Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2021

Les évasions particulières

roman,famille

 

Les évasions particulières

Véronique OLMI

Albin Michel, 2020, 502 p., 21€90

travers l’histoire de la famille Malivieri, Véronique Olmi livre une véritable chronique sociale post mai 68 dans une France qui doit réussir à composer entre anciennes conventions et nouvelles révolutions : celles des idées, de l’indépendance et de la liberté. Les profondes mutations sociales font voler en éclat des principes fortement ancrés et -si elles font souffler un vent de liberté- elles provoquent aussi, pour une partie de la population, incompréhension et désarroi.

Agnès n’a pu poursuivre ses études et, à 18 ans, a épousé Bruno. Tous deux s’aiment profondément.  Catholiques, ils essaient d’inculquer à leurs filles leurs convictions et leur croyance mais plusieurs évènements vont secouer l’harmonie familiale. C’est d’abord l’affaire Gabrielle Russier qui amène les premières interrogations et c’est en écoutant Simone Veil qu’Agnès se réveille. Les procès féministes avec Gisèle Halimi et Simone de Beauvoir se déroulent à Aix. Le viol, le droit à l'avortement et la contraception sont au cœur des débats. Agnès découvre dans les revendications féminines, les siennes secrètes. Elle étouffe dans son petit appartement, avec pour seules activités, le ménage, la cuisine, les courses.  Elle ressent une envie de vivre violente et décide de suivre une formation pour devenir factrice. Bruno est dépassé et ne peut remettre en question ce qui l’a construit et ce qui constitue pour lui d’une façon immuable la famille. Le couple se fissure.

Sabine, l’aînée, est la première à vouloir s’évader d’une vie bien tracée, cherchant à s'émanciper des principes familiaux et sociétaux.  Elle rêve de partir à Paris et de devenir comédienne, ce qui n’ira pas sans désillusions. 

Hélène a un statut à part.  Elle passe les vacances scolaires avec sa tante et son oncle, cotoyant le monde de la haute bourgeoisie parisienne. Cette distinction entre elle et ses sœurs, qui ne bénéficient pas du même privilège, l’éloignera parfois d’elles et de ses parents. Elle fera progressivement de la lutte pour la cause animale un chemin de vie.

Mariette, la benjamine, est de santé fragile. Sa gentillesse, son empathie, sa sensibilité la rendent touchante. Restée seule avec ses parents, elle souffre du départ de ses sœurs et de l’éclatement du couple. Le monde qu’elle avait alors imaginé dans son « cahier des bonheurs » se transforme en « cahiers des malheurs ». Elle doit apprendre à composer entre ses rêves et la réalité, et trouve refuge dans la musique et le silence.

L’écriture de Véronique Olmi est fluide et très agréable. On se sent proche cette famille, de ses bonheurs, de ses peines et de ses combats. J’ai lu avec beaucoup de plaisir ce roman qui retrace avec justesse les bouleversements importants de la société à travers l'évolution d'une traditionnelle famille française de province.

Annie

23/03/2021

Fête du court-métrage

La fête du court-métrage c'est maintenant!

Sortez vos plateaux-télé

installez-vous confortablement et

entrez dans la galaxie du court

en cliquant ici

1.png

22/03/2021

Colum McCann au "bouillon de lecture"

Colum McCann, né le 28 février 1965 à Dublin. Son père était journaliste et éditeur et sa mère au foyer. Après avoir été journaliste, il voyage autour du monde en multipliant les petits boulots. Il commence à écrire des romans en 1995 et accède à la notoriété avec Et que le vaste monde poursuive sa course folle. Il vit à New York où il enseigne l'écriture créative. (source Wikipedia)

 

roman étrangerLe chant du coyote

Marval, 1996, 19€90

Traduit de Songdogs (1995) par Renée Kérisit

1er roman de Colum McCann.

