Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2015

Jean Christophe Rufin (3) L'Abyssin

L'Abyssin.jpgL’Abyssin, relation des extraordinaires voyages de Jean-Baptiste Poncet, ambassadeur du Négus auprès de sa majesté Louis XIV.
Jean-Christophe RUFIN
Gallimard, 1997, 579 p.
Goncourt du premier roman

Premier roman publié de Jean-Christophe Rufin, c’est un formidable roman d’aventures qui nous mène du Caire jusqu’en Abyssinie, puis à Versailles… et retour. En même temps, l’Abyssin fait une démonstration de politique et de diplomatie, avec tout ce qu’elles comportent d’hypocrisie et de dysfonctionnements.

Le Caire, 1699. L’Egypte fait partie de l’Empire Ottoman, mais la situation politique est complexe :
p.15 « De permanentes querelles déchiraient les Egyptiens et dressaient le Pacha contre les milices, les janissaires contre les beys (seigneurs Egyptiens maintenus au pouvoir par les Ottomans), les beys contre les imams, les imams contre le Pacha, quand ce n’était pas tout le contraire. »
La communauté internationale semble importante.
P 21 « Ces hommes [marchands et aventuriers] par le concours de circonstances généralement extraordinaires, avaient l’audace de considérer le courage comme une vertu, l’argent comme une puissance et l’ancienneté de leur exil comme un titre de gloire ». « Le consul savait leur rappeler qu’il n’est de puissance que par la loi, qui ne leur était guère favorable, et de vertu que la noblesse, qu’ils n’auraient jamais ».
Le poste de Consul de France est tenu par monsieur Maillet, de petite noblesse et faibles capacités, neveu éloigné de M. de Pontchartrain, chancelier du roi.
P 20 « on ne se hisse pas seul à ces altitudes, quand même ce sont vos seuls mérites qui vous y conduisent. Il faut s’assurer des hommes, et beaucoup, les placer, les entretenir et, un jour, les actionner »

Le Consulat de France est une sinécure, l’essentiel du travail étant assuré par le drogman (interprète) et un secrétaire aussi laid que diligent. Mais du jour où arrive le Père Versau, Jésuite envoyé du Roi Soleil, demandant l’envoi d’une ambassade auprès du Négus d’Abyssinie, les choses se compliquent pour le pauvre consul, qui devient le jouet des différents intérêts politiques et religieux.

Il est impossible politiquement d'envoyer des religieux, pour des raisons historiques : p. 40 « Les Jésuites avaient converti le Négus, presque subjugué le pays pour être finalement chassés, bannis, et pour voir interdire à quelque catholique que ce soit l’entrée de l’Abyssinie ». « Le prosélytisme chrétien [y]est interdit et les Turcs tiennent à ce que l’Abyssinie reste encerclée de musulmans ».
Il faudrait donc envoyer en Abyssinie « Un homme utile ». Hélas, il semblerait que « Les Ethiopiens n’ont besoin de rien. Leur pays les pourvoit en tout »

Par conséquent décision est prise d’envoyer un médecin pour soigner l’empereur, dont la rumeur voudrait qu'il souffre d’une maladie de peau. Il existe bien un médecin capucin, mais les Jésuites étant en concurrence avec les capucins pour la reconquête spirituelle de l’Abyssinie, il n’est pas question de s’allier avec eux. C’est donc un apothicaire-herboriste français du Caire, Jean Baptiste Poncet, qui est pressenti pour ce voyage.
Il exerce la médecine auprès des Egyptiens et des Turcs, de façon illégale mais très efficace, dans un alliage d’intuition et d’expérience, assisté de son ami herboriste Maître Juremi, protestant, et a une vision très moderne de la société… un Robin des bois de la médecine.
P 71 « vous savez, pour nous, médecins, dès qu’il s’agit d’un corps il n’y a plus de roi »
p. 79 « chacun cherche ce qu’il n’a pas. Moi, c’est l’argent qui me manque. Comment voudriez-vous que je soigne les pauvres gratuitement si les riches ne me paient pas. »

