Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2016

Valérie Zenatti

Israël

Valérie Zenatti est née à Nice en 1970. En 1983 elle part vivre avec sa famille en Israël. De retour en France en 1990, elle continue des études d’histoire et d’hébreu, puis exerce différentes activités, dont le journalisme et l'enseignement. Elle publie des romans pour la jeunesse dans les collections Mouche et Medium de l'École des loisirs, et plusieurs titres aux éditions de l’Olivier. Nous remarquons que l’œuvre de Valérie Zenatti est largement inspirée de sa vie, voire autobiographique.

C’est également elle qui a réalisé l’excellente traduction en français de l’œuvre d'Aharon Appelfeld.

 

IsraëlLe blues de Kippour (éd. Naïve, 2010)

Tout petit format pour cet essai, où l’auteur s’interroge sur le sentiment singulier que la fête de Yom Kippour (fête du pardon et de la réconciliation) éveille chaque année en elle. Elle la célèbre par tradition et culture familiale, mais en même temps c’est une fête qui l’exaspère. Evoquant ses souvenirs d’enfance, dans une famille pratiquante, elle questionne la valeur du rituel, et la difficulté de l’abandonner.

 

IsraëlUne bouteille dans la mer de Gaza (Ecole des Loisirs, 2005)

Tal, juive née en France et arrivée à Jérusalem à l’adolescence, ne s’habitue pas à l’horreur et aux attentats. Elle lance une bouteille à la mer de Gaza, lettre à un Palestinien imaginaire où elle exprime ses interrogations et son refus d’admettre que seule la haine peut régner entre les deux peuples. Une correspondance par mail débute entre elle et « Gazaman ». Le jeune Palestinien, d’abord agressif, passe sa colère et ses frustrations sur elle, et ils échangent sans concessions, mais c’est le début d’une rencontre « vraie » de l’autre, différent et semblable.

L’adaptation en film « Une bouteille à la mer » diffère légèrement, mais elle a aussi été écrite par Valérie Zenatti et présente les mêmes qualités humaines. Très bon jeu des jeunes acteurs !

Sur le même thème, Maryvonne conseille la lecture de Partages, de Gwenaëlle Aubry, splendide roman à deux voix.

 

IsraëlQuand j’étais soldate (Ecole des Loisirs, 2002)

Sous forme de roman pour grands ados ou adultes, Valérie Zenatti raconte ses deux années de service militaire. Car avoir 18 ans en Israël, c’est devoir deux années de sa vie à la défense du pays, quitter ses amis, porter un matricule, obéir aux consignes, apprendre le maniement des armes… et dans son cas se consacrer au renseignement. Des retours en arrière sur sa jeunesse mettent en évidence l’effort d’adaptation au pays lorsqu’elle est arrivée de France à 13 ans, et quelques différences fondamentales avec la France : amis juifs d’origines très variées (Russie), épreuves d’histoire de l’holocauste et de religion au baccalauréat,… tout en évoquant avec justesse des sentiments universels d’amitié et d’amour.

 

israëlEn retard pour la guerre (Ed. de L'Olivier, 2006)

Israël, janvier 1991. Constance Kahn, une jeune Française, vit à Jérusalem pour rédiger son mémoire sur Flavius Josèphe (seul historien "d'époque" ayant laissé des traces écrites, sur l'histoire des juifs de -200 à +70, et le siège de Massada). La guerre du Golfe est imminente, et une attaque de l'Irak à l'arme chimique est redoutée. Tandis que tous essaient de se protéger, en achetant des masques à gaz et en aménageant une chambre stérile dans chaque logement, la narratrice est en retard dans ses préparatifs. Du plastique et des serviettes mouillées contre l'arme chimique ?

 

IsraëlMensonges (Ed. de L’Olivier, 2011)

Valérie Zenatti rédige de belles pages évocatrices sur quelques expériences marquantes de sa vie, et de celle de « l’homme qui l’impressionne le plus au monde », l’écrivain Aharon Appelfeld.

Nous recommandons chaudement la lecture de l’œuvre de Aharon Appelfeld (entre autres, La chambre de Marianne) !

 

Voir aussi les critiques rédigées pour Jacob, Jacob (Ed. de l’Olivier, 2014) et Les âmes sœurs (Ed. de l’Olivier, 2010).

Les commentaires sont fermés.