Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2015

Les arpenteurs

roman étranger,etats-unis

 

Les arpenteurs
Kim ZUPAN
Gallmeister (Nature Writing), 2015, 23.50€
Traduit de l’américain The Ploughmen par Laura Derajinski

Ce roman est avant tout le récit d’une relation complexe entre deux hommes aux antipodes l’un de l’autre, un assassin et son geôlier :

John Gload, vieux criminel récidiviste, s’est enfin fait pincer et attend son procès dans la prison du Montana.
De l’autre côté des barreaux, un jeune adjoint au shérif est astreint à passer des nuits de surveillance dans la prison. Valentine Millimaki essaie d’exercer son métier avec humanité (contrairement à certains collègues !), mais souffre de sentir sa vie et son mariage, lui échapper chaque jour un peu plus.

"Dans le cadre de ses fonctions au bureau du shérif, il passait son temps à enquêter sur des délits ruraux et endurait son quota d’heures requises dans le vieux bâtiment de la prison adjacent au tribunal du comté. Mais il préférait le travail sur le terrain, au grand air, avec son chien de berger de trois ans [Tom] à pister les disparus dans la forêt, la broussaille, les canyons abrupts, des terres vierges, ces coins oubliés ou non référencés sur les cartes qui ne donnaient qu’une approximation de notre place en ce monde.
Il les retrouvait parfois, écorchés ou couverts d’ecchymoses, boitant sur une cheville fracturée, ou d’autres encore à un stade avancé d’hypothermie… Mais depuis plus d’un an, maintenant, il n’avait retrouvé que des cadavres."

Hanté par son armée de fantômes personnels, Millimaki est un homme vulnérable. Peu à peu, souffrant tous deux d’insomnie, John Gload et lui ont de longues conversations, et en viennent à une certaine compréhension l’un de l’autre… peut-être parce qu’ils partagent, chacun à sa façon, une proximité excessive avec la mort. …A moins que tout cela ne soit que manipulation de la part de John Gload !
"Je ne sais pas si j’ai ce qu’on peut appeler une âme, Val, mais je sais la reconnaître chez les autres. Vous en avez une. Je l’ai vue toute barbouillée sur votre visage dès que je vous ai croisé".

D’une beauté puissante, les Arpenteurs explore la frontière floue entre le bien et le mal. Pour l'auteur, qui oppose le huis-clos de la prison aux immenses espaces nord-américains, le Montana sauvage est une présence constante dans le récit, émaillé de descriptions de la nature. Malgré sa longueur et sa noirceur, j'ai été emportée par la puissance de ce roman et la complexité de ses personnages.

Kim Zupan a exercé de nombreux métiers, il a fait des rodéos, travaillé comme pêcheur, charpentier, enseignant…

Aline

26/10/2015

Venise n'est pas en Italie

Roman, famille

 

Venise n’est pas en Italie

Ivan CALBERAC

Flammarion, mars 2015, 250 p., 18€

 

Montargis. La famille d’Emile vit sur son terrain… mais dans une caravane en attendant un hypothétique permis de construire. Sa maman ne se préoccupe pas de son apparence, mais tient pourtant à décolorer les cheveux d’Emile « Tu es plus beau comme ça ».  Son père, VRP expansif, dirait n’importe quoi pour convaincre, et remporter une vente ou une discussion. Fabrice le grand frère, engagé dans l’armée, est facilement brutal avec son frère lorsqu’il rentre en permission. Tous ont la main leste et la morale un peu élastique. Dans cette famille haute en couleurs, voire vulgaire, Emile ne se sent pas à l’aise. Bon élève, sportif, il n’a pourtant pas bonne opinion de lui-même, trop conscient de ses origines modestes et de son manque de culture.

