Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2016

L'odeur de la forêt

romanL'Odeur de la forêt

Hélène Gestern

Arléa, 2016

Ce roman captivant traverse le siècle et notamment les deux conflits mondiaux à travers le destin de deux familles.

Elisabeth Bathori est historienne de la photographie. A la suite d'un deuil, elle sombre dans la dépression jusqu'au jour où elle elle est appelée par une vieille dame qui veut faire don des lettres de son oncle Alban de Willecot écrites du front pendant la première guerre mondiale et de photos de guerre.

Elle découvre que le correspondant d'Alban était l'un des plus grands poètes du siècle, Anatole Massis mais ses réponses ont disparu. Aiguillonnée par l'espoir de les retrouver, Élisabeth se lance dans des recherches ; elle se prend peu à peu d'affection pour Alban, que la guerre a arraché à ses études d'astronomie et qui vit, jour après jour, la violence des combats. Elle scrute chacune des photographies qu'il a prises au front, devinant que derrière ces visages souriants et ces régiments bien alignés (censure oblige) se cache une autre tragédie terrible et poignante.

Dans le souci de mieux comprendre, elle déchiffre le journal codé de Diane dont Alban était très amoureux. Cette quête l'entraîne dans d'autres recherches liées au nazisme et à l’occupation allemande en France. En parallèle elle parvient à surmonter son épreuve et à se reconstruire peu à peu.

Hélène Gestern nous entraîne dans une récit, dense, plein de rebondissements, et émouvant. Le texte est multiple par ce qu'il donne à voir, l'horreur physique et psychologique de la guerre des tranchées, la période trouble et héroïque de l'occupation, le présent de la narratrice et aussi par les formes d'écriture choisies, journal, correspondance, narration directe.

L'Odeur de la forêt est une traversée de la perte, à la recherche des histoires de disparus, avalés par les guerre, le temps et le silence. Mais ce roman célèbre aussi et surtout la force de l'amour et de la mémoire.

Je l'ai beaucoup aimé et je vous invite à partager le plaisir que j'ai eu à le lire.

Annie

16:20 Publié dans coups de coeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman

Les commentaires sont fermés.