Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2015

L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir

mort,amour,condition féminine

 

L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir

Rosa MONTERO

Métailié, 2015

 

Cédant à ce qui semble être une mode parmi les écrivains actuels, Rosa Montero prend comme point de départ la biographie de personnes célèbres – ici celle de Marie Curie, scientifique dont la vie aux côtés de son mari Pierre a fait l’objet de nombreux écrits et documentaires filmés .

Le tout est bien écrit, bien documenté, repose sur des faits avérés, des biographies attestées, des écrits de Marie Curie à partir desquels l’auteur  "brode".

Et c’est la broderie que je trouve gênante !!! Je trouve qu’elle donne un livre "fourre-tout" à la construction baroque (au sens artistique du terme !) avec des extraits intéressants de tranches de vie des deux scientifiques interrompus par des digressions en tous genres, notamment sur la difficulté d’être femme dans un univers machiste, sur la douleur ineffable liée à la perte de l’être aimé et sur le deuil (Pierre meurt avant Marie). L’auteur nous inflige des confidences intimes sur ses propres réactions  face à la mort de son compagnon à partir desquelles elle se livre à des généralisations sur la mort, nécessairement superficielles. On trouve aussi pêle-mêle des réflexions sur ce qu’est la normalité,  sur les coïncidences dans la vie, sur ce qu’aimer signifie pour un homme et pour une femme, sur la relation entre littérature et  Mal, littérature et beauté, fiction et réalité, liberté de l’écrivain, faiblesse des hommes, la mort de nos jours, etc. etc.  tous ces thèmes n’étant bien sûr qu’ effleurés. Enfin, l’emploi des #Hashtags, totalement artificiel, m’a exaspérée !

Il s’agit ici pour moi d’un livre exutoire  qui illustre un autre phénomène de mode à l’œuvre dans les publications récentes : l’acte d’écrire pour l’auteur qui ne se dissimule plus derrière un narrateur constitue une thérapie ; le lecteur assiste à un déballage de sentiments auquel il manque la distanciation d’une Delphine de Vigan lorsqu’elle s’interroge sur la relation entre réalité et fiction.  Sans toutes ses digressions, le livre m’aurait semblé beaucoup plus intéressant et même très recommandable !!!

Ginette

28/09/2015

Réseau des bibliothèques du Pays Mornantais

La bibliothèque Eclats de Lire travaille désormais en réseau avec les quinze autres bibliothèques du Pays Mornantais.

Nous proposons de nouveaux services sur le site

http://bibliotheques.copamo.fr/

banniere Copamo.png

Vous pouvez chercher un livre, un CD ou un DVD, vous tenir au courant des animations, des achats et des coups de cœur, et -en vous identifiant- voir vos prêts, les prolonger, faire des réservations,...

25/09/2015

Spectacle Pépites Brésiliennes

Pour fêter la mise en réseau des bibliothèques du Pays Mornantais, nous avons accueilli ce 25/09/2015 le spectacle Pépites brésiliennes

Pépites Brésiliennes.jpg

 

 Genèse du roman, projection de photos du voyage de préparation au Brésil, lecture d'extraits et dédicace, par Jean-Yves Loude

Chansons populaires brésiliennes de Vinicius de Moraes, par la Cie Les ArTpenteurs

037 2.jpg

  028 3.jpg029 3.jpg

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Un moment chaleureux, entre samba, poésie, et découverte de personnalités noires ou métisses du Brésil... Merci aux artistes passionnés !
 
040.JPG
Spectacle subventionné par le Département du Rhône, avec la participation de l'association bibliothèque jarézienne.

11/09/2015

Le nageur

immigration, Sri Lanka

 

Le nageur

Roma TEARNE

Albin Michel, 2015, 22 €

traduit de l'anglais par Esther Ménévis.

 

Le nageur, c’est le surnom donné à Ben par les femmes de sa vie.

Depuis que son compagnon l’a quittée pour une femme plus jeune – et plus fertile – Ria s’est retirée à Eel House,  la "maison des anguilles", son refuge d’enfance au bord de la rivière au nord-est de l'Angleterre. C’est l’endroit où elle retrouve ses souvenirs heureux, et peut travailler à sa poésie en toute quiétude. Pas de compagnie, si ce n’est son vieil ami Eric, pas bien loin. Elle évite au maximum les gens du coin, tolère une vague copine d’enfance plus agaçante qu’autre chose, redoute la visite occasionnelle de son frère, ambitieux et avide.

La nuit, un nageur solitaire traverse la rivière, visite son jardin et sa maison, vide sa huche à pain et hante son piano… Etrangement, elle se sent un lien avec ce nageur, malgré les rumeurs qui battent la campagne anglaise d’animaux égorgés, d’immigrés clandestins et de terrorisme…

Pour éviter de gâcher votre plaisir de découverte, je ne dévoilerai pas l’intrigue,  mais c’est un beau roman où se rencontrent des personnages blessés, parfois pour le meilleur, mais pas toujours. Un roman intense, qui  évoque aussi l’accueil –ou pas- des étrangers et des réfugiés politiques dans un contexte où la paranoïa peut conduire aux pires erreurs. A l'heure où les immigrés ne sont plus que des chiffres, il humanise l'un deux, réfugié Tamoul, avec son histoire personnelle et son besoin de se réapproprier sa vie.

