Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2020

Du nouveau au rayon BD

Une belle variété de bandes dessinées en un seul tome vient d’arriver en rayon !

 

bande dessinéeAldobrando

Luigi Critone (Scénariste) et Gipi (Dessinateur)

Casterman, 2020, 208 p., 23€

Sachant sa fin proche, le père d’Aldobrando l’a confié à un mage, chargé de son éducation. Blessé à l’œil, le sorcier l’envoie quérir d’urgence une plante miraculeuse, mais le jeune orphelin naïf n’a pas plutôt mis le pied dehors que les ennuis lui tombent dessus !

Aventure et humour sont au rendez-vous pour ce récit d’initiation touchant, aux côtés de bandits, tueurs, nobles, princesses et servantes… chacun des personnages n’étant pas toujours ce qu’il parait. Très belle ambiance graphique pour cette histoire en un (gros) tome.

 

bande dessinéeLe jardin de Rose

Hervé Duphot

Delcourt (Mirages), 2020, 112 p., 17€50

Françoise vit en appartement de la banlieue parisienne et pointe à pôle emploi sans grand espoir.  Pour rendre service à sa voisine Rose, plâtrée, elle accepte de s'occuper provisoirement du jardin familial que celle-ci vient d'obtenir après des années d'attente. Les débuts sont difficiles, mais celle que tous les jardiniers prennent pour Rose se prend au jeu… Une bande dessinée délicate, sur un moment charnière dans la vie d’une femme, et le réapprentissage du bonheur.

 

bande dessinéeAvec ou sans moustache

Nicolas Courty (Scénariste), Efix (Dessinateur)

Bamboo (Grand Angle), 2020, 104 p., 18€90

Rochielle a eu du succès autrefois, avec la bande des Copains d’alors. Mais son mauvais caractère l’a fâché avec tous ses partenaires de l’époque, et il vit seul. Lorsqu’un producteur a l’idée de reformer l’équipe pour un nouveau projet, Rochielle refuse. Mais la tentation des caméras est trop forte, il se rase la moustache, et c’est en tant que sosie… de lui-même qu’il se fait embaucher ! Le lecteur se régale de cette aventure burlesque, où des personnages vieillissants règlent leurs comptes avec leurs amis et avec la vie.

 

bande dessinéeLa force des femmes : rencontres africaines

Joël ALESSANDRA

Ed. Des Ronds dans l’eau, 2020, 120 p., 22€

Tout est dans le titre et le sous –titre : Joël Alessandra retrace son envie de partir en Afrique, ses voyages, et surtout, les rencontres qui l’ont marqué, à Djibouti, au Tchad, en Centrafrique, au Congo, tantôt sur l'Oubangui ou le lac Kivu. Des élèves de dessin, une belle employée du consulat du Soudan, une inconnue dans le désert, le Dr Mukwege, autant de personnages qui nous parlent de la condition des femmes en Afrique. Les illustrations en couleur,  à l’aquarelle, et les très beaux paysages, allègent ces témoignages engagés. Chaque chapitre, ou récit, est introduit par un texte littéraire ayant un lien avec l’Afrique (André Gide, David Diop, Charles Baudelaire, Tahar Djaout etc....).

 

bande dessinéePuisqu’il faut des hommes (Joseph)

Philippe PELAEZ, ill. Victor Lorenzo Pinel

Bamboo (Grand Angle), 2020, 64 p., 15€90

1961, Joseph rentre d'Algérie. Pour les habitants du village, il n'est qu'un lâche qui s’est engagé pour éviter les durs travaux de la ferme, abandonnant sa famille, tandis que son frère a payé son absence d’un grave accident et se retrouve cloué sur un fauteuil roulant. Tous sont persuadés qu’il n’était qu’un planqué, travaillant dans les bureaux de l’armée loin des zones de combat. Son retour au pays se passe d’autant plus mal que celle qu’il espérait retrouver, n’ayant jamais reçu ses lettres, doit se marier avec un autre. Pourtant, ses lettres où il donnait des nouvelles des autres garçons du village sont bien arrivées à destination, et ont aidé les familles à tenir. Quand le fils du cafetier revient à son tour, lui qui s'est battu en Algérie, il révèle une vérité bien différente de ce que les villageois ont imaginé. Joseph est un héros attachant (presque trop exemplaire), qui peine à se réadapter dans une ambiance de village parfois mesquine, et en tout cas décalée par rapport à la réalité du terrain pour ceux qui ont combattu en Algérie.

 

bande dessinéeDivine, Vie(s) de Sarah Bernhardt

Eddy SIMON, Marie AVRIL

Futuropolis, 2020, 176 p., 22€

1871, pendant la guerre contre la Prusse, Sarah transforme le théâtre de l'Odéon en hôpital, et soigne les blessés. Lorsque la vie reprend son cours,  elle veut jouer dans une pièce prestigieuse qui révélera son talent. C’est le rôle de la reine dans le Ruy Blas de Victor Hugo qui lui offrira son premier triomphe... Forte de la liberté qui lui apporte son succès sur les planches, la comédienne n'hésite pas à claquer les portes des théâtres prestigieux (l'Odéon), joue selon son envie des rôles féminins ou masculins. Muse d’Émile Zola, Edmond Rostand, Marcel Proust ou Sacha Guitry, elle s'embarque aussi à plusieurs reprises dans des tournées internationales. Elle est aussi reconnue pour ses prises de positions audacieuses qui en font une citoyenne de premier plan : Féministe avant l'heure, elle milite aussi contre la peine de mort, et soutient Zola dans l'affaire Dreyfus.

Biographie d’une femme atypique, cette bande dessinée est aussi un portrait de son époque foisonnante.

Aline

Écrire un commentaire