Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2015

Patrick Modiano

Patrick Modiano a obtenu le  prix Nobel de littérature en 2014.

Pour le Bouillon de lecture de mars, nous avons lu plusieurs de ses livres, écrits à des époques différentes, et une impression commune de nostalgie s’en dégage. Dans sa « recherche du temps perdu », passé et présent se mélangent dans de nombreuses digressions, souvent autobiographiques. L’auteur décrit les quartiers de Paris au fil des errances dans les rues de ses personnages, assez flous (voire interchangeables) : on ignore d’où ils viennent et où ils vont.

La recherche d’identité est un thème récurrent : les traces de nos vies se trouvent toutes dans des dossiers quelque part, des annuaires, des photos. Comme dans Dora Bruder (1997), les personnages enquêtent sur le passé. Brume, mystère,… malgré une certaine tension, il ne se passe pas grand-chose, et le lecteur n’est pas plus avancé à la fin qu’au début. Dans son dernier roman Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier (2014), Modiano dévide de nombreux fils, mais rien ne se rejoint à la fin.

Tout est finalement une question d’atmosphère et de qualité d’écriture dans les romans de Modiano. Les plus jeunes de notre groupe s’impatientent à la lecture de ses divagations qui ne mènent nulle part, mais la plupart d’entre nous apprécient beaucoup cet auteur.

Nos titres préférés sont ceux où l’on ressent l’impact de l’Histoire : Dora Bruder (enquête sur la fugue, en 1941, d’une jeune fille juive) ; Rue des boutiques obscures (prix Goncourt 1978, passage des frontières par les Juifs) ; Un cirque passe (1992, retours sur l’époque de la guerre d’Algérie) ; L’herbe des nuits (2012, liens avec une enquête des services spéciaux marocains dans les années 1960)…

16:12 Publié dans Bouillon de lecture | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : roman

Commentaires

Patrick Modiano où l'inébranlable enquêteur du temps.

Écrit par : Alezandro | 18/04/2015

Les commentaires sont fermés.