J'ai beaucoup aimé l'ambiance de la première partie, et l'ensemble du livre est un franc coup de cœur pour Elisabeth et Jean-Bernard.   Aline

07/09/2015

Le peintre d'éventails

Peintre d'éventails.gif

 

Le peintre d’éventails

Hubert HADDAD

Zulma, 2013, 17 €

 

Hi-Han retrouve son vieux maître Matabei Reien à l’aube de sa mort, et recueille ses souvenirs, ainsi qu'une précieuse malle à mettre à l'abri.

C'est au fin fond de la contrée d'Atôra, au nord-est de l'île de Honshu, que Matabei, peintre traumatisé par un accident dont il s’était senti responsable, s’était retiré dans la pension de famille de Dame Hison. Spectateur de la vie de cette l’auberge, impliqué parfois dans ses passions,  il trouvait l’apaisement dans son magnifique jardin, "comme un visage tourné vers le ciel". Osaki, le vieux jardinier, l’avait choisi pour lui succéder, et l’avait peu à peu initié au jardin zen et à la peinture d’éventails. A son tour, il avait tenté de transmettre ce savoir à Hi-Han, jusqu’à ce que celui-ci s’éloigne.

"Peindre un éventail, n’était-ce pas ramener sagement l’art à du vent ?" (p.45)

Lorsque toute la région  a été brutalement détruite par le tsunami, la pension couverte de boue et ses habitants morts ou disparus, seul Matabei en excursion sur la montagne des bambous au moment de la catastrophe, s’en est tiré, et refuse d’être évacué. Il a refusé de s’éloigner de l’épicentre de sa vie, la région de Fukushima, pour tenter de sauvegarder ce qui pouvait l’être de l’œuvre du peintre d’éventails. Ses derniers mois ont été tendus par la nécessité de restaurer l’esprit du jardin dans la peinture d’éventails qui le représentait sous tous les angles.

Ce roman d’initiation, très contemplatif et parsemé de haïkus qui font écho à l’œuvre du merveilleux peintre et jardinier, laisse un sentiment puissant de nostalgie devant tant de beauté éphémère, et fait toucher du doigt tout ce que le tsunami a emporté d’intangible avec lui.

Ecrivain d'origine tunisienne de langue française, Hubert Haddad a su rendre admirablement une ambiance japonaise, d'une écriture sobre, évoquant ou suggérant plus qu'elle ne décrit. Entrevue sur France Culture.

Aline

Relire p. 78 le rapport entre éventails et jardin.

10:21 Publié dans coups de coeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : japon, zen, tsunami, roman

01/09/2015

La saison des mangues

Saison des mangues.gif

 

La saison des mangues

Cécile HUGUENIN

Ed. Eloïse d’Ormesson, 2015

 

Mira, partie en Afrique pour une mission humanitaire, a disparu. Lorsqu’il faut admettre sa mort, Anita, sa maman, qui a toujours vécu pour sa fille et pour son mari François, désormais interné en hôpital psychiatrique, doit s'inventer une nouvelle vie. Et pour cela se découvrir elle-même. Qui est-elle vraiment, cette femme qui tricote des bonnets personnalisés pour les personnes en chimiothérapie, et qui déteste le blanc au point de couvrir ses œufs au plat de curcuma ?

Elle trouve des forces auprès de son amie Fatou, plein de vitalité, mais aussi beaucoup dans ses souvenirs et ses origines.Sa propre mère, Radhika, était une déracinée, "vendue" à un major anglais qui exhibait sa beauté en trophée, mais s’en était vite lassé. Elle-même, élevée partiellement en Angleterre, partiellement en Inde, avait fini par épouser un Français et appris à aimer "le gris parisien". A son tour, Mira était partie à la découverte d'un autre continent, l'Afrique, où elle se croyait intégrée...

Avec des allers-retours narratifs, l’auteur tisse une légende familiale multiraciale et ouverte, sur trois générations et trois continents, avec des personnages -féminins surtout- qui passent d'une culture à une autre. Dans cette histoire de femmes, Laurent de Laurentis s’est laissé consciemment entraîner. C’est lui qui révèle le destin de Mira, qu’il admirait immensément, et en qui il s’était trouvé une sœur…

Très beau roman facile à lire, plein d'images en couleurs, d'odeurs et de sensations. Les allers-retours narratifs ne nuisent pas à la compréhension et au plaisir de lecture. En effet, comme l'exprime  l'auteur (psychologue) dans cet entretien, "émotions et sentiments se jouent de la chronologie".

Aline