Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2014

Yeruldellger

roman policier

Yeruldelgger

Ian MANOOK

Albin Michel,  2013, 22 €

Prix Quai du polar - Prix du Polar SNCF - Grand Prix des Lectrices Elle Policier 2014. Premier roman de Patrick Manoukian, alias Ian Manook, "débutant" de 65 ans.

Yeruldelgger Khaltar Quichyguinnkhen, commissaire en Mongolie,  se voit confier deux enquêtes. Une fillette blonde a été découverte par des nomades, ensevelie en pleine steppe avec son tricycle rose, et l’âme de la petite lui est formellement confiée. Au même moment, les cadavres de trois Chinois retrouvés dans des postures… peu conventionnelles, dans un hangar d’Oulan-Bator, réclament toute l’attention de la police.

L’intrigue, en lien avec la géopolitique, les ressources minières, l’argent et le pouvoir, fait intervenir des personnages diamétralement opposés, depuis les criminels puissants, des policiers corrompus, des Coréens amateurs de sensations fortes et d’improbables néo-nazis mongols jusqu’à des nomades traditionnels et des moines guerriers. Yeruldellger, lui-même personnage hors du commun,  appartient au monde moderne par son métier, mais respecte et pratique les traditions mongoles et y ancre sa moralité. Ian Manook le régale de ravioles de mouton gras, de thé salé au beurre rance et de marmottes farcies aux pierres chaudes.

Ouverture sur un pays et une culture dépaysants, mêlant de près beauté et misère, ce roman policier se lit d’une traite, comme un café noir, bien aromatisé mais amer. Corruption totale, violences faites aux femmes, interrogatoires musclés,… sont difficilement contrebalancés par les moments de paix que procurent la nature et les pratiques shamaniques ou traditionnelles. La fin un peu rapide, laisse de nombreux points en suspens, qui devraient trouver leurs réponses dans un deuxième tome, Les temps sauvages, annoncé pour février 2015.

J'ai aimé, contrairement à Gérard G., qui n'a pas accroché à l'intrigue, et n'a pas trouvé ce policier assez réaliste.

Aline

Les commentaires sont fermés.