Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2017

Exil (1)

Le bouillon de lecture de février nous a réunis autour du thème de l'exil. Sujet plombant s'il en est, mais aussi occasion de belles lectures.

immigration

 

Les échoués

Pascal MANOUKIAN

Don Quichotte, 2015

1992, banlieue parisienne. Trois hommes, trois migrants arrivés en France vivants, mais sans papiers, dont on découvre peu à peu les origines et les épreuves. Il y a Virgil, massif et travailleur, parti de Moldavie sous un faux plancher de camion pour sauver femme et enfants de la misère ;  Assan, Somalien ayant traversé déserts et mers pour fuir les carnages et les pillages de Mogadiscio et protéger sa dernière fille survivante du pire ; et Chanchal, chargé de gagner la vie de la famille restée au Bengladesh.

Chanchal, « Sans repos », « Que ce nom te donne la force quand il te faudra partir, car c’est toi qui as été désigné pour l’exil et nous comptons tous sur ton courage pour survivre… Depuis son arrivée en France, personne ne l’appelait plus jamais par son prénom. C’est ça aussi l’exil, quelques lettres choisies pour vous accompagner tout au long d’une vie, et qui brusquement s’effacent jusqu’à ne plus exister pour personne. Plus rien. Le silence. Un sevrage brutal. »

Chacun d’entre eux est parti pour ses proches, avec abnégation. Il ne s’agit pas d’un choix personnel, et comme ils le disent en avertissant d’un probable afflux de migrants « Ce qu’il y a de pire chez vous est encore mieux que ce qu’il y a de meilleur chez nous. »

Et c’est pourtant le pire qu’il nous semble lire dans le quotidien de ces trois hommes, la façon dont ils doivent se cacher, disputer des restes aux chiens, accepter les pires travaux dangereux, et accepter les humiliations. Ce qui sauve ce récit d’une noirceur totale, c’est l’entraide entre eux : Virgil est une très belle figure tutélaire, malgré l’égoïsme que pourrait lui dicter son sens de la survie. Ils rencontrent aussi une famille française pour qui leur venir en aide semble une évidence !

Poignant. La quatrième de couverture et les premières lignes donnent le ton !

Aline

Les commentaires sont fermés.