Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2018

Atelier avec l'illustrateur Bruno Liance

Illustrateur humaniste et engagé, Bruno Liance est venu à la rencontre des jeunes lecteurs de Soucieu. Son livre Nina, sélectionné pour le prix des Incorruptibles 2018, a servi de matière première pour animer un magnifique atelier noir et blanc et aborder les notions de différence et de tolérance, chères à son œuvre.

rencontre d'auteur, illustration

Les enfants ont eu pour mission de faire disparaître la frontière existante entre la feuille noire et la feuille blanche confiée par Bruno. A grands renforts de papiers déchirés, de découpages et de collages, de très belles réalisations graphiques ont vu le jour !

rencontre d'auteur, illustration

Dans une seconde partie de l’atelier, nos illustrateurs en herbe ont introduit la couleur pour créer des animaux fantastiques. Quand le taureau se prend pour un éléphant ou quand le chat se prend pour un koala… tout peut arriver !

rencontre d'auteur,illustration

29/04/2018

Rencontre avec l'illustrateur Bruno Liance

Dans le cadre du prix des Incorruptibles, deux classes ont pu rencontrer l'illustrateur Bruno Liance, pour une discussion nourrie autour de son métier et de ses valeurs. Les questions ont fusé.

2018 Bruno Liance et les CM1.jpg

Comment est-il devenu illustrateur ? Il dessine depuis toujours. A 2 ans, il a abîmé son livre préféré en voulant en décalquer les dinosaures... Dès lors, il s'est mis à apprendre tout seul le dessin, en recopiant, puis en imaginant les illustrations. Il a aussi fait l'école des Arts décos à Paris.  "J'étais fait pour ce métier, je l'ai fait pour être vraiment moi-même".

En 20 ans, il a illustré beaucoup de livres pour gagner sa vie, tout en donnant des cours de dessin. Mais il n'y en a que 2 dont il est vraiment fier :

la petite fille qui avait perdu sa langue.gif

Nina.gif

Grâce à Nina, et au très beau texte d'Alice Brière-Haquet, qui l'a beaucoup ému et inspiré, il a pu avoir du succès avec ce qu'il aime vraiment : ses illustrations en noir et blanc, réalisées avec soin à la "pierre noire" (fusain comprimé monté en crayon). A raison de 2 jours à 2 semaines par dessin, il a mis 6 mois à réaliser toutes les illustrations du livre, en les "dessinant comme des caresses".

Passionné de musique, il n'a pas pu rencontrer Nina Simone, mais sa fille Lisa -elle aussi chanteuse- qui est venue plusieurs fois à "Jazz à Vienne". Après la voix inoubliable de Nina Simone, pleine de sanglots, Lisa, "c'est un soleil, qui fait danser des familles entières".

Ses projets ? Passionné de musique, il travaille en ce moment sur un documentaire sur la vie de Thelonious Monk, toujours en noir et blanc. Après la voix inoubliable de Nina Simone, c'est ce grand pianiste qui l'inspire.

Les élèves ont, eux aussi, illustré Nina avec talent, en s'inspirant du travail de Bruno Liance.

rencontre d'auteur,illustration

Ses messages pour les enfants ? Les enfants sont tous des génies par leur curiosité et leur envie d'apprendre. Si vous avez envie de faire quelque chose, vous pouvez travailler pour y arriver, même s'il ne s'agit pas de matières "scolaires". Soyez vous-mêmes, cherchez ce pour quoi vous êtes fait, et réalisez-vous sans vous laisser influencer par les écrans...

Et n'oubliez pas :

"Le dictionnaire, un ami qui vous veut du bien !".

   rencontre d'auteur,illustrationrencontre d'auteur,illustration rencontre d'auteur,illustration

20/04/2018

Rencontre avec le romancier Jean-Baptiste AUBERT

prix des lecteurs, rencontre d'auteur

Ce délicat et très émouvant premier roman, paru chez Christophe Lucquin en février 2017 est une petite merveille, qui sait conduire le lecteur jusqu'à l'espoir et à la reconstruction de soi... à hauteur d'enfant.

Que vous participiez ou non au prix M.O.T.S. des lecteurs des 4 villages, nous vous attendons à Messimy. La rencontre sera animée par la librairie Ouvrir l'Oeil, et se prolongera par un goûter.

Entrée libre et gratuite.

15/04/2018

La louve

premier roman, monde agricole,

 

La Louve

Paul-Henry BIZON

Gallimard (Blanche), 2017, 256 p., 20€

Dans ce premier roman, Paul-Henry Bizon aborde un sujet d’une actualité brûlante : le monde agricole et ses violentes mutations.