Après une absence de 5 ans, Conor 23 ans revient en Irlande. Il y retrouve son père, vieil homme taciturne et alcoolique, passionné par la pêche à la mouche. Conor a sept jours devant lui pour renouer avec son père malade. Sept jours pour remonter le temps et comprendre enfin, le départ de cette mère dont l’absence le fait tant souffrir. Sept jours pour reconstituer un passé en lambeaux.

L’auteur aborde les rapports douloureux entre un père et son fils et le vide laissé par la mère avec une grande sensibilité. Dans ce roman, McCann nous offre également un dépaysement total avec un périple familial qui se déroule en Irlande bien sûr, mais aussi en Espagne, au Mexique et en Amérique du Nord. A lire !

 

roman étrangerEt que le vaste monde poursuive sa course folle

Belfond, 2009, 22€

Traduit de Let The Great World Spin par Jean-Luc Piningre

National Book Award 2009 et Prix du Meilleur livre de l'année (magazine Lire) 2009.

Le 7 août 1974, Philippe Petit, funambule a marché sur un câble tendu entre les deux tours jumelles du World Trade Centre. Partant de ce fait divers réel, McCann nous raconte le New York des années 70 : la fin de la guerre du Vietnam, la période hippie, le quartier du Bronx.

A travers la voix de plusieurs personnages fictifs qui s’entre croisent, tous très attachants, le lecteur est en immersion totale dans ce New-York des seventies. Un prêtre dans le Bronx qui cherche Dieu, des femmes fortunées de la 5è Avenue, d’anciens soldats, tous ont un point commun…. Très bon roman

 

roman étrangerDanseur

Belfond, 2003, 19€50

Traduit de Dancer (2003) par Jean-Luc Piningre

Entre biographie et roman, l’auteur se penche sur la destinée de Noureïev, de son enfance tartare dans un coin reculé d'URSS à ses frasques dans les soirées, en passant par son incroyable talent sur scène, ses amitiés indéfectibles, ses fragilités ou sa mégalomanie.

Construction originale : McCann décrit sa vie, à travers le regard des personnes de son entourage, en changeant de ton, de point de vue et de modèle stylistique à chaque partie du livre. Très belle écriture, roman bien documenté sur le monde du ballet, ses codes, ses douleurs, les luttes. Les informations sont véridiques, mais le roman fait l’impasse sur ses années en prison.

 

roman étrangerLettes à un jeune auteur

Belfond, 2018

Traduit de Letters to a Young Writer par Jean-Luc Piningre

Essai. Recueil de 52 conseils que McCann donne à tout aspirant auteur. S’adresse aussi à tout lecteur intéressé par l'écriture. Pas de conseils techniques mais un ton familier et percutant :  "De l’audace devant la page blanche ! Écris au-delà du désespoir. Chante. Chasse tes visions dans le noir. Partage ta rage. Résiste. Dénonce. De la vigueur, du cœur, de la persévérance ! Donne du poids à l’imaginaire. Commence par douter. Va où personne n’est allé. Compose une langue unique. Sublime l’ordinaire. Pas de panique. Révèle une vérité inconnue. Divertis également. Soulage la soif de sérieux et de joie. On peut te retirer bien des choses – même la vie –, mais pas les récits que tu en fais. Pour toi, jeune auteur, ce mot donc, non dénué d’amour et de respect : écris !"

 

roman étrangerApeirogon

Belfond, 2020

Traduit de Apeirogon par Clément Baude

Le nouveau roman de Colum McCann traite du conflit israélo-palestinien à travers les récits de deux pères et une construction complexe tirée de la géométrie. Deux pères de famille, l’un palestinien, l’autre israélien perdent chacun un enfant dans un attentat. Contre toute attente, ils vont devenir amis et vont unir leur douleur au sein de l'association Combattants for Peace afin que leur tragédie serve au moins à faire avancer le dialogue entre les deux peuples. Inlassablement ils parcourent la planète pour raconter l'histoire et la mort de Smadar et d'Abir, leur seule façon de survivre.