"En règle générale, j’aime pas trop comment ma mère s’habille, et je devrais même dire pas du tout… Ce que je déteste, quand je sors avec elle dans la rue, ou plutôt quand on entre dans les magasins, c’est cette manie qu’elle a d’adresser la parole à n’importe qui brusquement, sans préavis, en parlant fort, en tâchant d’être d’accord, parce que quand on échange des banalités, l’idée c’est surtout d’être d’accord. Alors bien sûr, je peux pas lui en vouloir, même si j’ai tellement envie qu’elle se taise. Ça me fout une honte stratosphérique… 

Une fois, on marchait dans la rue dorée et il y avait plein de gens que je connaissais, parce que dans cette ville il n’y a qu’une rue principale, alors bonjour l’anonymat, on pourrait faire des procès pour atteinte à la vie privée à ceux qui ont inventé des villes aussi petites. Et comme ma mère n’était particulièrement pas sur son trente et un, je marchais quelques mètres devant elle, pour pas qu’on devine nos liens de parenté. Je sais, c’est absolument dégueulasse de faire un truc pareil, j’ai l’impression d’être un gros tas de détritus, un monstre ignoble et puant, parce que je l’aime tellement, même si je la redoute en permanence, je l’aime de toute ma chair, de toute mon âme, et j’ai si peur qu’elle comprenne que je la trouve pas toujours présentable. Heureusement, elle s’en était pas rendu compte. Je voudrais pas que ça lui fasse de mal, jamais. Le problème, quand on a honte de sa famille, c’est qu’en plus on a honte d’avoir honte. C’est quelque chose entre la double peine et le triple cafard." (p. 77)

Emile, amoureux fou dès le premier regard de Pauline, rencontrée au lycée, se rapproche tout doucement d’elle, sans oser se déclarer, trois pas en avant, trois pas en arrière. Les filles, il ne connaît pas trop... et puis, elle vient d’un milieu très bourgeois.

"Mais un jour, et peut-être que ce sera bientôt, je lui écrirai des lettres d’amour à Pauline, des phrases avec complément d’objet indirect, participe passé du subjonctif, gérondif, plus-que-parfait, je lui jouerai le grand jeu. Je les mettrai dans une belle enveloppe en papier épais, avec son adresse dessus, et je les posterai en recommandé, avec accusé de réception, parce qu’on n’est jamais sûr que l’amour qu’on envoie, il soit vraiment reçu." (p. 105)

Lorsque Pauline finit par inviter Emile à un concert qu’elle donne à Venise, ce rendez-vous est vital pour lui. Mais au lieu de lui payer le billet de train, ses parents décident de partir eux-mêmes quelques jours à Venise, en famille, avec la caravane ! Le cauchemar intégral pour Emile, qui craint d’arriver en retard par la faute des  idées farfelues de son père, et surtout, a tellement honte de sa famille ! Et pourtant, cette famille déjantée est aussi chaleureuse et pleine de vie. On crie, on prend des baffes, mais on s’aime !

La narration est faite par Emile dans un langage frais et touchant (même si l'absence de négation peut être un peu agaçante à l'écrit). Sa jeunesse permet d'en faire un observateur candide de la vie, la famille, l'amour mais n'empêche pas les remarques pertinentes. L'analyse de société proposée par le livre est caricaturale, mais assez percutante ! Sous son apparence simplicité, j'ai trouvé que ce livre offrait de nombreuses pistes de réflexion.

Aline

Venise n'est pas en Italie (extrait)

"J’ai pensé que ce serait bien s’il y avait vraiment un ministre qui s’occupait des choses intérieures, comme les sentiments, les émotions, les désarrois aussi, il aurait fort à faire, mais faut pas rêver, il traite exclusivement des choses extérieures, le ministre de l’Intérieur. Et notamment des gens à jeter à l’extérieur du pays, parce que chacun chez soi, paraît que c’est la moindre des choses, même pour ceux qu’en ont pas. Et le ministre de l’Economie, paraît qu’il fait surtout des dépenses. Mon père dit que les titres qu’on leur donne, c’est surtout pour tromper l’ennemi, et apparemment, l’ennemi, c’est nous."

Venise n'est pas en Italie, p. 173

25/10/2015

Profession du père

rentrée littéraire,roman,familleProfession du père

Sorj CHALANDON

Grasset, août 2015, 320 p., 19€

Chaque roman de Sorj Chalandon m'a "rencontrée", et je n’ai jamais été déçue par cet auteur. Son dernier livre ne fait pas exception, même si le sujet en est plus personnel et  familial.

