Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2020

Partir en livre : Bar à histoires

lecture à voix haute

Un petit déménagement : transats, tables et chaises de jardin, parasols et barnums, et voilà la terrasse de la bibliothèque transformée en guinguette à histoires...

Quelques boissons pour se rafraîchir... et c'est parti pour les lectures, à une ou plusieurs voix ! Merci à tous les serveurs, lecteurs et participants !

lecture à voix haute

Extraits de La tête en friche (Marie-Sabine Roger), Lettres de Virginia Woolf à ses amis, Quelque chose en lui de Bartleby (Philippe Delerm), Un hiver avec Baudelaire (Harold Cobert), Les tribulations d'un stylo plume (Gwladys Constant)...

lecture à voix haute

Les extraits tirés de la littérature jeunesse sont aussi très appréciés, même par les adultes (Petites Poches des éditions T. Magnier)

lecture à voix haute

Prestation théâtrale : la fameuse tirade du nez, de Cyrano de Bergerac (Edmond Rostand) !

lecture à voix haute

 Du côté des enfants, des contes en marionnettes à choisir par thème : poule, lapin, tortue ou grenouille.

lecture à voix haute

kamishibaï ou lecture d'albums : La bonne humeur de loup gris et Les deniers de compère Lapin ont eu du succès.

lecture à voix haute

Partir en Livre : manifestation nationale, avec le soutien du CNL

lecture à voix haute

lecture à voix haute

lecture à voix haute

lecture à voix haute

lecture à voix haute

13/07/2020

Désolations

roman étranger, amérique

 

Désolations

David VANN

Gallmeister (Totem), 2017

(traduit de l’américain par Laura Derajinski)

 

Comme dans Sukkwan Island, David Vann nous emmène dans des contrées glacées, voire désolées d’Alaska, dans une nature dure et sauvage où la solitude qui en émane est étrangement palpable.

Irène, mariée à Gary et mère de deux enfants maintenant adultes, Mark et Rhoda, aborde la cinquantaine dans un état de totale tension avec son mari. Après avoir vécu au bord du Skilak Lake, dans une maison isolée avec pour seul voisin leur fils Mark, Gary n’a de cesse de réaliser un rêve, construire lui-même une cabane sur Caribou Island, se couper du monde et des autres, projet rejetée par Irène mais qu’elle se sent obligée d’accepter car elle ne peut envisager une séparation.

Gary se lance dans cette construction sans aucune préparation, aucun plan, aucune notion technique, à un moment où s’annonce un hiver précoce et violent qui rendra l’îlot encore plus inaccessible. L’amertume, les reproches, la culpabilité, l’hostilité qu’ils manifestent l’un envers l’autre vont se cristalliser autour de cette décision.

Le premier transport de rondins en bateau que Gary ne veut pas reporter malgré une pluie battante et un vent glacial provoque chez Irène une douleur incessante et une terrible migraine qui ne la quittera pas. Irène porte en elle une souffrance refoulée, la vision de sa mère pendue dans l’entrée de sa maison alors qu’elle n’avait que 10 ans. Cette douleur non dite resurgit inconsciemment dans ce moment où les relations avec Gary se délitent et où elle comprend qu’il n’y a plus d’espoir.

Leurs enfants ne sont pas d’une grande aide. Mark, pêcheur saisonnier, grand fumeur de joints, se soucie peu d’eux. Rhoda, la trentaine cherche une échappatoire à sa vie morose en fantasmant sur son mariage avec Jim qui lui apporterait une vie aisée. Elle rêve d’une cérémonie merveilleuse loin d’Anchorage dans une île lointaine paradisiaque ; ce serait le début d’une nouvelle vie. Seulement Jim ne semble pas du tout pressé et le sera encore moins après sa rencontre avec Monique, une fille indépendante, libre et sans scrupules.

Sur le fil de la douleur intime, de l'auto apitoiement, et même de l'égoïsme, les personnages vivent à côté d'eux-mêmes.  Pas de bonheur pour les uns et les autres, pas ou peu d’amour, pas de moments de joie, mais de la solitude et de la souffrance en accord avec l’environnement froid, gris, parfois hostile. On assiste dans ce huis clos à la montée inexorable de la tragédie.

David Vann explore et ausculte avec brio les tréfonds du désespoir humain et excelle dans la description des tensions interpersonnelles sous-jacentes, du mal-être et de la désespérance. Il réussit admirablement à faire ressentir avec beaucoup d’intensité l’atmosphère pesante et la dérive progressive des sentiments. Un roman sombre et fort.

Annie P.

08/07/2020

Bar à histoires

Partir en Livre à Soucieu-en-Jarrest

partir en livre, lecture à voix haute,

06/07/2020

Le fantôme de la chocolaterie

roman jeunesse,

Le fantôme de la chocolaterie (Les mystères de Dundoodle, tome 1)

David O’CONNEL

Pocket jeunesse (PKJ), 2020, 196 p., 14€90

 

Archie vient d'hériter de son grand-oncle Archibald la célèbre usine de confiseries McBudge. À lui les chocolats, les bonbons et surtout les fameux caramels McBudge, les plus mous, les plus fondants, les plus sucrés, les plus… caramélisés qui soient. Les meilleurs du monde, quoi ! Malheureusement, personne ne connaît l’ingrédient mystère qui les rend si spéciaux. La maman d’Archie plonge à la recherche du secret de cet ingrédient, tandis qu’Archie se lance dans une étrange chasse au trésor dans le manoir Honeystone et la chocolaterie.

Avec ses nouveaux amis, Fliss -bricoleuse en chef- et Billie -expert en bizzarerie et magie-, Archie doit résoudre des énigmes d’un jeu de piste étrange, à la poursuite d’une lettre volante. Mais une menace rôde, un Mobgobelin les épie dans l'ombre, et les accidents se multiplient…

Ce roman d’aventures pétillant, sous forme de chasse au trésor, est facile à lire et contient ce qu’il faut de suspense et de magie pour tenir en haleine sans être trop effrayant pour les plus jeunes, à partir de 9 ans. Tome 2 à paraître en 2021.

Aline