A la suite d’un drame familial, Camille retrouve goût à la vie grâce à l’amour de sa femme Victoire et à la rencontre d’Anne-Marie, une pionnière qui l’initie à la permaculture. Il rompt les liens avec sa famille et notamment avec son frère Romain à qui il reproche de pratiquer une agriculture basée sur le productivisme, et destructrice de la terre.

Cet idéaliste rêve de changer le monde ; il crée La Louve un groupement de producteurs passionnés et convaincus du bien-fondé de leur démarche mais fragile. Il est impératif pour eux de se développer pour être viable. Pour cela il faut investir et les banques refusent de prêter…

C’est alors qu’arrive Raoul Sarkis, un escroc qui a vu tout le potentiel qu’il pourrait tirer de ce renouveau dans l’agriculture et du goût des consommateurs pour cette nouvelle tendance bio. Bluffeur au verbe facile, sûr de lui, menteur sans scrupule, il réussit à convaincre financiers et investisseurs de lui prêter de l’argent pour monter un projet gigantesque à deux pas du Louvre, une sorte de cité du bien manger, mêlant restaurants (bio), commerces, culture et art pour attirer une clientèle désireuse d’être toujours au top de la mode. Cet imposteur est prêt à toutes les arnaques pour s’enrichir aux dépens de gens trop crédules.

Camille fonce tête baissée dans cet Eldorado malgré les conseils de prudence de Victoire et d’Anne-Marie. L’auteur nous plonge alors dans les méandres des combinaisons financières frauduleuses (il a été lui-même associé à un projet similaire, celui de la Jeune Rue et a été victime, avec d’autres, de Cédric Naudon initiateur de ce concept), ainsi que dans le monde de l’argent facile, de la drogue et du sexe.

L'intrigue sert de prétexte pour illustrer les forces qui s'agitent autour de l'agriculture biologique et de la quête de bons produits. Paul-Henry Bizon s'y révèle un bon connaisseur du monde agricole et un fin observateur des mœurs parisiennes.

Ce récit est aussi celui d’un amour plus fort que tout, celui de Victoire pour Camille. Un amour qui sauve de tout.

Un bon roman qui se lit d’une traite.

Annie

06/04/2018

Rencontre avec Bruno Liance

rencontre d'auteur, illustration, atelier créatif

En matinée, Bruno Liance rencontrera les classes de CM1

l'après-midi, venez tous à sa rencontre.

Pirate des caramels, site de l'auteur

Son album Nina est sélectionné pour les CE2-CM1 au prix des incorruptibles.

03/04/2018

Les délices de Tokyo

roman étranger, feel good, comité de lectureLes délices de Tokyo

Durian SUKEGAWA

Albin Michel, 2016 / A Vue d’œil 2016

Traduit du japonais An par Myriam Dartois-Ako

 

Sentrô Tsujii travaille depuis quatre ans sans prendre le moindre jour de congé, pour rembourser ses dettes à celui qui lui a donné sa chance à sa sortie de prison. A Tokyo, dans la rue commerçante des Cerisiers, il passe toutes ses journées debout derrière les plaques chauffantes de son échoppe, et confectionne les dorayaki efficacement mais sans passion.

C’est alors que survient madame Tokue Yoshii, qui lui fait découvrir des saveurs inattendues avec sa pâte « an », la pâte de haricots confits dont on farcit les crêpes dorayaki. A 76 ans bien comptés, elle souhaite ardemment travailler avec lui dans l’échoppe, et remet totalement en question sa façon de travailler. Les descriptions sont si précises qu'on croirait la voir choisir avec soin les haricots azuki et "écouter leur voix" à la cuisson !

Elle transmet à Sentro son plaisir de bien cuisiner, redonnant un sens à son travail quotidien. A son tour, il s’attache à la confection de bonnes pâtisseries, et imagine même d’innover.

Si le roman s’arrêtait là, ce serait déjà un grand plaisir de lecture, une histoire positive de transmission entre générations et d’amour du travail bien fait. Deux sujets qui me tiennent à cœur. Mais le récit acquiert une profondeur supplémentaire avec le secret des doigts tordus de la vieille dame, en lien avec sa vie dans le quartier clos de Tenshoen. Et là, c’est à une page tragique de l’histoire du Japon que l’on s’intéresse, avec compassion. Je ne vous en dirai pas plus, à vous de lire ce roman pour découvrir peu à peu la vie de ces héros du quotidien.

Un roman touchant, qui a donné lieu à un beau film éponyme en 2015.

Aline