Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2015

Le totem du loup

auteurs chinoisLe totem du loup

Jiang Rong

Bourin éd, 2008 (paru en Chine en 2004)

Un étudiant chinois, Chen Zhen, est envoyé chez les peuples nomades de Mongolie en 1967 alors que c’est encore la révolution culturelle en Chine. La vie est rude dans la steppe et les nomades et les loups se partagent les territoires en bonne entente : parfois les loups attaquent les troupeaux de moutons mais ils déciment aussi les troupeaux de gazelles qui détruisent les pâturages.

On oppose la liberté et la créativité de l’esprit des loups (les mongols) à la passivité et la peur de celui des moutons (les Hans… les Chinois). Les mongols ont fait du loup leur totem alors que les Han ont une peur viscérale du loup. Les Mongols donnent leurs morts en pâture aux loups qui les emmènent vers Tengger le ciel éternel.

Chen Zen, le jeune instruit, ira même jusqu’à capturer un louveteau pour essayer de mieux le comprendre.

Mais l’équilibre est menacé : pour vaincre la famine, l’état demande de produire plus de viande donc d’avoir plus de troupeaux qui vont épuiser la steppe. Il faut aussi exterminer les loups qui sont un danger pour les troupeaux et ils ne joueront plus leurs rôles de régulateur : les gazelles, les rats et les marmottes pulluleront. Les mongols ne se déplaceront plus à cheval mais à moto car il n’y aura plus assez de pâturages.

Ce livre est une fable écologique bien d’actualité. Le Progrès peut causer la perte de l’humanité en détruisant les richesses naturelles. Même s’il n’y a pas vraiment d’intrigue et malgré des redites et des scènes très violentes, ce livre est très intéressant.

Le totem du loup est un récit partiellement autobiographique écrit par Lü Jiamin sous le pseudonyme de Jiang Rong en 2004. L’auteur a vécu pendant 10 ans en Mongolie. En 2007, le livre a reçu le prix Man de littérature asiatique mais l’auteur n’a pas eu l’autorisation d’aller chercher son prix à Hong Kong. Jean Jacques Annaud en a tiré le film « le dernier loup ».

Bibliothèque LATULU, Chassagny

Les commentaires sont fermés.