Roman très émouvant, mais sa construction est complexe et déroutante. On n'entre réellement dans le roman qu'à la page 243 car, jusqu'alors, ces deux récits apparaissent par morceaux éclatés, entrecoupés de considérations philosophiques, arithmétiques, géographiques, religieuses, musicales, ethnologiques ou poétiques de deux à une quinzaine de lignes. Un apeirogon, titre du livre, est une figure géométrique au nombre infini de côtés. Le roman est construit comme cette figure géométrique : pour montrer toutes les facettes d'un conflit multiple et les liens de cause à effet entre les tragédies, parfois même l'absurdité de ce conflit. Basé sur des faits réels, un roman hors du commun, à lire malgré son début complexe.

 

roman étrangerZoli

Belfond, 2007, 21€

Traduit de Zoli par Jean-Luc Piningre

Histoire inspirée de la vie de la poétesse tzigane polonaise Papusza. Zoli est une jeune tzigane, orpheline dès l’âge de 6 ans, élevée par son grand-père. Elle se démarque de son peuple en apprenant à lire et à écrire et en développant un talent de poétesse et de chanteuse.  Des années 1930 en Tchécoslovaquie à Paris en 2003, on suit son histoire aussi envoûtante que dramatique.

McCann écrit à partir de faits réels comme souvent, mais il ne connait pas le monde tzigane. Ce roman est un hymne à la liberté, une réflexion sur l'exil, sur l'appartenance à une communauté et sur la transmission d'une culture, sur la différence … Une pépite !

 

roman étrangerAilleurs en ce pays

Belfond, 2001, 18€

Traduit de Everything in This Country Must par Michelle Herpe-Voslinsky

3 histoires courtes, mais tristes, de jeunes irlandais en pleine tragédie de guerre de l’Irlande contemporaine. Du Zola irlandais ! Bien raconté, mais très noir.

 

roman étrangerTransatlantic

Belfond, 2013, 22€

Traduit de TransAtlantic par Jean-Luc Piningre

L’auteur bâtit un pont entre l’Amérique et l’Irlande du XIXème siècle à nos jours, mêlant histoire et fiction dans une écriture lyrique. Ce qui intéresse l’auteur : "au cœur de la violence, des vies malgré tout ; écheveaux invisibles qui entremêlent lieux, époques, personnages, le passé ressurgit de la manière la plus étrange qui soit."

16/03/2021

Marc Dugain à l'honneur

Né en 1957 au Sénégal, où son père était coopérant, Marc Dugain grandit en France.  Diplômé de l'Institut d'études politiques de Grenoble et expert-comptable, il travaille dans la finance, puis crée une société d'ingénierie financière pour les moyens de transport. Entrepreneur dans l'aéronautique, il dirige en 2000 les compagnies aériennes Proteus Airlines et Flandre Air. À 35 ans, il commence une carrière littéraire en racontant le destin de son grand-père maternel, "gueule cassée" de la guerre de 14-18, dans La Chambre des officiers, publié en 1998 et qui le fait connaître. Dès lors, Marc Dugain se consacre entièrement à l'écriture, et à la réalisation de films. (Source Wikipedia)

 

roman, comité de lectureUne exécution ordinaire

Gallimard, 2007

Grand Prix RTL-Lire.

Roman inspiré par le naufrage du sous-marin russe Koursk. Évocation du pouvoir politique en Russie depuis la période de Staline jusqu’à celle de Poutine à travers l’itinéraire d’une famille. Aborde le contexte politique et sociétal de cette période. L’auteur mêle personnages réels et personnages fictifs. Ce roman est richement documenté, mais sa construction fragmentée en 7 parties, avec des narrateurs différents, nuit à la fluidité de la lecture. Adapté au cinéma par l’auteur en 2010 sous le même titre que le roman avec André Dussolier.

 

roman, comité de lectureL’emprise

Gallimard (Blanche), 2014, 19€50

Roman politique et d’espionnage, sur fond d’élection présidentielle en France. Inspiré de personnages et faits réels ce roman aborde le parcours de plusieurs personnages issus des milieux politique, industriel et de l’espionnage français. L'auteur met en avant les conséquences catastrophiques de certains actes liés au pouvoir et à l'argent.

