Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2015

Bouillon BD - roman graphique

Les noix, c'est de saison. Alors nous les dégustons sous forme de gâteau, de tarte,... en présentant les dernières bandes dessinées lues. Pour certains, la lecture de BD est un effort, pour d'autres un grand plaisir ! Voici celles que nous avons aimées :

 

bande dessinéebande dessinéeLes vieux fourneaux

Wilfrid LUPANO, ill Paul CAUUET, Dargaud, 2014, 11.99 €

Tome 1, Ceux qui restent         Tome 2, Bonny and Pierrot

Mimile, Pierrot et Antoine sont de vieux amis forts en caractère. Maintenant qu’ils sont à la retraite, nos trois septuagénaires ont les moyens d’appliquer leurs anciens idéaux libertaires, et vivent plus ou moins en autarcie. Antoine, veuf, apprend que sa femme le trompait avec son patron. Et voilà nos trois vieux soixante-huitards partis pour un road-movie vers la Toscane… Beaucoup d’humour dans leurs aventures loufoques.

Lire aussi Ma révérence, de Lupano, qui a rencontré un grand succès l’an dernier au prix MES-SOU-THU.

 

bande dessinéeRiche : pourquoi pas toi ?

Marion MONTAIGNE, Michel et Monique PINCON, Dargaud, 2013, 133 p, 17.95 €

Philippe Brocolis, est l’heureux gagnant de la cagnotte du Loto. Avant, les choses étaient simples : pour Philippe, être riche, c'était – eh oui ! – avoir de l'argent ! Pourtant, après avoir reçu son gain, il s'aperçoit que ce n'est pas si simple à définir, la richesse.

Marion Montaigne s'appuie sur les écrits de deux authentiques sociologues « spécialistes des riches », pour raconter en scénettes humoristiques l’argent et les riches. Le titre du premier chapitre est déjà très évocateur : à partir de combien est-on riche ?

L’auteur n’en est pas à son premier coup d’essai. Elle a déjà publié plusieurs bandes dessinées de vulgarisation scientifique, pleines d’humour. (cf. Tu mourras moins bête.)

 

bande dessinéeLydie

ZIDROU, Jordi LAFEBRE, Dargaud, 2010, 60 p, 14.99€

Dans l'impasse du bébé à moustaches, Camille, une jeune femme un peu simplette, accouche d'un bébé mort-né. Refusant de croire à sa mort, elle fait comme si la fillette était toujours là, et, contre toute attente, les habitants du  quartier jouent le jeu et la soutiennent  dans son déni. Année après année, tous donnent corps au petit fantôme… jusqu’à une fin surprenante.

C’est une histoire d’amour maternel insensé, tendre et pleine de poésie, mais aussi une histoire de solidarité, dans des décors des années 30 rendus avec délicatesse avec des tons sepia.

 

bande dessinéeCe n’est pas toi que j’attendais

Fabien TOULMé, Delcourt, (Encrage), 18.95 €

Fabien et sa femme attendent un deuxième enfant. Pendant la grossesse, le père ne cesse de s'inquiéter pour le bébé, et le jour de la naissance, il s'angoisse encore : quelque chose cloche chez Julia. Quand une trisomie est finalement dépistée, la vie de Fabien s'écroule. Avec une honnêteté sidérante, il raconte l'horreur, les crises de larmes, la panique, le rejet de sa petite fille qu’il n’arrive même pas à toucher.  Mais aussi le parcours médical, l’aide psychologique reçue, la rencontre avec ce bébé pas comme les autres et l'amour qui lui vient peu à peu.

bande dessinéeLe dessin, en noir et blanc + une couleur qui varie selon les chapitres, n’est pas « joli », mais il sert bien l’histoire, courageuse, et émouvante.

A rapprocher de la BD Le cœur enclume de Jérôme RUILLEZ sur le même sujet.

 

bande dessinéePaul au parc

Michel RABAGLIATI, La Pastèque (Montréal), 2011, 143 p, 21.40 €

Paul au Parc est le 7e album d'une série autobiographique commencée en 1999 (prix d’Angoulême). Les tomes peuvent se lire dans le désordre, ils présentent des tranches de vie d’une famille québécoise d’origine italienne dans les années 1970. Paul vit à Montréal avec ses parents et sa sœur sur le même palier que sa grand-mère et sa grand-tante, fort encombrantes. A 10 ans, il se passionne pour le métier d’auteur de bande dessinée, rêve de la jolie Hélène, et découvre le scoutisme. L’album, plein d’humour et de tendresse, baigne dans une douce nostalgie de l’enfance. En même temps il n’est pas aussi superficiel qu’il y parait : à partir d’anecdotes de la vie quotidienne, l’auteur aborde des sujets comme l'entrée dans l'adolescence, la naissance d’une vocation, les premiers émois amoureux, les relations familiales (Aline et sa belle-mère), l’amitié et la politique : Paul se préoccupe peu de la politique, mais la montée du FLQ (Front de Libération du Québec) ne peut pas être ignorée... Le dessin est assez dépouillé, en noir et blanc, mais la ligne est claire, les personnages et les situations expressifs.

