Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2017

Va jouer avec le petit garçon

album jeunesse

Va jouer avec le petit garçon !

Clémentine Beauvais (texte), Maisie Paradise Shearring (ill.)

SarBacane, 2016

 

À partir d’une situation criante de vérité, Clémentine Beauvais lâche la bride à son imagination : au parc, l’enfant, qui s’amuse tranquillement dans son coin, reçoit de sa maman l’injonction d’aller jouer avec un petit garçon solitaire, un peu plus loin. L’auteur se place au niveau de l’enfant :

« Je déteste, DÉTESTE dire bonjour à des petits garçons à la pelle. Moi je fais pas ça avec elle : « Va jouer avec la dame, là-bas ! Elle s’ennuie avec ses pigeons ! En plus, elle a l’air très sympa ! »…

Et là, on part dans l’imagination enfantine, les « et si » et les « on dirait que… » de la plus belle espèce : « Et si jamais le petit garçon… c’était pas un petit garçon ? Si jamais c’était un monstre déguisé dans une peau de petit garçon volée ?... Et s’il m’emmenait dans un trou dans le sable, et que dans le trou il y avait d’autres prisonniers… ».

Le lecteur retrouve tous les enfants du parc dans des péripéties incroyables, illustrées minutieusement par Maisie Paradise Shearring : palais souterrain de monstre dangereux, taupes domestiques, code secret, évasions, panthère noire,… Jusqu’à un final qui replace ces aventures dans leur contexte fictif, puisque chacun est resté à ses jeux inoffensifs dans le parc… tout en gardant l’œil sur son entourage et en faisant marcher son imagination.

L’univers enfantin est particulièrement bien rendu… dans un bel exercice de conditionnel ! Ce cri du cœur de l’auteur, basé sur son vécu enfantin, est à la fois un régal de lecture pour les enfants (à partir de 7 ans, ils commencent à en apprécier les deux niveaux de lecture) et un bon support de réflexion pour tout parent ou éducateur.

Clémentine et Maisie présentent "Va jouer avec le petit garçon".

Aline

Les commentaires sont fermés.