Pasteur Pentecôtiste, Judoka ceinture noire, parachutiste, footballeur, chanteur… ou agent secret ? Si le jeune Emile Choulans n’a jamais su quel métier noter dans les cases des formulaires à remplir en début d’année, c’est qu’il croyait aveuglément ce que son père lui racontait, accessoires à l’appui : kimono, robe de pasteur ou béret de para en évidence sur la plage arrière de la Simca Vedette paternelle…

L’auteur observe une famille dysfonctionnelle (proche de la sienne), à travers les yeux d’un collégien, éperdument admiratif et soumis à son père, dont le lecteur devine rapidement qu’il est mythomane et paranoïaque. Dans le microcosme familial, mère et fils sont maintenus en état de sujétion et d’alerte constante.

"Un soir de juin 1958 une amie de ma mère l’avait invitée à un récital des Compagnons de la Chanson, au théâtre romain. J’avais 9 ans. C’était la première fois qu’elle demandait à sortir seule le soir. Même avant ma naissance, mon père s’y était toujours opposé…" Le résultat ne s’était pas fait attendre "Tu vas dormir sur le paillasson, salope"… Elle a effectivement dormi derrière la porte, son fils ayant l’interdiction formelle de lui ouvrir sous peine de raclée. "C’était il y a trois ans. Depuis, Maman n’a plus jamais allumé la radio. Et plus jamais chanté."

Au moment où Charles de Gaulle "abandonne l’Algérie", André Choulans, le père, se sent trahi et décide de continuer la guerre sur le territoire français. Soit-disant officier de l’OAS, il transfère ses frustrations sur Emile et lui donne des missions : barbouiller les murs d’inscriptions OAS, poster des lettres de menace…  L’enfant est réveillé en pleine nuit pour se mettre au garde à vous, "torse nu et pieds glacés" et faire des séries de pompes en slip. A tout cela, la mère répond faiblement « Tu connais ton père ».

Emile a des crises d’asthme provoquées par l’angoisse, manque de sommeil,et ne parvient plus à se concentrer en classe... ce qui provoque de nouveaux drames. On éprouve de la pitié pour cet enfant maltraité et abusé psychologiquement. On ne comprend pas que son amour filial y résiste ! Vient même un temps où Emile utilise les méthodes de son père sur  un camarade, espérant que celui-ci saura l’arrêter… mais les méthodes fonctionnent trop bien !

Cette expérience extrême l'aura-t-elle aidé à s'affranchir de l'ascendant familial ? Reproduit-on les schémas parentaux ? Le lecteur retrouve brièvement Emile adulte dans sa relation à ses parents et à son enfant... mais beaucoup reste à imaginer.

Dans ce roman bouleversant, étouffant bien que parcouru d'intermèdes plus légers, j’ai lu la crédulité d’un enfant abusé psychologiquement par son père, mais aussi la complexité des relations familiales, tandis que Brigitte s’est attachée au contexte historique des "événements d’Algérie" du côté français.

Les entretiens avec l'auteur apportent un éclairage personnel. "Si le père n'avait pas été violent, je crois que l'enfance d'Emile (mon enfance) aurait été formidable !". Voir aussi les critiques de ses romans Retour à Killybegs et Le quatrième mur.

Aline

23/10/2015

Laure Monloubou vient nous voir !

Accueil de l'auteure et illustratrice jeunesse

 

rencontre d'auteur,album jeunesserencontre d'auteur,album jeunesse4 classes ont rencontré Laure Monloubou. Les enfants avaient préparé sa visite en lisant ses albums Myriam la tomate farcie et Perdus au musée.

Laure a expliqué son travail d’auteur-illustratrice et la création d’un livre. Un cahier de brouillon ne la quitte jamais, pour noter ses idées d’histoires, de personnages, de dessins,… rencontre d'auteur, album jeunesse

Elle nous a montré les étapes de la création à l'aide de nombreux croquis et originaux :  rédaction du texte, répartition par pages, croquis, "chemin de fer", crayonné, couleurs, mise en page…  Elle a aussi expliqué le travail de l’éditeur, de l’imprimeur, et les dernières relectures sur le "livre mou", juste avant l’impression.

A partir de matériel simple, papier, crayon à papier et feutre, les enfants ont réalisé leur personnage « à la façon » de Laure Monloubou : une tête ronde, un nez ovale, deux yeux ronds… (expression et personnalité étant donnés par la forme de la bouche, la direction des pupilles, les sourcils… et les cheveux. Laure, elle, fait son "encrage" au crayon de couleur (bien appuyé), puis ses couleurs à l’aquarelle.

rencontre d'auteur,album jeunessePetits trucs d’artiste :

- fixer ses feuilles à la table avec du ruban adhésif avant de les détremper : le papier se tend au séchage, ce qui permet ensuite de peindre à l’aquarelle sans gondoler…

- ne jamais noter le texte dans les dessins, au cas où le livre serait traduit (comme Mimi Tomatito !)

