Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2014

L'amour et les forêts

roman, rentrée littéraire, harcèlementL’amour et les forêts

Eric REINHARDT

Gallimard (Blanche), août 2014, 368 p, 21.90€

A l’origine du livre : la rencontre entre l’auteur et une lectrice transformée par la lecture de son dernier roman. Leur discussion donne lieu à de très belles pages sur la relation entre l’écrivain et le lecteur, l'écriture, et ce que peut apporter un roman à son lecteur, mais aussi les peurs de l’écrivain.

Peu à peu, Béatrice Ombredanne révèle des pans de sa vie, soumise au harcèlement constant de son mari. Sa situation, tendue entre son besoin de perfection pour ses enfants et son travail, et la conscience que son mari l’humilie et la manipule, est très émouvante.

A la lecture, cependant, j’ai été gênée par les différentes versions de sa vie que donne Béatrice à ses interlocuteurs. Chaque confident a droit à une facette de sa vérité (ce qui en soit est normal : nous ne confions pas les mêmes choses à différentes personnes), mais ces différentes facettes ne m’ont pas semblé concordantes, si ce n’est qu’elles pointent toutes vers une relation désastreuse avec son mari, à laquelle Béatrice ne se soustrait que trop ponctuellement, pour une liaison d’un jour ou un séjour à l’hôpital psychiatrique.

L’écriture, pour moi aussi, comporte des incohérences : l’amant est trop parfait, la sœur s’exprime de façon trop raffinée, pas franchement crédible dans un dialogue… C’est donc un roman que j’ai lu avec intérêt, et empathie pour la situation du personnage, mais qui ne m’a pas convaincue.

Aline

Les commentaires sont fermés.