Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2017

Les coups de coeur de janvier, par les lecteurs du Bouillon

Un fauteuil sur la Seine.jpegUn fauteuil sur la Seine

Amin MAALOUF

L’auteur se penche sur les occupants qui l’ont précédé au fauteuil 29 de l’Académie des lettres. Il traverse 4 siècles d’histoire de France en 18 personnages. Chaque académicien étant révélateur d’un moment de l’histoire, depuis la création de l’Académie en 1634 par Richelieu. D’illustres noms sont évoqués dans des récits vivants et courts, très instructifs et pleins d’anecdotes.

 

Pardon, Clara.jpegPardon Clara

Didier CORNAILLE

Clara, petite fille juive, a été adoptée par des paysans du Morvan pendant la guerre. Des années plus tard, elle est toujours « la juive » pour les habitants du village. Ce roman met en avant un conservatisme en milieu rural, et plus largement comment nous sommes tous l’étranger de l’autre.

 

Joanne Lebster.gifJoanne Lebster, le début d’un nouveau monde

Marc Chinal, Mathieu Bertrand

Bande dessinée utopiste. En proposant une alternative à la société de consommation et au système économique mené par l’argent, des idéalistes parviennent à réinventer le monde. Un monde dans lequel on a envie d’exister.

 

L'affaire Arnolfini.jpegL’affaire Arnolfini

Jean-Philippe Postel

Etude autour du tableau de Van Eyck appelé « Les époux Arnolfini ». L’auteur –médecin- après l’avoir étudié à la loupe, s’est intéressé à chaque détail du tableau en le rapportant à la mentalité de l’époque. Il propose ici une nouvelle théorie, très bien documentée, sur ce tableau qui a fait couler beaucoup d’encre. Se lit très bien.

 

Les corps fragiles.jpgLes corps fragiles

Isabelle Kauffmann

Médecin, Isabelle Kauffmann a rencontré l’une des premières infirmières libérales (dans les années 1950), passionnée par son métier. A la première personne, elle fait ici un récit fluide et simple de la vie de cette infirmière : d’un milieu rural, puis orpheline, elle a quand même réussi à faire ses études d’infirmière. Récit non chronologique, traité par thèmes à partir des parties du corps humain.

 

Nymphéas noirs.jpgNymphéas noirs

Michel BUSSI

Grand gagnant du prix des lecteurs Messimy-Soucieu-Thurins en 2012, ce roman policier à la construction singulière séduit aussi pour la promenade qu’il offre à Giverny.

 

Le testament d'Olympe.gifLe testament d’Olympe

Chantal THOMAS

Roman historique qui, au travers de la vie de deux soeurs de la petite aristocratie bordelaise, s’attache à dépeindre la destinée des femmes sous Louis XVI. Roman très apprécié, mais plusieurs d’entre nous ont préféré L’Adieu à la reine et L’Echange des princesses.

 

Paloma et le vaste monde.gifVéronique OVALDE

Soyez imprudents les enfants

(cf critique).

Paloma et le vaste monde

Album jeunesse écrit par Véronique Ovaldé et magnifiquement illustré par Jeanne Detallante sur une thématique proche : Paloma rêve d’ailleurs en regardant les boules à neige du monde entier, mais n’ose quitter son cercle familial un peu étouffant, quoique affectueux. On la voit prendre son envol, encouragée par sa mère.

 

Ma part de Gaulois.gifMa part de Gaulois

Magyd CHERFI (du groupe Zebda)

L’auteur, français aux racines algériennes, a grandi dans la banlieue toulousaine. Mal vu parce qu’il voulait apprendre et étudier, il a peiné à trouver son identité. Il écrit :

« Au lieu de la grande révolution des quartiers ou du grand chambardement prolétarien, à défaut d’être le porte-parole des jeunes issus de l’immigration ou l’héritier métis d’un peuple des « Lumières », je suis devenu « moi ». »

 

Aux petits mots.jpegAux petits mots les grands remèdes

Michaël URAS

Alex, bibliothérapeute, prescrit des livres en fonction de ce dont souffrent ses visiteurs. L’intrigue manque un peu de rythme, mais le livre est riche de références littéraires, et les situations pathétiques sont décrites avec humour. Soigner au moyen des livres, en les adaptant aux besoins et à  l’humeur du moment, c’est un peu ce que nous faisons en bibliothèque, ou aimerions faire…

 

La différence invisible.jpegLa différence invisible

Julie DACHEZ, ill. Mademoiselle Caroline

Bande dessinée témoignage sur le syndrome d’Asperger. Marguerite traverse la vie en se heurtant à de multiples difficultés : le bruit la dérange, elle a besoin de respecter une routine rassurante, peine à supporter la compagnie et les sorties… Aucun professionnel consulté ne l’écoute vraiment, jusqu’au jour où un diagnostic est enfin posé, lui permettant de mieux comprendre et s’adapter.

Récit touchant, en mots simples et images efficaces. Une BD qui a du sens.

Sur le syndrome d’Asperger, lire aussi « De l’amour en Autistan » par Josef SCHOVANEC,  et « Marcher droit, tourner en rond » par Emmanuel VENET.

 

Songe à la douceur.gifSonge à la douceur

Clémentine BEAUVAIS

Clémentine Beauvais a beaucoup de cordes à son arc. En anglais ou en français, elle s’essaie à la littérature pour tous âges. Son dernier album jeunesse « Va jouer avec le petit garçon » est un régal de lecture (et une petite leçon pour les parents !). Songe à la douceur est une « reprise » inspirée d’Eugène Onéguine de Pouchkine, une histoire d’amour à contretemps, transposée –en vers- à notre époque !

 

L'odeur de la forêt.gifL’odeur de la forêt

Hélène GESTERN

(cf critique). Le plus récent…  et peut-être le meilleur roman de l’auteur de Eux sur la photo, La part du feu et Portrait d’après blessure. Il fait l’unanimité parmi nous !

 

Petit pays.jpegPetit pays

Gaël FAYE

Le narrateur, Gabriel, est le fils d'un Français et d'une Rwandaise exilée. Il nous fait partager les jours heureux de son enfance idyllique au Burundi... jusqu'au moment où il lui faut tirer un trait sur son enfance et perdre son innocence. Le désamour de ses parents fait écho à la sournoise montée de la violence dans le pays, qui dresse ses amis les uns contre les autres, voit monter la peur, et culmine avec les massacres au Rwanda voisin.

 

Coquelicots d'Irak.gifCoquelicots d’Irak

Brigitte FINDAKLY, Lewis TRONDHEIM

Dans cette bande dessinée biographique, Lewis TRONDHEIM illustre le récit de sa femme, qui est aussi coloriste.  Pour son père, qui perd actuellement la mémoire, elle raconte son enfance, l’histoire de sa famille et celle de l’Irak, de 1959 à nos jours.

« Tous les vendredis, on partait en pique-nique autour de Mossoul… »

Les aller-retours entre les époques sont parfois difficiles à suivre, mais la bande dessinée est très intéressante.

Les commentaires sont fermés.