Il s'agit donc d'une dénonciation d'un système et de ses rouages. La construction est curieuse, et l’énergie maîtrisée, avec une écriture sèche. Intéressant et actuel, un roman qui fait réfléchir.

 

roman, comité de lectureTransparence

Gallimard (Blanche), 2019, 19€

Roman d'anticipation sur un sujet qui passionne l'auteur : le transhumanisme. L’histoire se déroule à la fin des années 2060 en Islande. Transparence est une start-up numérique qui met au point le projet Endless dans le but de sauver l’humanité, menacée par le réchauffement climatique. Un projet qui consiste à transplanter après, ou même avant sa mort, les données personnelles numérisées d’un individu dans un corps artificiel. En d’autres termes, un projet révolutionnaire donnant accès à l’immortalité. Pour qui ? Sur quels critères ? Comment ? Un algorithme décide si une personne est éligible à l’immortalité / si elle le droit d’enfanter.

Sous couvert de roman d’anticipation, une réflexion intéressante sur notre société actuelle menacée de destruction, avec le dérèglement climatique, le danger des algorithmes, ou celui du transhumanisme. Bien écrit, assez ardu avec une écriture un peu philosophique, angoissant.

 

roman, comité de lectureAvenue des géants

Gallimard (Blanche), 2012, 21€50

Prix des lycéennes Elle 2013

Marc Dugain s'est inspiré de l'histoire de Edmund Kemper, un tueur en série américain de la fin des années 70. Ce roman est le récit du cheminement intérieur d'un tueur en série hors du commun. Comment cet homme supérieur en tout - un colosse dont le QI serait supérieur à celui d'Einstein - est-il devenu un tueur en série ? A travers ce roman, l’auteur fait également l'autopsie d'une Amérique des années 1960-1970 en pleine révolution avec la guerre du Vietnam et le mouvement hippie.

Un roman certes percutant et perturbant, mais avec une approche psychologique fine.

 

roman, comité de lectureLa malédiction d’Edgar

Gallimard (Blanche), 2005, 20€20

Roman biographique sur John Edgar Hoover, directeur du FBI de 1924 à 1972. Durant toute cette période, Hoover a imposé son ombre à tous les dirigeants américains, de Roosevelt à Nixon, d’où le titre du roman. Pendant près d'un demi-siècle, les plus grands personnages de l'histoire des États-Unis ont été traqués jusque dans leur intimité par cet homme qui s'était érigé en garant de la morale.

Roman très documenté. Espionnage, mafia, respect de l’ordre moral… le point de vue sur Kennedy et sa famille n’est pas très brillant.

 

roman, comité de lectureIls vont tuer Robert Kennedy

Gallimard (Blanche), 2017, 22€50

Ce roman mêle intimement deux histoires : une synthèse sur les assassinats de John et Robert Kennedy, à laquelle le narrateur lie celle de son père, espion. L’auteur revisite l’histoire des États-Unis dans les années 1960, entre contre-culture et violences politiques. De nombreux assassinats et règlements de comptes ; les grands financiers, la pègre, la justice et certains politiques règnent «ensemble», sur le pays ! On comprend bien ce qui a tué les frères Kennedy, les tueurs présumés n’étant qu’un paravent. Édifiant, et très bien écrit.

 

roman, comité de lectureEn bas les nuages

Flammarion, 2009, 20€30

L’auteur nous livre 7 nouvelles, l’histoire de 7 hommes vivant aujourd’hui dans des lieux différents : Dordogne, Maroc, États-Unis, Irak ou dans une île lointaine. Comment chacun fait face à son quotidien ?