Au détour d’un encombrement de rue, une rencontre « fugace, éblouissante » a lieu entre Jean-Baptiste Poncet et Alix, la fille du Consul, et tous deux tombe amoureux éperdus. C’est ainsi que Jean-Baptiste se décide à partir à l’aventure pour devenir digne de sa dulcinée :
p. 101 « Il y a entre elle et moi d’extraordinaires obstacles ; seules d’extraordinaires circonstances peuvent les surmonter… Mais la mission qui m’est confiée, en me faisant affronter de grands périls, peut m’assurer en retour un grand triomphe. Je vais en Abyssinie, je guéris le Négus, je reviens avec l’ambassade qu’on me demande, je l’accompagne à Versailles. Louis XIV me fait noble et le Consul ne peut plus me refuser sa fille. Voilà ».

Jean-Baptiste part donc avec le Jésuite déguisé en valet avec la caravane du marchand Hadji Ali, traverse le Nil, passe par Guizé, puis le désert, et enfin les hauts-plateaux basaltiques. Après maintes péripéties, il parvient à Gondar, la capitale, mais on imagine bien que son plan simple n’est pas si facile à réaliser.
Il lui faut encore rencontrer le Négus, réussir à le soigner, obtenir l’autorisation de repartir d’Abyssinie, or
p. 242 « La règle que nous avons appliquée pendant des siècles est stricte : tout étranger est le bienvenu, mais il doit rester parmi nous ».

La suite de l’histoire voit ses déboires sur le trajet vers Versailles et à la Cour, et ses efforts pour mériter la belle Alix et la rejoindre. Dans le Versailles glacial, soumis aux affres de l’hiver, l’audience avec la roi Louis XIV, dépendant de sa chaise à trois roues, donne lieu à la scène mémorable et burlesque de l’oreille d’éléphant !
Jean-Baptiste est un personnage rebondissant, galant, homme d’honneur, bretteur, aventurier à la manière d’Alexandre Dumas. De son côté, la jeune fille ne recule devant rien pour gagner sa liberté. Le couple d’amoureux est entouré de quelques amis fidèles et dévoués, mais les personnages de traîtres ne manquent pas non plus.
Un roman picaresque et plein de rebondissements, qui témoigne d’une grande admiration pour l’Abyssinie, actuelle Erythrée, et pose un regard sévère sur les manigances politiciennes et/ou religieuses. Un bon divertissement, auquel il a donné une suite « Sauver Ispahan ».

Rufin dira lui-même en interview : «La secrétaire qui tapait mes textes s'endormait toujours un peu sur ce que j'écrivais. Avec L'Abyssin, j'ai constaté qu'elle se réveillait!» (L’Express, 01/02/2004)

Quelques citations supplémentaires, pour le plaisir :

p. 143 « Pour tous les peuples du Nil, les Abyssins étaient les « maître des eaux », ceux qui, en disposant des sources du fleuve, pouvaient à leur gré en dévier ou en assécher le cours. Nul n’aurait pris le risque de provoquer le roi du pays des sources. »

p. 178 « Maître Juremi, qui se tenait à l’écart, assis sur un gros rocher, secouait la tête, remuait les lèvres et regardait de temps en temps vers le ciel avec un regard sévère. Poncet connaissait bien son ami et savait que c’était là sa manière de prier. Il était sans cesse sous le regard de Dieu. La prière n’était que le moment où Dieu et lui avaient quelque chose de particulier à se dire. Maître Juremi n’y allait pas par quatre chemins : il estimait que le Créateur a autant de devoirs que sa créature que l’inverse et même peut-être plus, puisque, comme il le disait « après tout, c’est lui qui a commencé ».

P. 230, sur l’art poétique abyssin « dont la beauté des vers résidait dans le contraste de la cire et de l’or… les phrases poétiques, sous l’apparence trompeuse et terne de leur premier sens (la cire), sont susceptibles, par un subtil jeu sur les mots, d’en révéler un autre, plein de profondeur, de brillant et de sagesse (l’or) ».

Aline

Les commentaires sont fermés.