Chaque enfant est reparti avec son personnage dessiné et encré. Nous n’avons pas eu le temps de colorier les dessins, mais ce sera fait en classe !

Une séance de dédicace était proposée à l’issue de cette rencontre, de 16h30 à 18h30, avec des livres fournis par la librairie Murmure des Mots. Mais finalement, c’est surtout les jours suivants que les  enfants ont amené leurs parents à la bibliothèque pour emprunter tous ses albums ! 

20/10/2015

Le grand méchant renard

bande dessinée,humourLe grand méchant renard

Benjamin RENNER

Delcourt, 2015, 192 p., 16.95 €

 

Bande dessinée hilarante, pour tous âges.

A la ferme, un renard froussard et inefficace tente de s’affirmer en tant que prédateur, face à un  chien de garde paresseux et blasé  et une poule caractérielle. Devant l’échec de ses méthodes, le Grand Méchant Loup lui suggère de développer une nouvelle stratégie : voler des œufs et élever les poussins pour les croquer, à parts égales.

Le graphisme et le dessin ne sont pas forcément faciles à lire pour certains, mais ces caricatures d’animaux sont vraiment drôles, avec un personnage du renard très attachant.

 

Malgré le côté très léger de ce roman graphique, on peut en tirer quelques leçons !

  1. Peu importe ce que nous sommes, l’amour peut faire tomber les barrières. Un poussin peut aimer un renard comme sa mère, et un renard s’attacher à un poussin ;

  2. On peut appartenir à une catégorie, une race, et ne pas en présenter tous les critères habituels. L’habit ne fait pas le moine, et le renard ne fait pas peur.

  3. La gentillesse et la compréhension peuvent régler des conflits. Ici, à la ferme, la gentillesse du renard fait plus progresser l’entente que l’agressivité de la poule.

A mettre entre toutes les mains.

Pascale et Aline

17/10/2015

La valise rose

La valise rose
Susie MORGENSTERN, ill. Serge BLOCH
Gallimard jeunesse, mars 2015, 28p., 13.50€

couverture_La_valise_rose.jpgPersonne n’a compris quelle idée loufoque était passée par la tête de grand-mère quand elle a apporté son cadeau de naissance à Benjamin : une valise rose !
Quoiqu’en ait pensé son entourage, Benjamin l’a adoptée tout bébé, et n’a pas cessé de lui trouver de nouveaux usages. La valise a été tour à tour couffin, coffre aux trésors, lit pour les peluches, garage à camions, tam-tam, soutien pour apprendre à marcher, cartable… et valise aussi parfois, bien sûr. Mais comme « il faut parfois faire des compromis dans la vie » il accepta enfin un jour de s’en séparer… je ne vous dis pas pourquoi (ou plutôt pour qui).
Un album sympa à lire avec les enfants, qui s’attacheront à cet objet, et sauront lui inventer plein d’autres usages !

 livre_La valise rose.jpg

Avec ses illustrations au style rétro en teintes pastel où « flashe » le rose fluo, cet album est un objet inattendu.

Pour en voir plus, lien vers le Bloch’s Blog

 

Par son histoire, écrite au passé et ouvrant sur plusieurs niveaux de réflexion, il évoque un conte… et c’est effectivement une leçon de vie. On peut en faire une lecture multiple :
C’est l’histoire simple d’une valise choisie comme doudou ou objet favori.
Oui, mais c’est aussi une étude des relations inter-familiales : les adultes sentiront l’opposition entre la fantaisie de la grand-mère et le conformisme de la maman, ainsi que l’hostilité (voilée ?) entre belle-mère et belle-fille… La mère croît savoir mieux que tous ce qui est bon pour son fils, mais n’est pas à son écoute. Le père, lui, a une vraie place de conciliateur.
J’ai aussi trouvé dans cet album un plaidoyer anticonformiste, pour la capacité à faire ses propres choix : « Les moqueries au collège sur la couleur et la forme de son « cartable » ne le dérangeaient pas du tout. Comme sa grand-mère il ne cherchait pas à ressembler tout le monde, à être invisible« .