 

bande dessinéeLes gardiens du Louvre

Jirô TANIGUSHI, Futuropolis/Louvre éditions, 2014, 20€

Un Japonais venu en France pour voir des toiles de maîtres, tombe malade et, incommodé par la foule, fait un malaise au Louvre. A partir de là, le récit bascule dans la dimension du rêve, où le narrateur est guidé par les esprits tutélaires du Louvre, et visite non seulement les œuvres, mais aussi les lieux où elles ont été peintes. De très belles pages sur la forêt de Corot, et le déménagement qui devait mettre à l’abri les œuvres du Louvre en 1939. On retrouve avec bonheur les dessins très soignés de Tanigushi dans cette déambulation intemporelle.

Une partie documentaire sur quelques peintres français et un Japonais complète la bande dessinée.

Dans cette collection « Musée du Louvre », voir aussi Le chien qui louche, d’Etienne Davodeau.

 

bande dessinéePiège nuptial

Christian de METTER, adapté de « Cul de Sac » de Douglas KENNEDY, Casterman, 128 p, 18 €

Nick, journaliste américain abordé par une autostoppeuse, se retrouve séquestré par la famille de celle-ci au fin fond du bush australien. Prisonnier de cette communauté fruste, violente et dégénérée, dépouillé de ses papiers et placé sous surveillance constante, il ne pense plus qu’à s’enfuir… Le dessin très sombre rend bien l’atmosphère malsaine et glauque du roman. Le récit présente des ellipses qui ont gêné notre lectrice peu habituée aux bandes dessinées.

L’auteur a adapté avec succès plusieurs romans noirs, dont Figurec et Shutter Island. Lire aussi Rouge comme la neige, superbe album où Christian de Metter est à la fois auteur et dessinateur.

 

bande dessinéeMort au tsar, tome 1 : le gouverneur

Fabien NURY, Thierry ROBIN, Dargaud, 2014, 57 p. 13.99 €

Moscou, 17 septembre 1904. Sur le parvis du palais du gouverneur général de Moscou, la foule manifeste, révoltée par la misère. Au balcon, le gouverneur Sergueï Alexandrovitch, oncle du jeune tsar Nicolas II,  lâche son mouchoir... donnant le signal pour les soldats de tirer dans la foule. Geste prémédité ou mouvement involontaire ? Le gouverneur semble sincèrement atterré par la haine de la foule, et tente de protéger sa famille des répercussions de son acte. Désormais, il le sait, il est la cible des révolutionnaires. Une fois de plus, le remarquable scénariste qu'est Fabien Nury (Il était une fois en France) présente un personnage ambivalent et s’inspire de l’Histoire pour écrire une fiction très réaliste. Son duo avec Thierry Robin (La mort de Staline) fonctionne avec efficacité, dans des scènes au découpage dynamique et efficace.

Un deuxième tome, présentera l’histoire vue par l’auteur de l’attentat contre Sergueï Alexandrovitch.

 

bande dessinéeLe soldat

Olivier JOUVRAY et EFA, Le Lombard, 2014, 72 p, 16.45€

Lors de la guerre de Sécession, Henry et Wilson, deux jeunes fermiers et amis d’enfance, s’engagent pour la gloire dans l’armée nordiste. Ils pensent revenir auprès de leurs proches rapidement en héros… Cette histoire reflète la dure réalité de la guerre, et surtout son absurdité. Il pourrait s’agir de n’importe quelle guerre ! Le côté psychologique est bien rendu : comment on motive les troupes, et comment chacun est ensuite confronté à la dure réalité du terrain. L’ennemi est diabolisé dans l’imaginaire d’Henry, qui voit les morts de la guerre sous forme de revenants, mais dans les faits, il se retrouve face à un jeune soldat qui lui ressemble.

 

Les profs

PICA, ERROC, Bamboo

Série d’humour, présentant de façon caricaturale mais assez juste les jeunes face aux profs, ou inversement : professeur feignant plein d’astuces pour ne pas assurer son cours, ras le bol en salle des profs, etc. Léger et amusant.

Autres bandes dessinées que nous avons aimées

bande dessinéebande dessinéebande dessinéebande dessinéebande dessinée 

bande dessinée

 

 

 

 

 

 

 

Chroniques Birmanes / Chroniques de Jérusalem, de Guy DELISLE

Les ignorants, récit d'une initiation croisée, d'Etienne DAVODEAU

Les damnés de Paris, de Michaël LE GALLI et Marie JAFFREDO

Couleur de peau : miel, de JUNG

Moi Chloé, génie en herbe, de KARINKA            

Quelques jours ensemble, ALCANTE et Fanny MONTGERMONT

Les commentaires sont fermés.