Réflexion cynique sur l’humanité, le rêve, la société de consommation …

 

roman, comité de lectureL’insomnie des étoiles

Gallimard (Blanche), 2010, 17€75

Automne 1945, les alliés occupent Berlin et le reste de l’Allemagne. La compagnie française du capitaine Louyre investit le sud du pays. Dans une ferme isolée, il découvre une adolescente vivant seule, comme une sauvage, et le corps calciné d’un homme. Incapable d’expliquer la situation, la jeune fille est arrêtée. Le capitaine s’acharne à chercher la vérité, et découvrira un secret sur la région.

Roman à la fois historique et policier, très bien écrit.

 

roman, comité de lectureLa chambre des officiers

JC Lattes, 1999, 17€

Prix des libraires, Prix des Deux Magots, Prix Roger-Nimier et Prix René-Fallet 1999

Un officier est blessé au visage, dès le 1er jour de la guerre, où il est envoyé en reconnaissance. Défiguré, il est transporté au Val de Grâce à Paris, où il séjourne 5 ans dans la chambre des officiers. Au fil du temps, des amitiés se nouent entre les blessés. D’une époque et une situation dramatiques, l’auteur sait faire émerger la grâce et l’humanité. Le roman a été adapté au cinéma par François Dupeyron (2001) sous le même titre.

Ce livre rappelle à Annie « Les gueules cassées » de Martin Monestier, qui retrace toute l’évolution de la chirurgie faciale pendant la période allant de la guerre de 14-18 à nos jours.

15/03/2021

animations avec les écoles, on continue!

Les classes ne peuvent pas venir à la bibliothèque?  Alors c'est la bibliothèque qui s'invite et l'école qui s'expose !

Des livres plein les sacs et des histoires en pagaille, c'est ainsi que l'équipe d'animation poursuit les accueils auprès des scolaires.

IMG_20210226_141241.jpg

Gérard Clarini, bénévole et ancien instituteur, retrouve avec plaisir les bancs de l'école pour offrir des lectures aux enfants.

Et jusqu'à la fin du mois, venez découvrir les créations des classes des Chadrillons, inspirées des dix mots de la francophonie. Une expo qui sent bon le printemps!

IMG_20210309_171534.jpg

IMG_20210309_171250.jpg

20210309_182444_resized.jpg

05/03/2021

L'amitié est un cadeau à se faire

roman, cavale, amérique, roman policier

 

L’amitié est un cadeau à se faire

William BOYLE

Gallmeister (Americana), 2020, 377 p., 23€80

Traduit de l’américain A Friend is a Gift you give yourself par Simon Baril

 

Prenez quelques personnages au caractère affirmé :

-Rena, la veuve de Vic le Tendre, chef mafioso de Brooklyn exécuté sur son perron alors qu’il dégustait son expresso. Toute sa vie, elle a fermé les yeux sur ses activités illégales ;

-Lucia, ado qui n’attend qu’une étincelle pour commencer sa rébellion ;

-Adrienne, fille deRena et mère de Lucia ;

-Lacey, ancienne star du porno, la soixantaine pétillante ;

-Un vieux séducteur libidineux, un mafioso qui veut disparaître avec la galette, un assassin au marteau complètement givré, et des chauffeurs en tous genres…

Ajoutez un cendrier un peu lourd, une mallette pleine de dollars appartenant à la mafia et quelques belles américaines  – les voitures- Impala, Eldorado ou Town Car, adorées par leurs propriétaires. Et mélangez le tout pour obtenir une cavale déjantée à la Tarantino.

Avec tout cela, le titre de ce roman pourrait sembler bien trompeur. Mais non, car l’auteur prend le temps, entre deux courses-poursuites, de développer ses personnages. Et au bout du compte, ce sont bien l’amitié et le soutien entre femmes qui se révèlent salvateurs. Un roman -policier ou pas- qui se lit d’une traite et laisse à bout de souffle, le sourire aux lèvres. Bien rythmé, drôle et jouissif.

Aline

03/03/2021

EXPO DIS-MOI DIX MOTS

expo, dis-moi dix mots; fracophonie, classe

expo, dis-moi dix mots; fracophonie, classe