Bref, il y a de quoi se nourrir dans cette valise rose, ne la ratez pas!

Aline

09/10/2015

Entre deux mers, voyage au bout de soi

entre deux mers.gifEntre deux mers, voyage au bout de soi

Axel Kahn

Stock, 2015, 250 p., 19€

 

Dans ce récit de voyage Axel Kahn nous entraîne avec lui dans la traversée de la France en diagonale de la pointe du Raz à Menton. Ce récit fait suite à un premièr parcours des Ardennes au Pays basque qu'il a narré dans Pensées en chemin paru en 2013.

 

Il a parcouru, souvent hors de tout chemin balisé, plus de 2000 km dans des conditions physiques très dures (genou douloureux, épaule déboitée) et il a cependant réussi à aller au bout de l'itinéraire qu'il s'était fixé.

 

J'ai bien aimé la façon dont Axel Kahn parle des régions qu'il traverse. Il trouve de la beauté partout où il passe et il nous fait partager son émerveillement. Il rappelle brièvement l'histoire qui éclaire le présent, la situation économique actuelle, l'attachement des habitants à leur terroir, leur désarroi parfois, et aussi leurs espoirs.

 

Entre deux mers est un récit de voyage riche de réflexions personnelles sur la vie et aussi de réflexions politiques sur la France réelle, celle des gens qu'il a rencontrés et avec lesquels il a débattu de sujets qui nous préoccupent tous.

Annie

07/10/2015

Soudain, seuls

Soudain, seuls.gifSoudain seuls

Isabelle AUTISSIER

Stock, 18,50 €

 

Un livre qu'on ouvre et qu'on ne lâche pas.

Ludovic travaille dans l'événementiel, il est fougueux, séducteur, insouciant et est doté d'une grande aptitude au bonheur. Louise travaille dans un centre d'impôts, elle est effacée, solitaire, prudente et a une seule passion, l'alpinisme. Ils se rencontrent, ils s'aiment, mais pour Ludovic, la vie est trop banale, trop monotone à Paris, il faut rompre les habitudes, vivre une aventure et il convainc Louise de faire le tour du monde en voilier.

Les premiers mois sont magnifiques mais le rêve va se fracasser lorsqu’ils décident de faire une petite halte sur une île déserte entre la Patagonie et le Cap Horn, réserve protégée uniquement autorisée aux scientifiques. L'escapade va vite tourner au cauchemar, leur voilier ayant disparu emporté par une tempête.

 

Comment survivre dans une nature hostile avec pour toute nourriture des manchots sur une île où aucun bateau ne vient accoster ? Comment un couple peut-il résister dans un face à face qui renvoie chacun à ses responsabilités et à ses faiblesses ? Jusqu’où l'être humain est-il capable d'aller pour survivre ?

 

Isabelle Autissier nous fait éprouver la peur, la froid, la faim, l'épuisement, la désespérance et aussi l'amour et la haine dans un huit clos terrible. Elle sait décrire la tension psychologique qui monte peu à peu et elle nous amène à réfléchir sur les réactions d'un être humain plongé dans une situation extrême.

Annie

05/10/2015

Rencontre d'auteur

Mardi 6 Octobre à la bibliothèque

Accueil de l'auteure et illustratrice jeunesse

Laure Monloubou

rencontre d'auteur

Laure rencontrera les classes et animera des ateliers toute la journée, puis restera disponible pour  les parents et leurs enfants de 16h30 à 18h30.

Vous avez certainement déjà emprunté ses albums illustrés à la bibliothèque. Sinon, venez les découvrir !

Achat et dédicace possibles sur place (livres fournis par la librairie Murmure des Mots).

L'illustration expressive et les textes courts racontent des histoires abordant avec simplicité des thèmes profonds pour les enfants. La timidité : Myriam la tomate farcie. Le stress et la course après le temps et les activités : Jacinthe. Une sortie scolaire, l'amour enfantin : Perdus au musée. La difficulté de partager : C'est à moi ! La peur d'être oublié à l'école par les parents : Maman arrive. La difficulté de s'accepter et de voir ses qualités : Mais pourquoi ?...

rencontre d'auteur

rencontre d'auteur

rencontre d'auteurrencontre d'auteur