Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2017

Sothik

biographie, CambodgeSothik

Sothik HOK, Marie DESPLECHIN, illustrations de TIAN

Ecole des Loisirs, 2016, 95 p., 13€

Au fil des souvenirs de Sothik Hok, cette biographie écrite par Marie Desplechin pour les enfants est un « livre d’histoire et de mémoire » sur la période où les Khmers rouges ont pris le pouvoir  au Cambodge.

Sothik est né en 1967, près de Kompong Cham, au bord du Mékong. Entre 1969 et 1973, de fréquents bombardements  américains ont secoué la région, puis des batailles sur le Mékong… suivis par l’arrivée des Khmers rouges, « l’armée de la forêt ».

« Au village, personne ne croit plus que le gouvernement pourra rétablir la paix. Déçus et découragés, les gens font confiance aux Khmers rouges pour arrêter les bombardements. » Aussi, lorsqu’ils « promettent qu’ils vont en finir avec l’injustice et créer une société de l’égalité parfaite, sans argent ni propriété, où plus rien ne distinguera les citoyens entre eux », les villageois sont prêts à les soutenir.

Du jour au lendemain, tout change. La famille de Sothik, plutôt aisée et éduquée, doit quitter sa maison ; ses parents s’adaptent, et se mettent à la pêche et aux travaux des champs. L’argent est aboli, les livres sont détruits. Enfin la cellule familiale disparait : les enfants sont retirés à leurs parents pour être endoctrinés, et doivent travailler. Sothik fait partie des brigades qui chassent les rats dans les rizières.

« Ma famille, maintenant, c’est l’Angkar, l’organisation qui dirige le pays, nos vies et nos esprits. L’Angkar a tout pouvoir sur nos vies… »

biographie,cambodge

Les conditions de vie empirent, la terreur et la famine s’installent.  « Même à demi mort de faim, il est strictement interdit de trouver à manger tout seul. Ramasser un légume, un fruit, un escargot, un insecte est sévèrement puni. Celui qui se nourrit sans avoir reçu son repas de l’Angkar est un individualiste qui ne pense qu’à lui. Il refuse le repas pris en commune. Il trahit l’Angkar qui, comme chacun sait donne à chacun ce qu’il lui faut. »

Ce récit de vie, chronologique, va jusqu’à l’invasion vietnamienne du Cambodge, et à la vie après le parti communiste du Kampuchea. Ecrit au présent dans un langage fluide et clair, assez factuel, ce qui le rend très accessible et pédagogique, il s’adresse à tous, à partir de 12 ans.

Aline

Les commentaires sont fermés.