènements, comme des pièces de puzzle, permettent de comprendre les relations conflictuelles et distendues entre les trois enfants.

Histoire de famille simple et profonde. Une certaine chaleur humaine sort de ce roman. Les personnages sont décrits de façon si réaliste que le lecteur à l’impression de faire partie de cette famille irlandaise immigrée à Londres.  Fresque familiale dépeinte avec grand réalisme. Et si tout simplement l’équilibre de cette famille n’existait qu’une fois tous les enfants réunis ?

Céline

20/07/2014

Le legs d'Adam

 

 

roman étranger,allemagne,nazismeLe legs d’Adam

Astrid Rosenfeld

Gallimard (du monde entier), 2014

Traduit de l’allemand “Adams Erbe” par Bernard Lortholary

Edward Cohen grandit dans l’appartement familial de Berlin, où le grenier, qui a toujours été le repaire d’un aïeul, abrite  son grand-père. Moses, vieillissant, est de plus en plus troublé par la ressemblance d’Edward avec son frère Adam, disparu pendant la deuxième guerre mondiale en emportant les économies familiales rassemblées pour que la famille puisse émigrer à l’abri de la folie nazie.

Tiraillé entre les adultes, très différents, qui l’ont vu grandir, Edward ne sait comment orienter sa vie, jusqu’à ce que le journal de son grand-oncle Adam parvienne entre ses mains, lui révélant la vie et les choix de cet homme -qui lui ressemblait peut-être aussi par son caractère.  Adam était un rêveur, élevé par son excentrique grand-mère Edda Klingmann, qui lui avait appris à n’avoir peur de rien, pas même des allemands nazis. Une seule rencontre avait changé  le cours de son existence et donné un sens à sa vie.

Ce roman évoque les heures sombres du nazisme, et quelques actes anonymes et humbles de résistance, mais avant tout la puissance de l’amour et des rêves.

Aline

19/07/2014

La vie rêvée des plantes

roman étranger,amour,coréeLa vie rêvée des plantes

Seeung-U Lee, Zulma, 2006

Traduit du Coréen par Mikyung Choi  et  Jean-Noël Juttet

Détective privé, le narrateur, Kihyon, s’est éloigné de sa famille trop terne et renfermée. Pourtant lorsque son grand frère "exemplaire" perd ses deux jambes après avoir sauté sur une mine à l’armée, il rentre aider à s’occuper de ce frère aîné à la fois admiré et tellement jalousé. C’est à ce moment qu’un client anonyme lui commande d’espionner sa mère…

Le lecteur suit Kihyon, le narrateur, dans son introspection pleine de culpabilité, sa découverte de secrets de familles et sa perception affinée de ceux qui l’entourent. Les rapports entre les membres de la famille sont redessinés, sous un nouvel éclairage qui lui permet de déceler des sentiments profonds sous un quotidien apparemment terne.

L’auteur se réfère beaucoup à la mythologie gréco-romaine,  récits d’amours contrariés et de métamorphoses. La forêt et les arbres sont chargés d’une symbolique forte, depuis les arbres enlacés du parc jusqu’au palmier de Namchon. Les rêves du narrateur  tiennent une place importante, entre rêves prémonitoires et révélateurs de son inconscient. Ces deux éléments, parfois entremêlés, sont sans doute à l’origine du titre.

Le contexte coréen reste discrètement en filigrane, et n’affleure  que lorsqu’il est question des contestations sociales (qui ont coûté son enrôlement forcé à Ukyon) et des conflits de pouvoir. L’auteur s’interroge aussi sur le rôle de l’artiste, témoin et militant, ou révélateur de beauté. Malgré tout cela, la vie rêvée des plantes est avant tout un roman d’amour.

Aline

Lire l’interview du 17 septembre 2012, réalisée par Isabelle Roche pour lelittéraire.com

08/07/2014

Ouverture tout l'été

La bibliothèque est ouverte tout l'été aux horaires habituels. Venez faire le plein de livres, revues ou musique pour les vacances.

horaires, ouverture

Mardi                    9h30-12h             16h30-18h30

Mercredi               9h30-12h             15h-18h30

Vendredi                                         16h30-18h30

Samedi                9h30-12h