Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/08/2015

L'été, c'est BD !

Ile aux femmes.gifL’île aux femmes

Zamzim

Glénat, 2015

Aviateur émérite et séducteur impénitent, Céleste Bompard est réquisitionné pendant la grande guerre comme courrier pour l’armée. Abattu en vol,  il se retrouve sur une île -qu’il croît déserte- avec pour tout viatique les lettres des poilus à leurs femmes. Elles se révèleront bien utiles lorsqu’il lui faudra, comme Shéérazade, négocier sa survie auprès d’une tribu d’amazones férocement hostiles aux hommes…

De l’humour, une histoire peu convenue, avec un rebondissement final. Le dessin est proche de la BD belge classique (ligne claire), mais les personnages un peu plus caricaturaux (le pif de Céleste !).

 

ce n'est pas toi que j'attendais.gifCe n’est pas toi que j’attendais

Fabien Toulmé

Delcourt, 2014

Emouvante histoire vraie de l’arrivée d’une petite fille trisomique, vécue par Fabien, le père. Du rejet absolu du handicap à une histoire d’amour.

Voici un roman graphique touchant par sa sincérité, au dessin clair et efficace (sans effet esthétique) en noir et blanc + 1 couleur variant selon les chapitres. Coup de coeur.

 

Chauve(s).gifChauve(s)

Benoît Desprez

Boîte à bulles (Contre-cœur), 2015

L’auteur évoque par petites touches sensibles –et humoristiques lorsqu’il le peut- le cancer de sa compagne, du verdict à la repousse des cheveux. Comme dans la bande dessinée ci-dessus, le dessin (noir et blanc) clair et efficace sert bien son propos. Très bien, quoique peut-être un peu court pour le sujet.

Grand méchant renard.gifLe grand méchant renard

Benjamin RENNER

Delcourt (Shampooing), 2015

Chargé par le loup de kidnapper les poussins de la ferme, puis de les engraisser afin qu’ils puissent se régaler, le renard froussard essaie de passer pour un grand méchant renard… sans succès.

Cette bande dessinée aux vignettes en couleur très expressives présente des gags à toutes les pages et des personnages désopilants. Gare aux cours d'auto-défense des poules activistes !

 

Amazigh.gifAmazigh, itinéraire d’hommes libres

Mohamed Arejdal et Cédric Liano

Steinkis, 2014

Ce roman graphique retrace les tribulations de Mohamed Arejdal, jeune Berbère qui tente avec ses amis Boufouss et Ali, d’émigrer clandestinement en Europe depuis le Maroc. La liberté dont rêve Mohamed, c’est celle de devenir artiste en Europe. Départ honteux, traversée du désert, de la Méditerranée sur un cercueil flottant, camp de détention en Espagne, brutalités policières suite à ses tentatives d’évasion, et retour à la case départ... ou pas !

La BD est émaillée de croquis qui n’ont rien à voir avec  le récit, mais plutôt avec une réalisation artistique de Mohamed, ce qui est un peu déroutant. Les illustrations en noir et blanc sont expressives, parfois un peu trop proches du croquis pour mon goût, mais très rythmées.

 

Fugazi.gifFugazi Music Club

Marcin PODOLEC

Gallimard, 2015

Récit. Au lendemain de la chute du mur, Waldek et ses amis se battent pour faire vivre une salle de concerts rock et déjantés. Super engagés, ils profitent de nombreuses bonnes volontés et parviennent à mettre sur pied des soirées mémorables. Mais entre corruption, manque de moyens, casseurs, lutte contre la drogue et la mafia, la partie est perdue d’avance…

J’ai bien aimé le sujet, mais le récit ressemble un peu trop à une énumération, et il est dommage que la fin soit annoncée d'avance. Le dessin en noir et bleu est irrégulier, souvent à la limite du croquis, parfois très travaillé, ce qui rend la lecture un peu laborieuse. Pour fans de rock alternatif ?

 

Carnets de thèse.gifCarnets de thèse

Tiphaine Rivière

Seuil, 2015

Roman graphique. Jeanne, prof de collège en ZEP, n’en peut plus de ses classes indisciplinées, et décide de faire une thèse en littérature. Chronique de ses années de galère avec l’administration, son maître de thèse et les autres thésards, ainsi que de l’incompréhension familiale… autodérision et humour noir assez réussis. Les illustrations en couleurs ne présentent pas d'intérêt particulier, mais servent le texte.

 

Reste du monde.gifLe reste du monde

Jean-Christophe Chauzy

Casterman, 2015

Fin de vacances dans les Pyrénées pour Marie. Demain, elle repart pour Paris avec ses deux fils, mais pas pour retrouver son mari, qui vient de la plaquer pour une jeunette. Annoncé par la soudaine panique des animaux, un cataclysme isole le village et le plateau du reste du monde. Affrontant les difficultés au fur et à mesure qu’elles se présentent, Marie et ses fils tentent de s’en sortir dans la nature en crise, alors que les instincts sauvages refont surface.

Le récit est enrichi par des illustrations soignées en couleurs, particulièrement de la nature, dont certaines en double page. Présentée comme un one shot, cette BD est en fait un début de série, qui nous laisse face à nos questions : comment se fait-il que « le reste du monde » ne vienne pas à leur aide ? L'auteur prévoit-il seulement un 2e tome ? d’anticipation ?

(à suivre...)

Les commentaires sont fermés.