Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2016

L'école des vers à soie

auteurs chinoisL'école des vers à soie

HUANG Beijia

Picquier jeunesse, 2000

Traduit du chinois Wo yao zuo ge hao hai zi par Patricia Batto et Gao Tian Hua

Roman à destination de la jeunesse il conviendra aussi aux adultes. L’histoire est linéaire et l’on suit la progression des personnages, néanmoins chaque chapitre peut être lu comme une petite histoire dans la grande.

Ling Jin est une petite fille rondelette et très moyenne en classe au grand désarroi de ses parents (surtout de sa mère). En Chine la loi est dure : il faut être bon en mathématiques pour réussir dans la vie. Malheureusement Ling Jin atteint juste la moyenne. Pourtant son esprit est vif et ses interrogations perpétuelles et insolites font ressortir les contradictions du monde adulte dans une société très hiérarchisée. Huang Beijia nous donne aussi ici une vision du système éducatif chinois qui pousse les enfants à la compétition et à avoir de très bon résultats en travaillant dur pour pouvoir choisir la « bonne école ». La maman de Ling Jin, dans cette veine, cherchera à trouver toute les solutions pour améliorer les résultats scolaires de sa fille jusqu’à aller lui faire faire un régime car la graisse « confit le cerveau et empêche les neurones de bien fonctionner ». Elle subit une pression permanente de sa mère, jusqu’à créer un véritable conflit de génération. Heureusement, elle pourra s’échapper et trouver son bol d’air en s’occupant d’une colonie de vers à soie.

Céline

Les commentaires sont fermés.