Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2015

All you need is kill

                  cover.jpg

All you need is kill T1

                                  

Obata Takeshi

                     

Kazé, 209p., 6.99€

 

 

  

Vous connaissez Le jour le plus long? Ce film où Bill Murray recommence éternellement la même journée ? C’est ce que vit aussi notre héros dans ce manga. Inlassablement la même journée recommence. Nous sommes en temps de guerre, la guerre contre les Mimics, extraterrestres venus de contrées lointaines. Ils ont déjà envahi toute la Terre mais seul un pays résiste : le Japon.

  all-you-need-is-kill-4708791.jpg

 Keiji notre héros est engagé dans l’armée japonaise. Demain c’est son premier combat contre les Mimics. Peu entraîné et plutôt peu musclé, il meurt dès les premières minutes au front mais se réveille aussitôt dans son lit pour recommencer à nouveau cette veille de combat.  

all-you-need-is-kill-4708793.jpg

Cela n’atteint pas les autres qui ne s’en rendent pas compte. Seul Keinji garde la mémoire des évènements passés. Son esprit mais aussi son corps se souviennent. Et si pour enfin passer au surlendemain Keiji devait défier la mort ?

 

L’idée originale ne perd pas son souffle du début à la fin. On est captivé par les efforts de Keiji pour réussir à ne pas mourir au combat. Lors des attaques contre les Mimics les dessins sont durs, gores et bien sanglants. L’histoire, les progrès du héros fascinent. Généralement pas une très grande fan des mangas celui-ci m’a envouté littéralement et à cela s’ajoute une chute à laquelle on ne s’attend pas.

 

AllYouNeedIsKill-T2-192x300.jpg

 Le tome 2 tient également ses promesses et nous surprend avec une chute inattendue.

Dyptique (fin au tome 2) disponible dans le rayon adulte BD.

 

Pour aller plus loin, adaptation au cinéma

Edge of tomorrow de Doug Liman

Avec Tom Cruise, Emily Blunt, Bill Paxton - sortie le 4 juin 2014

 

Céline

Les commentaires sont fermés.